Malgré un déconfinement progressif annoncé par le gouvernement français à partir du 11 mai 2020, il est essentiel que les personnes souffrant de maladies chroniques, comme le diabète, portent une attention particulière à leur santé. Quels sont les gestes essentiels et les bonnes habitues à garder ? Jean-François Thébaut, vice-président de la Fédération française des diabétiques, répond à ces questions :

Traitement et glycémie

Les personnes diabétiques doivent poursuivre leur traitement, indique l’Assurance Maladie, qu’il s’agisse de comprimés ou d’insuline. Aucun nouveau médicament ne doit être pris sans avis médical. Si vous craignez d’être à court de produits, les pharmaciens peuvent vous aider à évaluer vos besoins en amont.

Jean-François Thébaut explique : “L’apprentissage de l’utilisation des dispositifs comme le glucomètres à bandelettes ou à lecture continue doit avoir été
fait avec le diabétologue ou le médecin traitant
. Le protocole est ainsi assuré en fonction du type de diabète. ” En cas de difficulté pour le contrôle de la glycémie ou de la cétonurie, n’hésitez pas à demander de l’aide aux professionnels de santé.

Suivi médical

Les soins liés au diabète ou à ses complications sont assurés, pendant et après le confinement. Des consultations à distance, par vidéo ou par téléphone, à domicile, en cabinet ou en établissement de santé, peuvent être organisées. Veillez toutefois à vérifier avec votre médecin quels soins ou examens sont urgents, et lesquels peuvent attendre.

“Les personnes souffrant de diabète, mais qui ne sont pas sous insuline, font des prise de sang régulières pour contrôler l’équilibre du diabète. Pour eux, certains examens peuvent être reportés, sauf en cas de signes d’alerte particuliers“, déclare Jean-François Thébaut. Les soins des plaies au niveau des doigts ou des pieds doivent être maintenus.

Symptômes inhabituels

Pendant cette période de pandémie exceptionnelle, vous pouvez ressentir des symptômes inquiétants, sans savoir comment réagir. Si vous remarquez des signes qui indiquent une décompensation du diabète, comme la soif, le fait d’uriner souvent, et une perte de poids, contactez votre médecin. Le spécialiste rappelle que “chez les enfants, ce signe se traduit souvent par des pipis au lit. C’est révélateur.”

D’autre part, si vous reconnaissez les symptômes du coronavirus, à savoir, de la fièvre, une toux, une perte d’odorat ou de goût, de la fatigue, de la diarrhée, une difficulté à respirer, un mal-être, etc, appelez immédiatement votre médecin traitant.

Enfin, contactez le SAMU en composant le 15 ou le 114 si vous êtes sourd ou malentendant, en cas d’étouffement, de douleurs thoraciques, de syncope, de paralysie d’un membre, ou de troubles de la vue ou de la parole. Précisez que vous n’avez pas de fièvre.

Hygiène de vie

Ce n’est pas toujours facile de garder ses bonnes habitudes en terme d’alimentation et de sport lorsqu’on est enfermés chez soi, mais c’est particulièrement important pour les personnes atteintes de diabète.

Adaptez votre alimentation et pratiquez de l’exercice physique à domicile. Le confinement entraîne des modifications susceptibles de déstabiliser le diabète. Pour l’éviter, il faut donc surveiller sa glycémie, son poids, son alimentation, et faire du sport en s’aidant des nombreux sites et applications disponibles”, conseille Jean-François Thébaut.

Diabète et Covid-19

Un diabète de type 1 ou 2 n’est pas considéré comme une immunodépression. En revanche, cette maladie augmente les risques de complications ou de formes sévères de Covid-19. “Les diabétiques n’ont pas plus de risques d’attraper le coronavirus, mais le fait d’être âgé, d’être un homme, et de souffrir d’obésité, d’une complication ou d’autres pathologies associées au diabète, va augmenter le risque de faire une forme grave de Covid 19 pouvant nécessiter la réanimation et l’intubation.

Vous avez des doutes ou des inquiétudes ? La Fédération française des diabétiques propose du matériel informatif et différentes lignes d’écoutes gratuites pour répondre aux questions non-médicales et en cas de troubles psychologiques. Rendez-vous sur leur site pour en savoir plus.

À lire aussi


Partagez :