Lorsqu’on souffre d’asthme, comme 4 millions de personnes en France, une infection respiratoire comme celle provoquée par le coronavirus peut conduire à des complications graves. C’est pourquoi les personnes asthmatiques souffrant d’une forme chronique et sévère de la maladie, sont considérées comme à risque. Tout asthme non contrôlé ou s’étant transformé en broncho-pneumopathie obstructive, surtout chez les personnes âgées, est considéré comme facteur de risque.

Or, depuis le 11 mai, certaines personnes asthmatiques doivent reprendre le travail. Ce changement de situation peut entraîner du stress et beaucoup de questions.

Dois-je faire contrôler mon asthme avant de reprendre le travail ?

L’association Asthme & Allergies conseille vivement de prendre contact avec votre médecin généraliste ou avec votre pneumologue. Le but est d’établir le niveau de risque en fonction de l’âge, du traitement, des symptômes et des résultats des mesures du souffle. Une fois ce bilan établi, vous pourrez discuter avec votre employeur pour trouver une solution adaptée à votre état de santé.

Que faire si je suis en contact avec du public ou des collègues ?

Si l’asthme est bien contrôlé, suivi et traité, il n’y a pas de raison de vous considérer comme à risque. En revanche, les mesures barrières doivent être respectées scrupuleusement pour éviter tout danger.

Je souffre d’asthme sévère, dois-je retourner travailler ?

Le Haut Conseil de la santé publique a défini les critères de vulnérabilité. Si vous répondez à ces critères, ce qui est le cas en cas de forme sévère de la maladie, vous bénéficiez d’un arrêt de travail en cas d’impossibilité de télétravail. L’Assurance maladie a mis en place un téléservice de déclaration en ligne à l’adresse declare.ameli.fr qui permet d’accéder facilement au service de délivrance des arrêts sans passer par l’employeur ni le médecin traitant. Cette mesure ne s’applique que pour les personnes déclarées en affection de longue durée (ALD).

Je souffre d’asthme sévère et mon enfant va reprendre l’école, est-ce dangereux ?

Le risque est présent, d’après Asthme & Allergies, c’est pourquoi il est indispensable que l’enfant respecte les mesures barrières à l’école, et à la maison. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter votre médecin.

Pas de chance… les belles journées depuis le début du confinement ont amené à une pollinisation accrue sur tout l’Hexagone, comme en témoignent les observations du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA). Or, les symptômes d’asthme ou d’allergie peuvent ressembler à ceux d’un début d’infection du coronavirus.

L’absence de certains signes typiques du Covid-19 peut vous aider à faire la différence. Si vous ne remarquez pas de perte de l’odorat ni de goût, vous n’avez pas de nez bouché, pas de toux sévère, et surtout, pas de fièvre, il y a plus de chances que vous souffriez d’allergie ou d’asthme que de coronavirus. Demandez toutefois conseil à votre allergologue ou à votre médecin traitant si vous hésitez.

Chargement de votre vidéo…

À lire aussi


Partagez :