On les croyait disparues au milieu du XXe siècle. Pourtant, les punaises de lit, aussi appelées “puces de lit”, sont bel et bien de retour dans les foyers français. En 2018, selon l’association Droit au logement (DAL), au moins 400 000 sites étaient infestés par ces nuisibles, soit un tiers de plus que l’année précédente. L’ampleur du phénomène est telle que le gouvernement a lancé un plan national de prévention et de lutte contre ces insectes hématophages.

Les punaises de lit se nourrissent de sang humain, de préférence la nuit car elles évoluent dans l’obscurité. Aussi, elles vivent principalement dans nos chambres à coucher, attirées par les vibrations, la chaleur, les odeurs et le gaz carbonique dégagé par les individus lorsqu’ils dorment. A la différence des poux, elles ne vivent pas sur leur hôte et profitent de notre sommeil pour nous piquer. Une fois repues, elles se réfugient dans les recoins, les fissures, les coutures des rideaux, les prises électriques, sur les lits, les canapés ou les fauteuils et peuvent survivre plusieurs mois avant de repasser à l’attaque.

Les punaises de lit sont visibles à l’œil nu : à l’âge adulte elles mesurent entre 4 et 7 millimètres de long, soit environ la taille d’un pépin de pomme. Leur couleur varie du rouge au brun, en raison du sang qu’elles absorbent pour se nourrir. Elles ne sautent pas, ne volent pas, mais se déplacent plutôt à la manière des fourmis. On retrouve souvent leurs oeufs en grappe de quatre ou cinq. Ils ont la forme de grains de riz blancs de 1 à 2 mm. 

Malheureusement, ces insectes sont difficiles à repérer. On s’aperçoit souvent de leur présence au bout de quelques mois en remarquant les piqûres de plus en plus récurrentes ou en tombant nez à nez avec une punaise. D’autres indices doivent alerter : la présence de taches noires au niveau des coutures de matelas, provenant de leurs excréments, ou encore des taches de sang sur les draps, parfois dues à l’écrasement d’une punaise.

Les punaises de lit sont-elles dangereuses ?

Les piqûres de punaises de lit ne transmettent pas de maladies. En revanche elles occasionnent une gêne physique et psychologique. Les piqûres sont souvent regroupées par 3 ou 4 sur la peau au niveau des parties découvertes du corps : le visage, les mains, les bras, le dos ou les jambes. Ces lésions cutanées disparaissent spontanément en une dizaine de jours. Dans la mesure du possible, il faut éviter de les gratter pour limiter les cicatrices.

Les symptômes provoqués par ces piqûres sont très variables selon les personnes : certaines ne se rendront même pas compte qu’elles ont été piquées et d’autres ressentiront des démangeaisons intenses le matin, qui s’atténuent au fil de la journée. Dans certains cas, une consultation médicale peut être nécessaire si les lésions s’infectent ou si une réaction allergique de type urticaire se déclenche (boursouflures rouge vif assez douloureuses).

Le principal responsable de leur propagation est souvent… l’homme. C’est en déplaçant ses affaires comme des valises et, parfois, ses vêtements, ou en déménageant qu’il transporte les punaises d’un endroit à l’autre. Pour prévenir les infestations à domicile, le ministère des Solidarités et de la Santé recommande de limiter les endroits où elles peuvent se dissimuler, de porter attention aux objets que vous rapportez à la maison et d’inspecter régulièrement votre domicile, notamment le lit et les meubles.

Soyez également vigilant en voyage : vérifiez toujours l’état de la literie et des meubles à votre disposition ; évitez de mettre vos vêtements sur le lit ou dans les tiroirs de l’hôtel ; vérifiez votre valise et son contenu à votre retour. Par ailleurs, les punaises de lit ont horreur des températures trop hautes ou trop basses. Si vous suspectez une infestation, lavez vos vêtements à 60 °C (qu’ils aient été portés ou non) ; passez l’aspirateur dans vos valises et jetez immédiatement le sac de l’aspirateur dans un sac en plastique bien fermé.

Si vous constatez la présence de punaises chez vous, il faut agir vite. Plus on tarde, plus les punaises de lit se déplacent dans les autres pièces de la résidence et dans d’autres logements. 

Dans un premier temps, il faut nettoyer son appartement de fond en comble. Passez l’aspirateur partout dans le logement y compris sur les meubles, la literie, les rideaux et à l’arrière de tableaux. Jetez ensuite le sac à l’extérieur, après l’avoir fermé hermétiquement. Pour éliminer les parasites, lavez votre linge à 60 °C. Les textiles et objets non lavables doivent passer au sèche-linge pendant 30 minutes à la plus forte température ; ou alors passer au congélateur à -20 °C pendant 72 heures. On peut aussi nettoyer son logement à la vapeur à 120 °C. Si besoin, débarrassez-vous de certains meubles, de papiers peints, de tapis (en évitant de les entreposer dans les parties communes des immeubles).

Si ces mesures ne suffisent pas à éliminer les punaises de lit, une seule solution : faire appel à une société de décontamination, de préférence une entreprise ayant reçu un certificat Certibiocide délivré par le ministère de la Transition écologique et solidaire depuis moins de 5 ans. Deux interventions minimum seront nécessaires, à environ 2 semaines d’intervalle. Pour trouver un professionnel de confiance dans chaque département : consultez le site de la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D). Vous pouvez également consulter le service d’hygiène de votre commune.

Face à la multiplication des punaises de lit en France, le gouvernement a mis en place un numéro vert : 0 806 706 806 et un site dédié : stop-punaises.gouv.fr.

Source : ministère des Solidarités et de la Santé

À lire aussi


Partagez :