Le contenu de l’assiette n’est pas le seul à avoir un retentissement sur la santé et le poids, et la quantité de nourriture avalée non plus : l’heure des repas importe aussi. En effet, notre rythme circadien (régulation de l’organisme sur un cycle de 24h) implique que certains types de nutriments sont métabolisés différemment au cours du cycle quotidien.

À lire aussi : L’heure à laquelle on mange aurait autant d’importance que ce que l’on mange

Prendre en compte cet aspect de la nutrition dans le cas du jeûne intermittent semble, selon une nouvelle étude, être pertinent notamment si le jeûne est entrepris pour perdre du poids.

Jeûner le soir ou le matin ?

Dans cette étude parue dans PLOS ONE, les chercheurs ont comparé les effets de deux formes de jeûne intermittent sur 6 personnes en bonne santé âgées de 51 à 63 ans (4 hommes et 2 femmes ménopausées), notamment sur l’oxydation (utilisation comme source d’énergie) des lipides et des glucides ainsi que leur stockage. 

L’alimentation était la même (même nombre de calories), la seule différence étant l’heure des prises alimentaires. Les participants ont testé chaque schéma, avec un peu plus de 2 jours de pause entre les deux sessions :

Schéma 1 : Session petit déjeuner

  • Petit déjeuner (700 kcal) entre 8h et 9h 
  • Déjeuner entre 12h30 et 13h30
  • Dîner entre 17h45 et 18h45

Schéma 2 : Session en-cas du soir

  • Déjeuner entre 12h30 et 13h30
  • Dîner entre 17h45 et 18h45
  • En-cas (700 kcal) entre 22h et 23h

Résultats : malgré un apport et une dépense énergétiques similaires, les chercheurs ont enregistré des différences dans le métabolisme des glucides et des lipides entre les deux schémas. La prise d’un en-cas en soirée a ainsi favorisé l’oxydation des glucides au détriment des lipides avec une moyenne de 15 g de lipides brûlés en moins par rapport au schéma 1.

En effet, la prise d’une collation en soirée permettrait de maintenir les stocks de glycogène (forme de stockage des glucides) dans le foie provoquant une réduction du besoin d’oxydation des lipides pendant le jeûne nocturne. 

À terme, un tel schéma de repas pourrait expliquer un stockage des graisses plus important et donc une prise de poids, malgré les bienfaits escomptés du jeûne (pas très long dans cette étude toutefois : 14 h environ).

En pratique

Si manger un petit déjeuner semble le plus intéressant en cas de jeûne intermittent, pour ceux qui préfèrent le sauter, mieux vaut distribuer ses repas de la journée de la manière suivante :

  • Déjeuner entre midi et 13 h
  • Collation éventuelle vers 16 h
  • Dîner entre 19 h et 20 h

Pour entreprendre un jeûne intermittent, lire Le fasting
 


Partagez :