Pourquoi c’est important

Un sommeil de bonne qualité est essentiel pour la santé. Manquer de sommeil de façon chronique peut voir des conséquences sur la santé (surpoids, diabète, maladies cardiovasculaires…) et ainsi augmenter le risque de mortalité. Les femmes sont d’ailleurs plus touchées que les hommes par les insomnies.

Il existe des moyens naturels pour retrouver le sommeil grâce aux plantes, à la mélatonine ou encore aux thérapies comportementales et cognitives. Une nouvelle étude parue dans la revue Journal of Sleep Research rapporte que cultiver son optimisme pourrait également être un bon moyen de mieux dormir. L’optimisme est une façon de voir la vie du bon côté, c’est également penser que de bonnes choses vont arriver et que l’avenir est favorable. On sait qu’être optimiste est à la fois bon pour le coeur et pour l’immunité

L’étude

Les chercheurs ont analysé les données d’une enquête réalisée auprès de 1004 participants et qui évaluait notamment les caractéristiques générales du sommeil ainsi que le degré d’optimisme. L’enquête comportait au total 63 questions.

Les résultats montrent que le risque de souffrir de troubles du sommeil et/ou d’insomnies est 70% plus faible chez les participants optimistes que chez ceux qui ont tendance à être pessimistes.

Les optimistes ont moins de difficultés à faire face aux problèmes, leur capacité d’adaptation est meilleure et ils ressentent moins de stress dans les situations difficiles. Ils réduisent ainsi les niveaux de cortisol (hormone du stress), ce qui réduit le risque d’insomnie. Ils ont également une meilleure alimentation, font plus d’exercice et fument moins. Tous ces facteurs contribuent à un sommeil de meilleure qualité, ce qui expliquerait en partie pourquoi les personnes optimistes sont en meilleure santé et ont moins de risque de souffrir de maladies cardiovasculaires.

Selon les chercheurs, l’optimisme agit très probablement sur les symptômes de l’insomnie grâce à une combinaison de mécanismes psychologiques, comportementaux et biologiques

En pratique

La bonne nouvelle c’est que l’optimisme, ça se travaille ! Héréditaire à 25%, l’optimisme serait également façonné par des facteurs structurels sociaux. Les auteurs de l’étude conseillent de pratiquer des exercices pour corriger des comportements qui entravent l’optimisme. Par exemple, il est possible d’imaginer un idéal et d’écrire à quoi pourrait ressembler la meilleure vie possible dans l’avenir. Il ne s’agit pas de réaliser cet idéal mais plutôt d’y réfléchir en général pour aider à fixer des objectifs réalistes pour augmenter son optimisme. On peut donc apprendre à devenir optimiste et ainsi améliorer notre sommeil et notre santé.

À lire aussi : Retrouvez le sommeil naturellement et Insomnies : 10 astuces naturelles


Partagez :