Pourquoi c’est important

La rectocolite hémorragique, tout comme la maladie de Crohn, est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). Ces pathologies sont un problème de santé majeur. Elles provoquent de nombreux symptômes douloureux affectant la qualité de vie. Elles s’attaquent aux parois de l’intestin et limitent la capacité de l’intestin à se réparer, perturbant sa fonction d’absorption. De même, les chimiothérapies peuvent endommager la paroi intestinale et rendre l’intestin hyperperméable.

Trouver comment aider à la réparation des tissus intestinaux endommagés peut permettre d’améliorer la fonction barrière de la paroi intestinale et éviter une inflammation chronique due, entre autres, au passage dans le sang d’une partie des milliards de microbes et de toxines nocives présentes dans le système digestif.

L’étude

Des chercheurs de l’université Monash de Melbourne se sont penchés sur l’environnement qui entoure les cellules-souches intestinales. En cultivant de minuscules répliques de tissu intestinal en laboratoire, ils ont identifié une biomolécule, la neuréguline 1, capable de stimuler les cellules-souches de l’intestin. La neuréguline 1 peut par ce biais accélérer le processus de réparation de la muqueuse intestinale et soutenir une restauration rapide de la fonction barrière de l’intestin. 
Un traitement de neuréguline 1 a aussi permis d’aider la paroi de l’intestin à se reconstituer après une chimiothérapie.

En pratique

L’hyperperméabilité de l’intestin est un phénomène observé dans de nombreuses maladies digestives (syndrome de l’intestin irritable compris) mais aussi auto-immunes. Elle est grandement influencée par l’alimentation.
En attendant que la neuréguline 1 devienne un traitement éventuel pour réparer les parois intestinales endommagées, il existe déjà des moyens de renforcer la perméabilité. 
Au niveau alimentaire, il faudra éviter certains aliments, notamment eux contenant du gluten, trop d’additifs et les produits laitiers. La prise de glutamine, un acide aminé, sous supervision d’un professionnel de santé, peut aussi aider. Bien entendu, soigner son microbiote intestinal est aussi crucial pour renforcer la barrière intestinale.

A lire aussi : Maladies inflammatoires de l’intestin : les aliments à privilégier, ceux à éviter


Partagez :