Le régime cétogène est la tendance alimentaire la plus en vogue. Ce n’est pas étonnant : il brûle les graisses et provoque une perte de poids – qui cela ne tente pas ? Mais il a un autre effet, peu connu: bien exécuté il peut aider à rétablir l’équilibre des hormones sexuelles féminines. Dans ma pratique, j’ai également constaté qu’il atténue la prise de poids, les bouffées de chaleur, le manque d’énergie, la baisse de la libido, la perte de masse osseuse, les sautes d’humeur ainsi que d’autres symptômes gênants associés à la périménopause, la ménopause, le syndrome prémenstruel (SPM) et la post-ménopause.

Dans mon livre SOS Ménopause, j’explique pourquoi je pense que c’est le régime idéal pour les femmes qui subissent des changements hormonaux majeurs ou qui doivent faire face à des symptômes liés aux fluctuations hormonales. En tant que gynécologue et spécialiste de la santé des femmes, j’utilise l’alimentation cétogène pour aider les femmes à « fixer » leurs hormones et à se sentir en bonne santé, en particulier lorsqu’elles vieillissent.

Voici comment et pourquoi le régime cétogène peut venir à votre secours :

1. Il se concentre sur les graisses pour un meilleur soutien hormonal

La graisse est votre meilleure amie dans le cadre d’un régime cétogène puisque dans ce modèle alimentaire, environ 75 % des calories devraient provenir de sources de graisses saines telles que les avocats, les noix et les graines, l’huile de coco, le beurre, les olives et l’huile d’olive, et d’autres aliments riches en graisses. Ces « bonnes » matières grasses favorisent la production d’hormones et maintiennent l’équilibre hormonal, car elles représentent les éléments de base des œstrogènes, de la progestérone et de la testostérone. Pendant trop longtemps, on nous a dit de nous méfier des graisses, et nous avons donc réduit les graisses au profit des glucides. C’était une erreur et, personnellement, je pense que ce mouvement de réduction des graisses a contribué aux défis hormonaux auxquels de nombreuses femmes sont confrontées aujourd’hui.

2. Il augmente la sensibilité à l’insuline en réduisant l’absorption de glucides

Un régime cétogène limite les glucides à 20 à 50 grammes par jour. Cela permet d’équilibrer les niveaux d’insuline. L’insuline est une hormone maîtresse qui contrôle le taux de sucre dans le sang. Lorsqu’il est trop élevé et déséquilibré, le taux d’hormones sexuelles peut chuter.

Heureusement, suivre un régime cétogène rend votre corps plus « sensible à l’insuline ». Cela signifie que l’insuline est bien régulée, en équilibre et utilisée correctement par vos cellules. Une étude publiée en 2005 dans les Annals of Internal Medicine a montré qu’un régime cétogène augmentait la sensibilité à l’insuline de 75 % chez les diabétiques obèses. Bien que des études n’aient pas encore été menées sur la population générale, ces résultats sont prometteurs.

Lorsque vous êtes sensible à l’insuline, toutes sortes de miracles métaboliques se produisent. Vous restez mince et vous vous mettez plus facilement en forme ; vous réduisez votre risque de maladie cardiovasculaire, de maladie d’Alzheimer et de démence ; vous avez tendance à ne pas avoir de bouffées de chaleur ou de sueurs nocturnes ; et vous reconstruisez votre santé osseuse de manière à être moins exposé au risque de fragilité et d’ostéoporose. Les envies de fumer deviennent un souvenir lointain, et vous vous sentez et semblez en bonne santé et plein d’énergie.

3. Il atténue le syndrome prémenstruel (SPM) en détoxifiant l’organisme

Le SPM produit de nombreux symptômes vraiment inconfortables, notamment des crampes, des fringales, des sautes d’humeur, de l’irritabilité, de la dépression, de l’acné et de la fatigue. La cause sous-jacente est souvent la dominance des œstrogènes, ou le fait d’avoir trop d’œstrogènes et pas assez de progestérone. L’une des causes de la prédominance des œstrogènes est un régime alimentaire composé d’une trop grande quantité de sucre et de glucides raffinés – un problème facilement éliminé en suivant un régime cétogène.

Une autre cause de la dominance des œstrogènes est l’exposition aux œstrogènes dans l’environnement. Il s’agit de formes toxiques d’œstrogènes qui non seulement aggravent les symptômes du syndrome prémenstruel, mais qui augmentent également le risque de cancer du sein, d’endométriose, de stérilité et de maladies auto-immunes. Si vous optez pour un régime cétogène principalement basé sur les végétaux, vous êtes encouragé à consommer des aliments qui détoxifient ces mauvais oestrogènes comme des légumes tels que le brocoli, le chou-fleur, les choux de Bruxelles, le chou et les légumes verts, ainsi que de délicieuses herbes et épices comme l’origan, le thym, le romarin, la sauge et le curcuma.

Lire aussi : Végétariens : comment adopter un régime cétogène

4. Il stimule la santé reproductive en luttant contre le SOPK

L’une des principales causes d’infertilité chez la femme est le syndrome des ovaires polykystiques, ou SOPK. Cette maladie se développe à partir d’hormones sexuelles mal équilibrées, et plus de la moitié des femmes diagnostiquées avec un SOPK sont obèses ou en surpoids, ont une mauvaise régulation du sucre sanguin et présentent une résistance à l’insuline. Il n’y a pas de remède pour le SOPK, mais comme des problèmes d’insuline lui sont associés, un régime cétogène est une solution viable. Des chercheurs de l’université Duke ont découvert que les femmes atteintes du SOPK qui suivaient un régime cétogène étaient capables d’équilibrer leurs niveaux d’insuline et de testostérone et de constater des améliorations en termes de poids, d’infertilité et de menstruations, entre autres paramètres. Deux femmes de l’étude sont tombées enceintes malgré des problèmes d’infertilité antérieurs, et toutes ont perdu du poids.

Lire aussi : Soigner le syndrome des ovaires polykystiques naturellement

5. Il élimine le stress pour protéger les surrénales

En réponse aux nombreux facteurs de stress de la vie, les glandes surrénales libèrent l’hormone cortisol pour galvaniser l’énergie afin que nous puissions réagir rapidement à tout défi auquel nous sommes confrontés. Si notre stress n’est pas résolu, les glandes surrénales continuent de générer du cortisol, en excès. La sécrétion continue de grandes quantités de cortisol prive le corps de progestérone, d’œstrogène et de testostérone, et à terme, cela augmente le risque de souffrir d’un déséquilibre des hormones sexuelles, d’une hyperglycémie, d’une perte musculaire, d’une baisse de la libido et d’un épuisement professionnel.

Pour lutter contre ce phénomène, savourez tous les légumes pauvres en glucides consommés habituellement dans le cadre d’un régime cétogène (beaucoup de légumes à feuilles vertes, persil, chou frisé, feuilles de betterave, brocoli, chou-fleur, etc.). Ils peuvent contribuer à normaliser le cortisol, à soutenir vos glandes surrénales et à améliorer votre taux de progestérone naturel.

Le régime cétogène n’est pas adapté à tout le monde, mais pour beaucoup de femmes de mon cabinet, il a changé la donne en ce qui concerne le déséquilibre hormonal et les symptômes qui lui sont liés. Si vous souffrez, ou si vous ne vous sentez pas au mieux de votre forme, il vaut vraiment la peine d’être essayé !

Article initialement publié sur mindbodygreen.com, traduit pour LaNutrition avec l’aimable autorisation de son auteure.

Pour aller plus loin, lire le livre du Dr Anna Cabeca : SOS Ménopause


Partagez :