Pourquoi c’est important

En France, près de 120 000 personnes sont atteintes par les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) comme la rectocolite hémorragique ou la maladie de Crohn. Leur qualité de vie est amoindrie et le recours à la chirurgie est parfois nécessaire. Il est donc urgent de trouver des stratégies permettant à ces patients de gérer leurs symptômes. 

Voir aussi : Maladies inflammatoires de l’intestin : de plus en plus de malades

Ce que montre l’étude

Une nouvelle étude de l’université du Michigan révèle que les maladies inflammatoires de l’intestin, dont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, pourraient être aggravées par une mauvaise santé bucco-dentaire.

En étudiant le microbiote intestinal, le professeur Nobuhiko Kamada a en effet noté une prolifération d’espèces bactériennes étrangères, se trouvant normalement dans la bouche, dans l’intestin des personnes atteintes de MICI. 

En parallèle, une étude menée sur des souris a repéré deux voies par lesquelles les bactéries buccales semblent aggraver l’inflammation intestinale.

La parodontite provoque un déséquilibre du microbiote buccal avec une augmentation des bactéries inflammatoires, qui migrent ensuite vers l’intestin. Cela n’est a priori pas suffisant pour déclencher une inflammation intestinale.
« Le microbiote intestinal normal résiste à la colonisation par des bactéries exogènes ou étrangères », explique le Pr Kamada. « Cependant, chez les souris atteintes de MII, les bactéries intestinales saines sont perturbées, ce qui affaiblit leur capacité à résister aux bactéries pathogènes de la bouche. » Ces souris sont amaigries et présentent plus de symptômes. 

Dans la deuxième voie, la parodontite active les lymphocytes T du système immunitaire buccal. Ces cellules se rendent dans l’intestin où elles aggravent l’inflammation. La régulation du microbiote dépend en effet de l’équilibre entre les lymphocytes T pro- et anti-inflammatoires. 

En pratique

Ignorer son rendez-vous annuel chez le dentiste peut avoir des conséquences qui vont au-delà d’une simple carie. L’état bucco-dentaire d’une personne est souvent le reflet de son état de santé général, et peut même permettre de déceler certaines maladies. 
Si prendre soin de son microbiote intestinal est crucial en cas de MICI, s’occuper de celui de la bouche est important également. 
En cas de MICI, changer son alimentation en privilégiant les aliments protecteurs, comme certaines graisses, et en évitant ceux qui augmentent l’inflammation intestinale peut aider à soulager les symptômes. 

Lire aussi : Soignez le côlon irritable naturellement, Paléobiotique


Partagez :