Pourquoi c’est important

Les patientes atteintes de cancer du sein éprouvent souvent une fatigue, une perte de masse musculaire et une résistance à l’insuline, aussi bien à cause de la maladie que des traitements. L’alimentation peut aider à soutenir les traitements même si cela reste peu connu des malades et des médecins. Ces dernières années, les régimes riches en graisses et pauvres en glucides, notamment le régime cétogène, sont étudiés dans cette maladie. 

Selon le Pr Ulrike Kämmerer, auteure de cette étude et du livre Le régime cétogène contre le cancer, « l’alimentation cétogène peut soutenir le processus de récupération d’un organisme atteint par un cancer, souvent caractérisé par l’inflammation et une forte résistance à l’insuline. En apportant à l’organisme beaucoup de matières grasses et peu de glucides, elle peut le fortifier sans pour autant « nourrir » le cancer. Pour les patients, un de ses grands avantages réside dans le fait qu’il permet d’éviter la perte de masse corporelle, et tout particulièrement la fonte musculaire. »

L’étude

Dans cette étude parue dans BMC Nutrition, les chercheurs ont suivi 117 femmes pendant 20 semaines. Parmi elles, 20 ont suivi un régime standard, 72 ont suivi un régime low carb et les 25 autres une diète cétogène.

Pour déterminer les bienfaits de chacun des trois régimes, les chercheurs se sont concentrés sur la qualité de vie, la composition corporelle, les performances physiques et la biochimie du sérum pendant la phase de réadaptation.

Résultats : aucun des régimes n’a entraîné d’effet secondaire. Le régime cétogène est l’alimentation qui a le plus amélioré la qualité des vies des patientes en limitant la fatigue et les insomnies. Ce sont les patientes qui ont suivi un régime cétogène qui ont enregistré les meilleures performances physiques, le meilleur ratio muscle/graisses, le meilleur ratio triglycérides/cholestérol HDL et le meilleur index HOMA relatif à la résistance à l’insuline.
Le régime low carb a permis une amélioration des paramètres métaboliques. Et enfin, le régime standard a permis de maintenir un niveau bas de cholestérol sans cependant améliorer le ratio triglycérides/HDL et la résistance à l’insuline.

À lire aussi : Cancer : 8 questions sur le régime cétogène

En pratique

Dans une interview donnée à la LaNutrition, le Pr Ulrike Kämmerer note que « Il y a de bonnes raisons de prendre le régime cétogène sérieusement en considération en accompagnement des thérapies anticancer. Dans les cas où un régime 100 % cétogène n’est pas imaginable pour le patient (parce qu’il ne veut pas, par exemple, se priver d’un verre de bière occasionnel ou de fruits), il est recommandé d’avoir au moins recours, soit à un régime pauvre en glucides et riche en matières grasses de type Atkins, soit au régime IG : ils seront en tout cas plus bénéfiques pour le patient que l’alimentation dite « saine » prônée par les organismes officiels, qui limite la plupart des graisses. »

Des patients optent pour un régime cétogène, encadré par un médecin, car ce régime peut-être difficle à mettre en place. En effet, pour suivre un régime cétogène au long cours, il faut que le patient soit motivé ; il est préférable aussi qu’il soit conseillé par un diététicien connaissant bien ce régime notamment pour le côté pratique.

>> Lire le kit de démarrage du régime cétogène

Pour en savoir plus, lire : Le régime cétogène contre le cancer et Combattre le cancer avec le régime cétogène


Partagez :