Aussi appelée maladie cœliaque, l’intolérance au gluten touche près d’1 % de la population. Fatigue, anémie, alternance de constipation et de diarrhées, règles irrégulières… elle est souvent sous-diagnostiquée à cause de symptômes disparates et souvent peu évocateurs. Parfois même, aucun symptôme n’est perceptible. Les tests de dépistage à faire chez soi permettent de prévenir cette maladie auto-immune. 

Ces autotests sont des dispositifs de diagnostic in vitro disponibles sans ordonnance, en pharmacie et sur internet. Ils permettent de savoir, à domicile, si on est intolérant au gluten. Une information importante à connaître avant de commencer un régime sans gluten, car si ce dernier est vital pour les personnes qui souffrent de la maladie cœliaque, certaines l’adoptent souvent à tort. Or, ce régime est contraignant, coûteux et peut entraîner des carences quand il est mal conduit

Tous ces kits d’autodépistage recherchent la présence, dans le sang, d’anticorps que les personnes atteintes de la maladie cœliaque produisent en réaction à l’ingestion de gluten. On y trouve une lingette de désinfection, une aiguille pour se piquer le bout du doigt, une fine tige pour recueillir la goutte de sang qui se forme, un flacon contenant un liquide qui sert à diluer cette goutte de sang, et un boîtier sur lequel on dépose la goutte de sang diluée.

Au bout de 5 à 15 min, le résultat s’affiche. S’il est “positif”, cela signifie que l’on est très probablement atteint de la maladie cœliaque. S’il est “négatif ”, on ne l’est très probablement pas.

Des dispositifs intéressants et relativement fiables

“Ces tests sont utiles aux personnes qui suspectent une intolérance au gluten, que ce soit à cause de symptômes (diarrhées quotidiennes, ballonnements, amaigrissement…), ou parce qu’un proche du premier degré (parent, frère ou sœur) en est atteint, afin de vérifier son existence”, explique le Pr Christophe Cellier. S’ils sont un peu moins fiables que les tests réalisés en laboratoire et peuvent aussi être mal interprétés et donner des résultats faussement négatifs, de l’ordre de 0 à 27 % selon les études et les tests étudiés*, le Pr Cellier considère qu’il “vaut mieux les utiliser que commencer un régime sans gluten sans un test préalable”.

En cas de résultat positif, celui-ci sera confirmé par une prise de sang analysée en laboratoire, voire par une fibroscopie.

Un résultat négatif peut quant à lui traduire une hypersensibilité au gluten, une affection dont les mécanismes sont encore mal cernés. Les symptômes disparaissent généralement avec un régime sans gluten. S’ils persistent, une consultation chez son médecin généraliste s’impose.

Quel est le bon moment pour faire un test ?

Il est important d’avoir recours aux tests avant d’éliminer le gluten de son assiette. “Les anticorps qui permettent de dépister la maladie cœliaque disparaissent en effet avec le suivi d’un régime sans gluten strict”, souligne le Pr Cellier. Cette précaution est donc indispensable pour ne pas fausser le résultat.

Les autotests sont aussi intéressants après un diagnostic de maladie cœliaque. Un résultat positif témoigne de la présence d’aliments contenant du gluten qui restent à exclure. Mais là encore, un résultat négatif peut être rassurant à tort : “Les tests détectent les grosses erreurs d’alimentation, mais pas les petites”, explique le spécialiste.

Quatre autotests pour dépister une intolérance au gluten

Nous avons sélectionné ceux dont la notice est rédigée en français et qui sont disponibles en pharmacie, un gage de sécurité. D’autres tests sont vendus sur internet mais leur notice est rédigée en anglais.

  • Auto-test gluten 2ème génération, du laboratoire AAZ.  19,90 €. 5 à 10 min. Ce test est le seul à rechercher les mêmes anticorps que le dépistage de la maladie coeliaque recommandé par la Haute Autorité de Santé (HAS). Pour le Pr Cellier, c’est le plus fiable : “La recherche des anticorps IgA totales permet en effet de réduire le risque de résultat faussement négatif.” Il recherche deux types d’anticorps : IgA anti-transglutaminases et IgA totales. 
  • Exacto, du laboratoire Biosynex. 11,90 €. 10 min. Certaines études suggèrent une efficacité élevée avec ce type d’anticorps. Mais elles sont réalisées par les laboratoires qui commercialisent ces tests, et cette recherche d’anticorps n’est pas recommandée par la HAS. Il recherche deux types d’anticorps : IgA et IgG anti-gliadines déamidées. 
  • Véroval, du laboratoire Hartmann. 17,70 €. 10 min. Avec ce test, le risque d’obtenir un résultat faussement négatif est plus élevé. IL recherche un type d’anticorps : IgA anti-transglutaminases. 
  • Gluten’Alarm, du laboratoire Medisur. 12 €. 15 min. Avec ce test, le risque d’obtenir un résultat faussement négatif est plus élevé. IL recherche un type d’anticorps : IgA anti-transglutaminases.

Quid des autotests génétiques ?

Des firmes américaines comme 23andMe proposent des autotests génétiques de diagnostic de la maladie cœliaque. Mais ils sont loin d’être fiables. et pour cause : 25 % de la population est porteuse de gènes de prédisposition recherchés par ces tests, mais seul 1 % développe la maladie.

À lire aussi


Partagez :