Pourquoi c’est important

Difficile de suivre un programme d’activité physique régulier lorsque l’on mène une vie active, et ce, même si la motivation est présente. C’est ce qu’a montré le confinement de mars 2020 à beaucoup de Français puisque, d’après un sondage Ipsos, ce temps a permis à 12 % d’entre eux de trouver le temps de pratiquer un sport.

Faciliter l’accès à l’activité physique pourrait se faire par le biais d’un temps réservé au sport au travail.  Des études ont déjà montré les bénéfices que pourraient en tirer les entreprises (réduction de l’absentéisme, des accidents de travail, augmentation de la productivité et meilleur climat de travail…) et aussi les collaborateurs avec l’adoption d’habitudes saines concernant l’alimentation, le sommeil avec une amélioration de la santé globale.

Un amendement signé jeudi 12 novembre 2020 encourage la pratique en ne considérant plus le sport en entreprise comme un avantage en nature (qui permet donc l’exonération des cotisations sociales concernant les frais liés au sport). Mais quels sports pratiquer au travail, qui seraient efficaces dans un temps réduit ?

Une équipe de recherche de l’université de Stirling a passé la dernière décennie à étudier des programmes d’activité physique réalisables en entreprise, notamment ce que les chercheurs nomment « le programme REHIT (entraînement par intervalles à haute intensité et à effort réduit) », voici leurs conclusions.

L’étude

Vingt-cinq employés de bureau auparavant inactifs ont été recrutés pour la recherche. Treize d’entre eux ont été affectés au groupe d’exercice, tandis que les autres ont formé le groupe de contrôle, qui a poursuivi son mode de vie habituel.

Les chercheurs ont utilisé des vélos CAR.O.L, qui se distinguent des vélos de sport ordinaires en permettant aux utilisateurs d’atteindre leur propre intensité d’exercice maximale pendant de très courtes périodes.  Ces vélos ont été installés sur le lieu de travail, à l’abri des regards, et les participants ont effectué deux séances par semaine pendant six semaines. Chaque séance durait 8 minutes et 40 secondes et combinait une séance de cyclisme à faible intensité avec deux courtes séances de cyclisme à haute intensité.

La VO2max – une mesure de la quantité maximale d’oxygène qu’une personne peut utiliser pendant un exercice intense – a été enregistrée au début et à la fin des six semaines. Il est important de noter que le VO2max est la meilleure mesure de l’état de santé général d’une personne et de son risque futur de développer une maladie cardiaque ou un diabète de type 2. L’équipe a également recueilli des informations sur les pensées et les sentiments des volontaires à l’égard du programme d’exercice.

« Nous avons constaté que la routine REHIT était efficace pour améliorer la santé générale des participants », a expliqué le Dr Vollaard. « La VO2max a augmenté d’environ 10 %, par rapport au groupe de contrôle, ce qui équivaut à une réduction de 15 % du risque de contracter une maladie cardiaque à un âge avancé. »

En pratique

Tout comme le HITT , ces courtes séances d’entraînement sont plus motivantes, car les résultats sont visibles très vite et l’effort est moindre par rapport à une séance classique. De plus, en intégrant ces entraînements à une routine de bureau, il serait plus facile de s’y tenir comme le montrent les ressentis des participants qui considèrent cette routine comme « réalisable, acceptable et agréable ».

Lire aussi : Une séance de cross training 5×9 accessible à tous et une séance de musculation pour l’ensemble du corps (abonnés)

 

>> Le guide incontournable pour débuter en musculation : Le guide de la musculation au naturel


Partagez :