Facile à cultiver au jardin, le thym, de son nom latin Thymus vulgaris, se plaît au soleil, dans des sols pauvres et secs. Cette plante mellifère, appréciée des insectes butineurs, possède un feuillage persistant odorant.

Le thym forme un arbrisseau bas, mesurant au maximum 30 cm de haut, qui peut couvrir le sol dans des bordures, dans une rocaille, ou dans le potager. Pendant l’hiver, il résiste à des températures de -15 °C. En Provence, on le surnomme « farigoule ».

En médecine traditionnelle, le thym est utilisé comme expectorant, antitussif en cas d’infection respiratoire, comme calmant, contre les maux d’estomac, les troubles gastro-intestinaux, contre l’hypertension, contre des microbes et parasites (antiseptique). Mais que dit la science à ce sujet ?

Les molécules présentes dans le thym

10 g de thym apportent :

  • 16 mg de vitamine C, soit 20 % des apports journaliers recommandés ou AJR,
  • 24 µg de vitamine A et provitamine A, soit 3 % des AJR,
  • 1,7 mg de fer (12 % des AJR),
  • 0,17 mg de manganèse (8 % des AJR).

Parmi les composés actifs de l’huile essentielle de thym se trouvent :

  • le thymol, qui donne l’odeur caractéristique du thym. Le thymol était utilisé dans l’Égypte ancienne pour la conservation des momies. Aujourd’hui, il est employé en cosmétique, en parfumerie, mais aussi dans des produits désinfectants (1),
  • le carvacrol qui est également présent dans d’autres huiles essentielles comme l’origan ou la bergamote.

Le thymol et le carvacrol ont tous les deux des propriétés antitussives, antioxydantes, antimicrobiennes et expectorantes.

Les bienfaits du thym pour les voies respiratoires

En Europe, la tisane de thym est connue depuis des siècles pour ses effets contre la toux. Les propriétés antimicrobiennes du thymol pourraient expliquer ces bienfaits. Pour les problèmes respiratoires, les inhalations sont une option intéressante. Quelques études cliniques semblent confirmer ces données :

  • En 2013, une étude a testé le thymol chez 18 volontaires en bonne santé (2). Grâce à du thymol introduit dans les narines, les volontaires avaient moins envie de tousser. Ils disaient aussi que leurs voies respiratoires semblaient moins irritées.
  • En 2006, une étude allemande a testé un sirop contenant un mélange de thym et de lierre chez des adultes qui souffraient de bronchite. Pendant 11 jours, 182 personnes ont pris le sirop et 179 un placebo. Résultats : au niveau des jours 7 à 9, une réduction de la toux a été observée avec le sirop (en moyenne de 68,7 %) par rapport au groupe placebo (47,6 %). Grâce au sirop thym-lierre, la moitié des participants voyaient une réduction de la toux deux jours plus tôt qu’avec le placebo. Les symptômes ont diminué dans les deux groupes, mais plus vite avec le sirop. Le sirop thym-lierre semble donc plus efficace qu’un placebo pour lutter contre les symptômes de la bronchite (3).

Pour la santé cardiovasculaire

Dans la médecine traditionnelle mexicaine, le thym est utilisé contre l’hypertension. Des expériences ont montré que, chez le rat, l’administration d’un extrait de thym, réduit la pression sanguine.

Pour le système nerveux

Chez le rat, il a été montré que le thym avait des effets anxiolytiques. Le thymol serait neuroprotecteur. Le thym contient également un peu d’apigénine, une molécule qui protège les neurones.

Lire : Dans le thym et le persil, une molécule qui fait du bien au cerveau

Pour la santé bucco-dentaire

Il existe des dentifrices qui contiennent du thym. Le thymol se trouve aussi dans des solutions pour bains de bouche, en raison de ses propriétés antimicrobiennes.

Pour la santé intestinale

En médecine vétérinaire, afin de limiter l’utilisation d’antibiotiques, des chercheurs s’intéressent aux huiles essentielles, notamment pour leurs propriétés antimicrobiennes. Par exemple, une étude belge parue en 2020 a testé le thymol chez de jeunes cochons. Les chercheurs ont montré que les animaux traités avec du thymol avaient moins de diarrhées, et que la fonction barrière de leur intestin était meilleure (4).

En pratique

En cuisine, le thym assaisonnera vos viandes, poêlées de légumes, grillades, rôtis, volailles, sauces tomate… Vous l’incorporerez dans un bouquet garni (avec le laurier) ou une marinade. Le thym s’utilise sec ou frais. Il peut aussi se boire en tisane et servir à confectionner des sirops maison.


Partagez :