Originaire d’Asie, le moustique tigre est arrivé timidement en France en 2004, dans le Sud-Est. Sa venue dans l’Hexagone s’est, a priori, faite par avion ou par bateau, par l’intermédiaire du transport de marchandises où pouvaient se trouver des œufs. Et il y est resté car c’est un insecte très adaptable !

Le moustique tigre est plus petit que le moustique classique.

« Il mesure, en général 5 millimètres, et de toute façon, moins d’un centimètre, détaille Aline Légipont, pharmacienne. Il est noir, avec des rayures blanches sur le corps, une ligne blanche longitudinale en position centrale sur le thorax et avec des anneaux blancs sur les pattes. Ses ailes sont également noires. Et il n’a qu’une paire d’ailes fonctionnelles. »

Pour le reconnaître également, il faut savoir qu’il est plus lent, en vol, que les autres moustiques, qu’il vole bas et semble balourd !

Contrairement aux moustiques classiques qui piquent davantage le soir et la nuit, et dorment dans la journée, « le moustique tigre pique davantage le matin et en fin d’après-midi », prévient la pharmacienne.

Piqûre du moustique tigre : quels symptômes ?

Se faire piquerpar un moustique tigre est plus douloureux que la piqûre d’un moustique classique.

« On a l’impression d’avoir été piqué par un brin de paille sec, avec des démangeaisons instantanées, explique Aline Légipont. Apparaît ensuite. Une rougeur de 2 à 3 cm de diamètre avec, en son centre, une cloque de 5 mm environ. Et cette réaction est plus importante en cas de terrain allergique. »

Dans la plupart des cas la piqûre du moustique tigre est bénigne, il suffit de nettoyer à l’eau et au savon de Marseille et si, besoin, d’appliquer une crème apaisante comportant un antihistaminique.

A lire aussi :

6 signes d’allergie aux piqûres de moustique

« On peut aussi avoir recours aux huiles essentielles, propose la pharmacienne. Mélangez 2 ml d’huile essentielle de lavande aspic, 2 ml d’huile essentielle de citronnelle, 1 ml d’huile essentielle de menthe poivrée dans 5 ml d’huile de calendula, et appliquez 3 à 10 gouttes de cette préparation 3 à 5 fois par jour chez l’adulte. »

Et chez l’enfant, peut-on utiliser aussi cette préparation ? « Oui, mais il faut d’abord remélanger une goutte de cette solution dans 2 gouttes d’huile de calendula, précise la pharmacienne, et ne pas dépasser 3 applications quotidiennes. »

A lire aussi :

La citronnelle, un bon anti moustique

Moustique tigre : quelles maladies peut-il transmettre ?

En France métropolitaine, dans de rares cas, la piqûre du moustique tigre peut être vecteur de trois maladies graves que sont la dengue, le Zika et le chikungunya. « Ces maladies font parties des maladies à déclaration obligatoire », précise la pharmacienne.  La période d’incubation de ces maladies est variable : elle est de 3 à 12 jours pour le Zika, de 4 à 10 jours pour la dengue et de 2 à 12 jours pour le chikungunya.

Piqûre de moustique tigre : quand consulter ?

L’apparition de symptômes après une piqûre de moustique tigre doivent amener à consulter un médecin. « Le Zika entraîne de la fièvre, une éruption cutanée, des maux de tête, une conjonctivite, des douleurs musculaires, articulaires, énumère la pharmacienne. La dengue provoque une forte fièvre supérieure à 40 °C, des maux de tête, des douleurs rétro-orbitales, une adénopathie, des nausées, une éruption cutanée et des douleurs musculaires. Elle est potentiellement mortelle car elle peut entraîner une détresse respiratoire, des hémorragies. Le chikungunya provoque une fatigue, des douleurs articulaires très importantes, des nausées et l’apparition d’une fièvre brutale. Il peut entraîner des complications cardiaques, neurologiques et oculaires. »

Il faut associer plusieurs solutions pour multiplier l’efficacité. Le moustique tigre raffole de l’eau stagnante. « Il faut donc veiller à ce qu’il n’y en ait pas ni dans la maison, ni dans le jardin, rappelle la pharmacienne. » Il est important de surveiller les gouttières, de vider les coupelles des plantes vertes, de vider les siphons, de ranger les outils de jardinage accueillant de l’eau de pluie, de vérifier qu’il n’y a pas d’eau stagnante sous les dalles des terrasses, d’assécher les caves… Il apprécie aussi les massifs fournis et bas.

« A la maison, il préfère le rez-de-chaussée aux étages », avertit Aline Légipont.

Pour éviter de se faire piquer, « pensez à porter des vêtements légers mais à manches longues et des pantalons, le tout de couleur claire, car le moustique tigre est attiré par les couleurs foncées », précise la pharmacienne.

Les pièges à moustiques, composés d’un ventilateur qui aspire et dessèche les moustiques, sont efficaces, tout comme les pièges à larves. « On peut aussi avoir recours aux répulsifs à base de DEET dosé à 30 ou 50 %, ou de IR3535 dosé à 30 %. Attention, selon les produits, ils ne peuvent être utilisés qu’à partir de l’âge de 3 ans, voire même six ans !, précise la pharmacienne. Il faut penser aussi aux prises électriques à base d’huile essentielle de géranium, de citronnelle et qui protègent environ 8 heures. »

Malgré tout, il ne faut pas que ce satané moustique nous empêche de passer un bel été !

A lire aussi :

Comment bien utiliser un répulsif anti-moustique

Combien de départements français sont concernés par le moustique tigre ?

Vigilance moustique vient de publier une carte de la présence des moustiques tigres en France.

58 départements sont en alerte rouge, c’est-à-dire que le moustique tigre est implanté et actif : Charente, Cher, Loire Atlantique, Yvelines, Haute Savoie, Deux Sèvres, Vienne rejoignent ainsi les 51 départements dans lesquels le moustique tigre était déjà implanté et actif en 2019, à savoir Charente-Maritime, Côte d’Or, Loire, Nièvre, Puy-de-Dôme, Paris, Seine-et-Marne, Essonne, Seine-Saint-Denis, Hauts de Seine, Aisne, Hautes Alpes, Hautes Pyrénées, Ariège, Lozère, Indre, Maine et Loire, Corrèze, Val-de-Marne, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vendée, Saône-et-Loire, Rhône, Ain, Isère, Savoie, Alpes hautes Provence, Var, Alpes Maritimes, Haute Corse, Corse du Sud, Drôme, Vaucluse, Bouches du Rhône, Ardèche, Gard, Hérault, Aveyron, Tarn, Aude, Pyrénées Orientales, Haute Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Dordogne, Lot-et-Garonne, Gers, Gironde, Landes, Pyrénées Atlantiques.

9 départements sont en vigilance orange, c’est-à-dire qu’il y a eu une interception ponctuelle du moustique tigre ces 5 dernières années : Allier, Doubs, Indre et Loire, Jura, Loir et Cher, Haute Loire, Oise, Yonne, Val d’Oise.

29 départements sont en vigilance jaune, ils font l’objet d’une surveillance entomologique, mais à ce jour, le moustique tigre n’y a pas été intercepté :  Ardennes, Aube, Calvados, Cantal, Côtes d’Armor, Creuse, Eure, Eure et Loir, Finistère, Ille et Vilaine, Loiret, Manche, Marne, Haute Marne, Mayenne, Meurthe et Moselle, Meuse, Morbihan, Moselle, Nord, Orne, Pas de Calais, Haute Saône, Sarthe, Seine Maritime, Somme, Haute Vienne, Vosges, Territoire de Belfort.

Au total, 65 % de la France est touchée par le moustique tigre.

Carte Moustique tigre
© Vigilance Moustique/Manouka
À lire aussi


Partagez :