Chaque année en France, entre 40 000 et 50 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque. Sans prise en charge immédiate, plus de 92 % de ces arrêts cardiaques sont fatals. Le Samu ou les pompiers mettent en moyenne vingt minutes pour arriver sur place !

Or, au-delà de cinq minutes, le cerveau, qui n’est plus oxygéné par le sang venu du cœur, subit des dommages importants, parfois irréversibles. Grâce à une défibrillation immédiate, qui permet de faire repartir le cœur, on pourrait considérablement augmenter ce taux de survie. 

Dans 70 % des cas, les arrêts cardiaques se font devant un ou plusieurs témoins. Si vous êtes l’un d’entre eux, agir rapidement est essentiel : chaque minute de gagnée, c’est 10 % de chance de survie en plus ! D’où l’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier, d’une nouvelle loi qui impose aux établissements pouvant recevoir plus de 300 personnes de s’équiper d’un défibrillateur. Depuis 2007, tout le monde peut s’en servir, même sans formation ! 

Que faire lorsqu’une personne est allongée au sol ?

“Si elle ne répond pas aux questions, ne réagit pas quand on lui demande de nous serrer la main ou de faire un mouvement, et ne respire pas normalement, c’est qu’elle est en arrêt cardiaque”, explique Anastasia Apukhtina, chargée de mission Formation grand public à la Croix-Rouge française.

Placez alors la victime sur une surface plane et sèche.

Si vous êtes seul(e)

Appelez les secours, en mettant votre téléphone sur haut-parleur afin de garder les mains libres.

Pendant ce temps, allez chercher le défibrillateur s’il est à portée de vue ou accessible en moins de 10 secondes.

Si une autre personne est présente

  1. Demandez-lui d’appeler les secours (15, 18 ou 112) et d’aller chercher le défibrillateur. “En attendant, il faut débuter un massage cardiaque”, explique Anastasia Apukhtina.
  2. Placez vos mains l’une sur l’autre, au milieu du torse et au niveau de la ligne dessinée par les tétons. Solidarisez vos mains avec vos doigts.
  3. Les bras tendus, coudes verrouillés, comprimez le sternum en essayant de n’appuyer qu’à l’aide de la paume de la main. Le bon rythme, c’est celui de la chanson Staying Alive, des Bee Gees (100 à 120 battements par minute).

Lorsqu’on effectue un massage cardiaque, on comprime le cœur contre les vertèbres, ce qui renvoie le sang vers le cerveau. Le choc électrique du défibrillateur va resynchroniser les cellules cardiaques et relancer la contraction ventriculaire. En pratique, les deux électrodes posées sur la poitrine de la victime  permettent l’analyse du rythme cardiaque. A partir de là, l’appareil ne “choque” qu’en cas de nécessité. Son utilisation est simplissime et, depuis un décret de 2007, elle est autorisée à toute personne qui n’est pas médecin.

  • Allumez-le et suivez ses instructions vocales : dégagez la poitrine de la victime ; coupez les vêtements, soutien-gorge compris, rasez rapidement le torse s’il est très poilu.
  • Placez les électrodes comme indiqué sur l’emballage. L’une sous la clavicule droite, l’autre sous le sein gauche, au niveau des côtes.
  • Branchez le connecteur des électrodes au boîtier. L’appareil analyse alors le rythme cardiaque de la victime. “Il faut s’assurer que personne ne touche la victime”, précise Anastasia Apukhtina.
  • Si un choc est nécessaire, l’appareil le délivre lui-même s’il est entièrement automatisé. Il vous demande d’appuyer sur un bouton s’il est semi-automatique. Dans tous les cas, ne touchez pas la victime. Si d’autres personnes sont présentes, demandez-leur de s’écarter.
  • Une fois le choc délivré, reprenez le massage cardiaque. Si vous êtes formée au bouche-à-bouche, alternez 30 compressions avec 2 insufflations.
  • Le défibrillateur réalise une nouvelle analyse du rythme cardiaque toutes les 2 min. Stoppez alors le massage cardiaque. L’appareil délivrera, ou vous demandera de délivrer, un nouveau choc si nécessaire. Dans le cas contraire, poursuivez le massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours.

Si la victime respire à nouveau mais reste inconsciente, n’éteignez pas le défibrillateur. Placez-la sur le côté, en position latérale de sécurité (PLS), tout en laissant les électrodes en place.

Si elle respire et est consciente, placez-la dans la position la plus confortable pour elle.

L’appli utile :

Gratuite et disponible pour iOS et Android, l’application Staying Alive, régulièrement mise à jour, cartographie les défibrillateurs cardiaques recensés en France et propose des tutoriels sur les gestes à adopter en cas d’arrêt cardiaque.

À lire aussi


Partagez :