Pourquoi c’est important

Plusieurs études récentes, en particulier chinoises, ont rapporté que les patients infectés par le coronavirus COVID-19 ont plus de risques de complications s’ils sont diabétiques ou hypertendus, ou qu’ils ont des antécédents cardiovasculaires. 

Ce que les chercheurs ont trouvé

Dans un article récent paru dans le Lancet, trois médecins européens font remarquer que ces patients ont en commun d’être généralement traités par des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (inhibiteurs ACE) et des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA-II), même si on ne sait pas précisément quels traitements ils prenaient.
Les inhibiteur ACE sont communément prescrits dans l’hypertension artérielle et les complications rénales du diabète, ainsi que dans plusieurs états cardiaques. Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II sont prescrits dans des indications proches. 

Le raisonnement est le suivant : les coronavirus pathogènes, ceux du SRAS-CoV initial et maintenant du SRAS-CoV-2 se lient aux cellules humaines par l’intermédiaire de récepteurs qui sont précisément ceux de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE 2). Ces récepteurs se trouvent à la surface des cellules du poumon mais aussi du tube digestif, du rein ou des vaisseaux sanguins, ce qui explique au passage l’étendue des symptômes de l’infection, qui ne sont pas que respiratoires.

Les auteurs estiment que l’expression de ces récepteurs est augmentée chez les diabétiques, traités notamment par inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou des ARA-II. En clair, leurs cellules offriraient plus de points d’attache au virus et favoriserait l’infection. « Nous émettons donc l’hypothèse, écrivent-ils, que le traitement du diabète et de l’hypertension par des médicaments stimulant les ACE-2 augmente le risque de développer une COVID-19 grave et mortelle. »
Si cette piste se confirme, les patients souffrant de maladies cardiaques, d’hypertension ou de diabète, qui sont traités avec des inhibiteurs ACE ou des ARA-II, sont plus à risque d’infection grave par COVID-19 et, par conséquent, devraient être particulièrement surveillés. 

Une autre hypothèse pour expliquer la plus grande susceptibilité des diabétiques, est que le virus interfère avec l’hème, le pigment des globules rouges, en lui ôtant le fer qu’il contient. Or les cellules des diabétiques contiennent une proportion élevée d’hémoglobine glyquée, ce qui faciliterait l’éviction du fer par le virus. Le Pr David Sinclair (Harvard) qui énonce cette hypothèse la commente ainsi : « Cela signifie que le virus est très malin ; il détruit les poumons, donc les patients ne peuvent se procurer de l’oxygène, et en même temps, il diminue la capacité du corps à transporter l’oxygène. »

En pratique

Si vous avez une glycémie trop élevée ou un diabète, évitez les aliments ultra-transformés, les glucides à index glycémique élevé et privilégiez les aliments bruts (légumes, légumineuses, céréales en grains, etc.).

Lire aussi : Quels sont les aliments à éviter lorsque l’on a une glycémie trop élevée ?

Prendre de la vitamine C et du magnésium peut aussi aider à prévenir les complications, et sera d’autant plus bénéfique en temps d’épidémie.

Si vous avez une tension trop élevée, privilégiez les aliments qui la soignent et les substances qui aident à la faire baisser naturellement.

Pour se protéger encore plus, lire : Le nouveau régime IG diabète et le Guide des compléments antioxydants


Partagez :