Les festivités du 14 juillet et du Nouvel An sont les plus redoutées par les médecins urgentistes. En cause ? L’imprudence exacerbée des fêtards, à l’origine d’une recrudescence d’accidents. La plupart des atteintes surviennent au niveau des mains, mais d’autres zones du corps peuvent être concernées. Quelles précautions faut-il prendre ? Comment réagir en cas de blessure ? On fait le point. 

Que risque-t-on en cas de mauvaise utilisation d’un pétard ?

La manipulation de pétards peut occasionner des dégâts importants. Les adolescents sont les plus concernés. Il arrive qu’un jeune ne se soit pas éloigné suffisament du pétard ou qu’il conserve trop longtemps l’explosif dans sa main. Parfois, le pétard n’explose pas car un bout de la mèche se consume encore à l’intérieur. Lorsque le jeune s’approche pour voir de quoi il retourne, le pétard explose, et le drame survient. 

Des atteintes au niveau des mains

Les blessures les plus courantes sont celles des mains. Elles posent un défi technique aux chirurgiens : non seulement cette partie du corps est difficile à opérer en raison de ses différents tissus (os, tendons, muscle, vaisseaux, nerf et peau), mais les difficultés sont amplifiées par le type de blessure : brûlure thermique, brûlure chimique, surinfection.

Lorsque la blessure est superficielle, la brûlure est facile à soigner, mais dans les cas les plus graves, l’amputation d’un ou plusieurs doigts, voire de la main entière, peut être nécessaire. La déflagration peut aussi entraîner des fractures, si le blessé a encore le pétard en main au moment où il explose.

Des atteintes au niveau du visage

Les blessures causées au niveau du visage sont tout aussi importantes. Souvent provoquées par un pétard qui explose lorsqu’on vérifie s’il est bien allumé, elles peuvent sérieusement abîmer la cornée des yeux et entraîner des troubles comme une contusion sévère du globe oculaire, des hémorragies intra-oculaires, des glaucomes post-traumatiques, voire la cécité définitive. Enfin, les déflagrations peuvent engendrer des traumatismes au niveau de l’oreille, tels que la perforation des tympans, voire la surdité

En explosant, le pétard peut aussi projeter des objets dangereux autour de lui. 

Quelles précautions faut-il prendre en manipulant un pétard ?

La première des recommandations est d’éviter absolument les pétards “artisanaux” (le DIY a ses limites). Évitez également d’acheter des pétards à la provenance douteuse sur internet. 

Avant toute utilisation, lisez très attentivement les informations figurant sur l’étiquetage : la limite d’âge, la catégorie (F1, F2, F3 ou F4), le mode d’emploi et les précautions d’utilisation (distance de sécurité, utilisation en intérieur ou à l’extérieur) et respectez ces recommandations : 

  • Assurez-vous d’avoir suffisamment d’espace (attention aux arbres, aux lignes électriques) ; 
  • choisissez un sol lisse, sans gravier (afin de limiter les risques de projections) ; 
  • tenez compte des conditions météorologiques (de nombreux incendies sont imputables à un vent fort qui entraîne des débris d’artifices enflammés dans des herbes sèches) ; 
  • vérifiez que la mèche du pétard est assez longue pour avoir le temps de partir ; 
  • respectez une distance suffisante de sécurité et veillez à éloigner vos animaux ; 
  • n’allumez jamais le pétard en le tenant à la main, mais toujours posé sur un support, ou enfoui sous le sol ; 
  • en allumant le pétard, soyez déjà prêt à partir et à courir dos au pétard (afin de limiter les risques pour le visage); 
  • s’il n’explose pas tout de suite, ne vous en approchez surtout pas pour essayer de le rallumer. Patientez quelques instants en respectant un périmètre de sécurité, et le cas échéant, lancez un seau d’eau dessus pour vous assurer qu’il est vraiment éteint, avant d’aller vérifier.

Sensibiliser les plus jeunes

Il aussi impératif de sensibiliser les enfants aux risques encourus. Les plus jeunes peuvent être tentés d’échapper à la vigilance de leurs parents et, mal informés, se livrent parfois à des jeux aux conséquences dramatiques. 

Quant aux ados, dans la mesure où sont autorisés à acheter des pétards dès l’âge de 12 ans, il est important d’insister sur les règles de sécurité. Ils doivent particulièrement veillez à conserver une distance suffisante pour éviter les risques de projection et se protéger au maximum des déflagrations trop fortes.

Achat de pétard : que dit la loi ?

Depuis le 4 juillet 2010, les artifices de divertissement doivent porter le marquage “CE” et être conformes aux normes les concernant. Ils doivent être accompagnés de notices d’informations en français, détaillant les limites d’âge et les instructions d’utilisation. 

Il existe 4 catégories de pétards

La réglementation distingue quatre catégories d’articles classées selon leur niveau de dangerosité et de nuisance sonore : 

  • Catégorie F1 : ces pétards peuvent être utilisés dans des espaces confinés, y compris à l’intérieur d’immeubles d’habitation par des mineurs, dès l’âge de 12 ans. Le niveau de danger est considéré comme “très faible”. Il convient de respecter un distance de sécurité d’au moins un mètre.
  • Catégorie F2 : ces pétards peuvent être utilisés à l’air libre et dans des zones confinées, à partir de 18 ans. Le niveau de danger est considéré comme “faible”. Il convient de respecter un distance de sécurité d’au moins 8 mètres.
  • Catégorie F3 : ces pétards doivent être utilisés à l’air libre, dans de grands espaces ouverts. Ils sont accessibles dès la majorité et leur niveau de risques est considéré comme “moyen”. Il convient de respecter un distance de sécurité d’au moins 25 mètres. 
  • Catégorie F4 : les pétards appartenant à cette catégorie ne peuvent être vendus qu’aux personnes de plus de 18 ans ayant des “connaissances particulières”. Leur niveau de dangerosité est considéré comme “élevé”. 

L’acquisition d’artifices de divertissement conçus pour être lancés par un mortier n’est autorisée qu’aux professionnels.

Des arrêtés municipaux ou préfectoraux peuvent interdire la vente d’artifices de catégorie F1 aux mineurs non accompagnés ou en limiter la vente, le transport et le port par des particuliers pendant certaines périodes. Le non-respect d’un arrêté régissant l’utilisation de pétards et feux d’artifice est passible d’une amende de 1 500 € pour agression sonore en vue de troubler la tranquillité d’autrui (c. pénal, art. 222-16).

S’il y a un risque d’amputation et de lésion des mains, appelez immédiatement le Samu (15) ou les Pompiers (18). Si la distance et la gravité de la blessure le permettent, rendez-vous directement dans l’un des 58 centre “SOS Main” de la Fédération des services d’urgences de la main (FESUM).

Comprimez la plaie le plus vite possible avec un linge propre et épais, puis placez votre main en l’air. Si cela est possible, récupérez le ou les morceaux arrachés et placez-les dans un linge humide et dans un sac plastique. Conservez ce sac au frais et évitez le contact direct avec de la glace, ou des glaçons, qui pourrait brûler la peau et compliquer la réimplantation.  

En cas de simple brûlure, placez votre main sous l’eau froide un bon quart d’heure. De même, évitez la glace, et consultez les urgences, si besoin. 

À lire aussi


Partagez :