24 % de l’empreinte carbone des ménages en France proviennent de l’alimentation et 67 % des émissions de gaz à effet de serre des aliments sont issues de l’agriculture. Manger bio peut donc se révéler doublement gagnant, pour la santé et la planète.

De nombreuses études ont déjà montré les bénéfices d’une alimentation biologique notamment l’étude NutriNet-Santé qui indique qu’elle réduit le risque d’obésité, de syndrome métabolique, et le risque de cancer. Ces résultats sont aussi liés au mode de vie différent qui accompagne souvent une alimentation biologique, notamment une part moins importante de protéines animales dans l’alimentation.

À lire aussi : Aliment bio : quel impact sur l’environnement et la santé 

L’étude BioNutriNet : régimes bio versus régimes conventionnels

L’étude a été menée par Solagro, une entreprise associative d’accompagnement et de prospective autour des transitions énergétiques, agroécologiques et alimentaires, sur un groupe de 29 000 personnes. Plusieurs paramètres ont été analysés, notamment l’utilisation des terres, les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’énergie. 

Résultats : sans surprise, sur le plan nutritionnel le consommateur bio présente un meilleur profil selon les scores PAN-Diet et mPNNS-GS, ainsi qu’une exposition aux pesticides moins élevée que le consommateur conventionnel. Sur le plan environnemental, l’alimentation du consommateur bio nécessite -23 % de surfaces agricoles par rapport au consommateur conventionnel, de même pour la quantité d’énergie qui est de -26 % et -37 % d’émissions de gaz à effet de serre (de la production agricole) par rapport au consommateur conventionnel.

Comment manger bio sans se ruiner ?

Les consommateurs bio augmentent leur panier dédié à l’alimentation de 23 % environ : le coût de l’alimentation pour le consommateur bio est de 8,8 euros/j contre 7 euros/j pour le consommateur conventionnel. Voici quelques conseils pour manger bio sans gréver son budget :

  • On cuisine soi-même à la maison et on évite les plats préparés et autres produits transformés.
  • On prépare ses menus de la semaine et la liste de courses qui va avec pour éviter de gaspiller.
  • Les produits végétaux devant représenter 2/3 de l’alimentation, on fait ainsi des économies sur les produits animaux dont le prix est élevé en bio.
  • On mange des produits de saison et si possible on se fournit en fruits et légumes bio au plus près des producteurs (marchés ou AMAP par exemple).

Plus d’astuces pour prendre soin de la planète sans se prendre la tête dans Le guide de l’alimentation durable 


Partagez :