Pourquoi c’est important

D’après l’Inserm, 5 % de la population française est diabétique. Cette proportion est maximale entre 75 et 79 ans, avec 20 % des hommes et 14 % des femmes qui sont traités pour leur diabète. 9 diabétiques sur 10 souffrent d’un diabète de type 2, une maladie qui peut conduire à des complications cardiovasculaires telles que l’athérosclérose, l’AVC ou l’infarctus du myocarde.

Lire : Diabète : une meilleure santé cardiovasculaire en buvant moins d’alcool

Les problèmes cardiaques sont fréquents chez les diabétiques. Aux Etats-Unis, 33 % des patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque ont aussi du diabète. Mais quelles sont les preuves que le diabète favorise l’insuffisance cardiaque ?

Ce que montre l’étude

Dans cette étude parue dans Mayo Clinic Proceedings, réalisée dans le cadre du Rochester Epidemiology Project, les auteurs ont évalué le risque d’insuffisance cardiaque chez les patients souffrant de diabète. Parmi plus de 2000 habitants du Comté d’Olmsted âgés de plus de 45 ans, les chercheurs ont trouvé 116 participants diabétiques. A chaque patient diabétique étaient associés deux personnes non malades de profil similaire au niveau de leur âge, sexe, hypertension et maladies coronariennes. Mais les diabétiques avaient un IMC et des niveaux d’insuline et de glucose plus élevés. En tout, 232 participants non diabétiques ont été inclus dans l’analyse.

Sur une période de suivi qui a duré 10 années, 21 % des patients diabétiques – soit 22 personnes sur 116 – ont eu une insuffisance cardiaque, contre 12 % des nondiabétiques – 24 personnes sur 232. Parmi ceux qui souffraient d’une dysfonction diastolique, le risque d’insuffisance cardiaque était multiplié par 2,5 chez les patients diabétiques. Mais même sans dysfonction diastolique, le diabète semble augmenter le risque d’insuffisance cardiaque.

Des échographies réalisées dans d’autres études ont montré que les patients diabétiques ont un ventricule gauche avec une paroi plus épaisse. Mais ici la structure du cœur semblait similaire chez les diabétiques et les non diabétiques. Donc même sans anomalie de la structure cardiaque, le risque d’insuffisance cardiaque augmentait chez les diabétiques.

Le diabète est donc un facteur de risque d’une insuffisance cardiaque. L’explication se trouve probablement au niveau cellulaire. En effet, la résistance à l’insuline influence le métabolisme des cellules du cœur, les cardiomyocytes, car elle favorise l’utilisation de lipides comme source d’énergie, plutôt que le glucose. Les patients diabétiques n’utilisent pas suffisamment le glucose au niveau des cardiomyocytes, ce qui entraîne des dépôts de collagène, une fibrose cardiaque et un dysfonctionnement du cœur. Les cellules musculaires cardiaques deviennent moins efficaces, et la fonction cardiaque est affectée. L’utilisation de lipides au lieu du glucose augmente aussi l’inflammation et le stress oxydatif.

En pratique

Si cette étude ne permet de pas d’établir un lien de cause à effet entre diabète et insuffisance cardiaque, elle s’ajoute à de nombreuses autres ayant déjà trouvé une association entre ces deux maladies. Cela suggère qu’il faut soit mieux contrôler son diabète, soit chercher à l’inverser afin de prévenir des problèmes cardiaques. Dans tous les cas, cela passe par l’alimentation. Il est possible de bien contrôler son diabète et éviter ses complications en adoptant un régime à index glycémique bas. Et de plus en plus d’études et de cas cliniques indiquent qu’adopter un régime pauvre en glucides ou suivre le protocole de Newcastle permet carrément d’inverser la maladie.

Des livres pour aller plus loin : Comment j’ai vaincu le diabète sans médicament et Le nouveau régime IG diabète


Partagez :