Pourquoi c’est important

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies mentales affectent une personne sur cinq dans le monde chaque année, et une sur trois si on regarde sur la vie entière. Dépression, anxiété, stress intense… 12 millions de Français souffrent de problème de santé mentale chaque année. Les médicaments existant ne sont pas dénués d’effets secondaires, et les thérapies non médicamenteuses mettent plus de temps à soulager les patients. 

Le recours à des plantes ou des compléments efficaces pour soutenir les traitements non médicamenteux peut donc être utile dans les cas les moins graves et pour les personnes ne pouvant prendre de médicaments pour diverses raisons.

Des chercheurs se sont penchés sur l’« axe intestin-cerveau », afin de déterminer si le microbiote pouvait influencer la santé mentale. Et si la prise de prébiotiques (les fibres qui nourrissent les bonnes bactéries intestinales) et/ou de probiotiques (les bonnes bactéries qui « protègent » et « nettoient » l’intestin) pourrait aider contre la dépression.

L’étude

Des chercheurs de l’université de médecine de Brighton (Royaume-Uni) se sont penchés sur 71 études publiées entre 2003 et 2019 examinant les effets thérapeutiques des pré- et probiotiques chez les adultes souffrant de dépression ou de troubles anxieux.

Les études variant considérablement dans leur conception, les méthodes utilisées et les considérations cliniques, seules sept études ont été jugées suffisamment robustes pour être incluses dans l’analyse des scientifiques.

Les résultats de cette analyse penchent vers l’absence d’association significative entre les prébiotiques seuls et l’amélioration des symptômes de dépression ou d’anxiété.
En revanche, chacune des études analysées a montré une amélioration ou une baisse significative des mesures biochimiques de la dépression ou de l’anxiété et de leurs symptômes lorsque l’alimentation comprenait des probiotiques seuls, ou une combinaison de pré- et probiotiques, en comparaison avec un placebo. Et parmi les 12 souches de probiotiques étudiées, 11 montraient des effets positifs.

Les probiotiques peuvent agir contre les troubles dépressifs et anxieux de diverses manières : en aidant à réduire la production de cytokines inflammatoires, à diriger l’action du tryptophane, l’un des précurseurs de la sérotonine (le messager chimique de la bonne humeur),  permettant de ce fait de favoriser un bon sommeil et de lutter contre les troubles dépressifs. Ils pourraient également atténuer certains effets secondaires des troubles dépressifs ou anxieux, comme le syndrome de l’intestin irritable.

Néanmoins, il faut souligner qu’aucune des études n’a duré très longtemps et le nombre de participants était restreint. 

En pratique

Parmi les souches de probiotiques figurant dans les études sélectionnées, Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus casei et Bifidobacterium bifidium se montraient les plus utiles pour améliorer la santé mentale.

On peut trouver des probiotiques dans des aliments fermentés tels que les vinaigres, les fromages, les yaourts, le kéfir, la choucroute et les légumes lacto-fermentés, le soja fermenté (miso, tempeh, tamari, shoyou, natto).

On trouve des prébiotiques dans de nombreux fruits et légumes, surtout ceux riches en fibres comme les asperges, les artichauts, les bananes, l’igname et les oignons, sans oublier les céréales complètes et le soja.

Il existe aussi des complexes de pré- et probiotiques (appelés symbiotiques) sous la forme de compléments alimentaires.
 


Partagez :