Pourquoi c’est important

La migraine est un mal de tête qui s’accompagne souvent d’une sensibilité à la lumière et au bruit, ainsi que de symptômes gastro-intestinaux, comme des nausées. D’après l’Inserm, 15 % de la population mondiale serait concernée par la migraine, les femmes étant deux fois plus touchées que les hommes.  

Lire notre dossier complet sur la migraine

Il existe deux grands types de migraines : les migraines sans aura, qui sont les plus courantes, et les migraines avec aura. Chez les personnes sujettes aux migraines avec aura,  d’autres symptômes apparaissent avant le mal de tête. Par exemple, le patient peut voir de manière transitoire des points ou des taches lumineuses, un « scotome scintillant », ou, de manière plus exceptionnelle, des hallucinations visuelles. Très brillant, voire éblouissant, le scotome scintillant est formé de lignes brisées qui peuvent se déplacer. Ces migraines avec aura visuelle sont souvent appelées « migraines ophtalmiques ». Comme le rapporte le Dr Turknett dans En finir avec la migraine, l’aura correspond à une « onde de dépression cérébrale qui se propulse dans le cerveau à la vitesse de 2-3 millimètres/minute », une véritable tempête sous-crâne.

Ce que montre l’étude

Les anomalies de la vision observées chez les migraineux suggèrent que leur cortex visuel, c’est-à-dire la région du cerveau qui traite les informations visuelles, est impliqué dans leur pathologie. C’est ce qu’ont voulu approfondir des chercheurs des universités de Birmingham et de Lancaster, dans une étude parue dans la revue Neuroimage : Clinical.

Pour leurs travaux, les scientifiques ont recruté 60 personnes dont 29 souffraient de migraines, 17 avec aura et 12 sans aura. Les auteurs ont présenté aux participants un motif rayé et leur ont demandé si cette vision était inconfortable ou s’ils constataient des phénomènes visuels. D’autres expériences ont montré que les motifs rayés produisent souvent des illusions visuelles chez les migraineux, ou un sentiment d’inconfort.

Les participants ont aussi passé un électroencéphalogramme pour savoir quelle était l’activité du cerveau en présence de stimuli visuels.

Pour ces deux expériences, la réponse du cortex visuel était plus importante chez les migraineux. De plus, dans le groupe des non-migraineux, certaines personnes présentaient des troubles visuels. Chez ces personnes également, le cortex visuel était plus excité.

L’étude suggère donc que les personnes qui souffrent de migraines ont un cortex visuel particulièrement excitable. Pour Ali Mazaheri, un des auteurs de cette recherche, « notre étude fournit la preuve qu’il existe probablement des anomalies spécifiques dans la façon dont le cortex visuel des personnes souffrant de migraine traite les informations du monde extérieur. »

En pratique

Certains facteurs sont connus pour déclencher des migraines. Sachez les reconnaître pour prévenir la crise ! Par exemple, le stress, le manque de sommeil, un repas trop riche, certains aliments (chocolat, vin, charcuteries…), le bruit, la météo (chute de pression atmosphérique) peuvent favoriser l’apparition des migraines. Chez les femmes, les hormones jouent aussi un rôle, les migraines apparaissant souvent en fin de cycle.

Si vous êtes sujet aux migraines, veillez à éviter les situations stressantes, apprenez à vous relaxer, par exemple en méditant ou en utilisant des huiles essentielles calmantes. Faites du sport et évitez les aliments déclencheurs des migraines. Des patients ont aussi vu leur état s’améliorer en adoptant certains régimes alimentaires, comme la diète cétogène.

Des livres pour aller plus loin : En finir avec la migraine, Le régime cétogène pour votre cerveau et Activez votre nerf vague


Partagez :