Le virus Covid-19 se propage désormais dans l’Hexagone. La France est passée au niveau 2 sur 3 de l’épidémie, devenant le deuxième foyer du coronavirus en Europe, après l’Italie. Pour endiguer, ou du moins ralentir la propagation du virus, le gouvernement a notamment annoncé  l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes ou encore la fermeture d’écoles. Poignées de main et embrassades (bise comprise) sont fortement déconseillées. Pour le moment, il n’y a aucune contre-indication à prendre les transports en commun.

Pour rappel, le Covid-19 se transmet par les postillons émis lors d’éternuements ou de toux. Ses symptômes peuvent être semblables à ceux d’autres infections virales : fièvre, toux persistante, courbatures, voire difficultés respiratoires. Ils peuvent se déclencher jusqu’à 14 jours après un contact avec une personne malade et certaines personnes développent une forme asymptomatique du virus. À noter : selon une étude chinoise, près de 80% des patients présentent une forme légère de la maladie et le taux de mortalité du virus serait de 3%.  

icon-puce A lire aussi :

Tout savoir sur les infections respiratoires à coronavirus

Le point sur la conduite à tenir face à la propagation du virus, selon votre situation.

Vous n’avez pas de symptômes et ne faites pas partie des personnes à risque ?

Si vous ne présentez pas de symptômes, ne revenez pas d’une zone à risque et ne faites pas partie des personnes “fragiles” (personnes âgées ou souffrant de maladies graves/pathologies chroniques), susceptibles de contracter le virus, il n’est pas nécessaire de porter un masque. Adoptez plutôt les mesures dites “barrières” pour limiter les risques de contracter le virus : lavez-vous fréquemment les mains (frottez 30 secondes minimum) ou utilisez du gel hydro-alcoolique, éternuez ou toussez dans votre coude (tousser ou éternuer dans vos mains disséminera plus facilement le virus), évitez de vous toucher le visage (le nez, les yeux ou la bouche sont des portes d’entrées possibles du virus) et utilisez des mouchoirs à usage unique. Ces mesures s’appliquent quelle que soit votre situation, face à un risque épidémique (grippe saisonnière, gastro). 

Vous revenez d’une zone “à risque” ?

Rappelons que le gouvernement continue de déconseiller les déplacements et voyages non nécessaires “vers les pays à risque hors UE (Union européenne) et les zones à risque en UE”. En revanche, il n’impose plus de quatorzaine pour les personnes revenant d’une zone à risque. Pour cause : le virus peut désormais être contracté sur le territoire français (il circule dans douze régions) et non plus seulement en Asie ou en Italie. Lundi 2 mars, les élèves de retour de Lombardie ou de Vénétie ont notamment pu retourner à l’école. La quatorzaine sera toutefois maintenue pour les cas contacts à haut risque revenant de l’étranger

Si vous revenez de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran, ou des régions d’Emilie-Romagne, de Lombardie et de Vénétie en Italie, mettez donc en application les mesures barrières. Surveillez également l’apparition de symptômes durant les 14 jours qui suivent votre retour, prenez votre température deux fois par jour et respectez les mesures “de réduction sociale” prônées par le gouvernement (limitez vos déplacements, évitez tout contact avec des personnes fragiles et privilégiez le télétravail). Le port du masque n’est pas nécessaire si vous ne présentez pas de symptômes. 

icon-puce A lire aussi :

Coronavirus : 40 à 70% de la population mondiale sera un jour infectée, selon un épidémiologiste américain

Vous faites partie des “personnes contact” ?

Si vous avez été en contact “étroit et prolongé” avec un malade, vous serez contacté par des équipes de l’Agence régionale de santé pour évaluer votre exposition au virus (contact tracing). Avez-vous partagé le même lieu de vie que le patient malade lorsque celui-ci présentait des symptômes ? Avez-vous eu un contact direct, en face à face, à moins d’un mètre du patient malade au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une discussion ? Avez-vous partagé un trajet en voiture, en train ou en avion avec un malade ? Un premier entretien sera réalisé pour définir si vous êtes un cas à risque “négligeable”, à risque “modéré” ou à risque “ important”.  

En fonction de votre degré d’exposition, on vous proposera ou non un test de dépistage avant de vous placer en quarantaine par précaution. Vous devrez alors surveiller votre température et l’apparition de symptômes (fièvre, toux) et porter un masque chirurgical( à changer toutes les 3 heures environ) pour éviter de contaminer d’autres personnes. Les modalités de suivi vous seront détaillées par le personnel médical et pourront être personnalisées. Pour rappel : si vous êtes mis à l’isolement ou maintenu à domicile, vous bénéficierez de 20 jours d’arrêt de travail avec indemnités, sans délai de carence.

icon-puce A lire aussi :

Coronavirus Covid-19 : quelle prise en charge pour les salariés confinés ?

Vous présentez des symptômes du Covid-19 ?

En cas de symptômes respiratoires, contactez le Samu Centre 15 en faisant état de vos symptômes et de vos déplacements récents. Portez un masque chirurgical en permanence et évitez tout déplacement et toute interaction avec des personnes fragiles. Ne vous rendez surtout pas chez votre médecin traitant ou aux urgences : vous risqueriez de contaminer de nombreuses personnes.  

Si les équipes du Samu suspectent une infection au coronavirus, elles se mettront en lien avec l’infectiologue le plus proche pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Un test biologique pourra vous être proposé. Le délai pour obtenir un résultat est entre trois et cinq heures. Si l’infection est confirmée, vous serez pris en charge et isolé dans un service d’infectiologie. Si au contraire le test et négatif, vous serez pris en charge par votre médecin traitant. 

À lire aussi


Partagez :