Pourquoi c’est important

On le sait bien, il existe une connexion entre le cerveau et l’intestin : ainsi, l’anxiété provoque souvent des nausées ou de la diarrhée, et la dépression peut grandement modifier l’appétit. On sait que cet axe intestin-cerveau est médié par des réseaux neuronaux, comme le nerf vague.

[a-lire aussi]
Par ailleurs, les études récentes indiquent que le microbiote intestinal jouerait un rôle clé dans de nombreux troubles cognitifs et les maladies psychiatriques. 
Une meilleure compréhension de la connexion entre intestin et cerveau pourrait permettre de mettre en lumière de nouveaux traitements potentiels pour de nombreuses maladies (comme la maladie de Parkinson influencée par un manque de dopamine, un messager chimique des neurones dont 50% se trouve dans le cerveau et l’autre 50% dans l’intestin). 

Ce que montre l’étude

Dans une étude publiée dans la revue eNeuro, le professeur Nick Spencer de l’université Flinders en Australie, a identifié un type particulier de neurones dans la paroi intestinale. Ces neurones permettent à l’intestin de sentir ce qui se passe à l’intérieur de la paroi intestinale, puis de relayer ces informations sensorielles à d’autres organes, comme la moelle épinière et le cerveau. Par ce biais, ces neurones peuvent influencer nos décisions, notre humeur et notre bien-être général mais aussi la sensation d’« instinct viscéral » (« gut feeling») ou de pressentiment qu’on peut avoir lorsque nous faisons face à une décision importante. 

Ces résultats révèlent comment le système nerveux entérique – c’est-à-dire la partie du système nerveux autonome qui contrôle le système digestif, aussi bien pour l’activité motrice (péristaltisme, vomissements…) que pour les sécrétions et la vascularisation – joue un rôle important sur la santé humaine. 

Contrairement à d’autres organes internes (par exemple, le cœur, le foie, la vessie), l’intestin est le seul à avoir son propre système nerveux, qui peut fonctionner indépendamment du cerveau ou de la moelle épinière. 

En pratique

Activer son nerf vague et améliorer la diversité de son microbiote intestinal représentent deux pistes possibles d’amélioration de la communication intestin-cerveau.
Pour prendre soin de votre microbiote, adoptez une alimentation qui nourrit les bactéries en privilégiant les végétaux riches en fibres, les céréales complètes, les légumineuses et les protéines de bonne qualité. En revanche, évitez certaines substances comme les antibiotiques en excès, l’alcool, le tabac, les sucres raffinés et les aliments ultra-transformés.
Le nerf vague peut être activé de diverses manières : gargarismes, chant, douche à l’eau froide, méditation… Découvrez des routines complètes dans Activez votre nerf vague du Dr Habib.

Lire aussi : Comment restaurer son microbiote (abonnés) et 7 faits étonnants sur le nerf vague


Partagez :