Régime paléo

Lola, une jeune fille qui vivait au Danemark il y a 5700 ans, avait les yeux bleus, la peau sombre et les cheveux foncés. Son repas, reconstitué par des chercheurs, comportait des noisettes et du canard colvert, mais pas de lait – elle ne digérait pas les produits laitiers. Un authentique régime paléo à l’époque néolithique.

Nous savons tout cela sur Lola parce qu’elle a mâché de la poix de bouleau, une substance collante qui était utilisée comme un chewing-gum. L’étude de cette poix de bouleau, trouvée par les archéologues du Musée Lolland-Falster sur le site de Syltholm à Lolland, la quatrième plus grande île du Danemark, a révélé l’ensemble du génome et du microbiome buccal de la jeune fille. L’étude a été publiée le 17 décembre dans la revue Nature Communications.

À lire aussi : Régime paléo : les trésors de l’alimentation aborigène 

Colle préhistorique

La poix de bouleau était utilisée comme colle dès le Paléolithique. Elle était obtenue en chauffant l’écorce de bouleaux. Nos ancêtres l’employaient pour fixer des outils en pierre aux poignées et aux sangles. Bien que malléable lorsqu’il est chauffé, la poix se solidifie en refroidissant, et les chercheurs pensent qu’elle était mâchée pour la garder molle pendant que l’on travaillait sur les outils. Elle servait peut-être également à soulager les douleurs dentaires.

En extrayant l’ADN de la poix de bouleau, les chercheurs ont appris qu’il avait été mâché par une femme génétiquement proche des chasseurs-cueilleurs du continent européen, plutôt que par ceux de Scandinavie centrale. Ses cheveux, sa peau et la couleur de ses yeux, étaient semblables à ceux d’autres chasseurs-cueilleurs européens.

Le site de Syltholm est le plus grand site préhistorique du Danemark, et les découvertes archéologiques suggèrent que les gens qui l’occupaient ont exploité les ressources locales sauvages jusqu’au milieu du Néolithique, période où l’agriculture et les animaux domestiques ont été introduits pour la première fois en Scandinavie du Sud.

Lola était intolérante au lactose, ce qui confirme que les adultes vivant dans le nord de l’Europe ont développé une tolérance après que l’élevage des bovins se soit répandu au cours du néolithique.

Pour en savoir plus : Le grand retour du modèle paléo (abonné)


Partagez :