Un lien entre rigidité artérielle et manque de vitamine D 

Selon des chercheurs de l’Université d’Emory, aux Etats-Unis, avoir un faible taux de vitamine D pourrait favoriser l’hypertension, et ainsi le risque de maladies cardiovasculaires.

Afin d’évaluer la relation entre vitamine D et fonction vasculaire, les auteurs ont suivi 554 personnes âgées en moyenne de 47 ans. Le taux de vitamine D des participants, ainsi que divers paramètres vasculaires (capacité de vasodilatation, résistance des petits vaisseaux…), ont été mesurés.

Résultats : 33 % des participants avaient un taux de vitamine D insuffisant (inférieur à 30 nanogrammes par millilitre) et 14 % étaient déficitaires en vitamine D (taux inférieur à 20 nanogrammes par millilitre). Les personnes qui ont les taux les plus faibles de vitamine D sont celles qui ont les artères les plus rigides. Chez ces personnes, la fonction vasculaire est altérée.

Une supplémentation en vitamine D améliore la rigidité artérielle chez les personnes qui en manquent

Selon les résultats d’une autre étude publiée dans Plos One, des doses élevées de vitamine D pourraient rapidement réduire la rigidité artérielle qui est un facteur de risque cardiovasculaire et de mortalité. L’amélioration de la rigidité artérielle dépend de la dose de vitamine D reçue.

« Dans une étude précédente, nous avions constaté qu’une supplémentation en vitamine D permettait de ralentir la progression de la rigidité artérielle chez des adolescents » expliquent les auteurs. Les chercheurs ont cette fois mené un essai contrôlé randomisé sur 70 personnes afro-américaines âgées de 13 à 45 ans en surpoids ou obèses. Les participants ont reçu soit un placebo soit l’équivalent mensuel de doses quotidiennes de vitamines D de 600, 2000 ou 4000 UI/jour (les suppléments ont été administrés mensuellement). Tous les participants présentaient un déficit en vitamine D au début de l’étude. L’intervention a duré 16 semaines.

Résultats : la dose la plus élevée de 4000 UI par jour a permis une réduction de 10,4% de la rigidité artérielle. Le groupe qui a reçu une supplémentation correspondant à 2000 UI/jour a obtenu une amélioration de la rigidité artérielle de 2% après 16 semaines de supplémentation. Le groupe qui a reçu 600 UI/jour n’a pas eu d’amélioration et le groupe qui a reçu le placebo présentait une augmentation de 2% de la rigidité artérielle.

A la fin des 16 semaines, dans le groupe ayant reçu les 4000 UI par jour, la concentration sanguine en vitamine D était passée de moins de 50 nmol/L à 89 nmol/L . On considère qu’une concentration de 75 nmol/L est suffisante. « Augmenter le niveau de vitamine D au-dessus du seuil de suffisance permet d’obtenir des effets bénéfiques supplémentaires sur la santé » concluent les auteurs.

En pratique

La supplémentation, surtout en hiver, est souvent incontournable pour ne pas manquer de vitamine D lorsqu’on habite dans l’hémisphère nord ou l’hémisphère sud (en Europe : au-dessus de la ligne des Pyrénées). Des doses comprises entre 1000 et 4000 UI de vitamine D par jour l’hiver, si l’on est déficitaire, apparaissent appropriées pour relaxer les artères. « La dose de 4000 UI par jour est plus de 6 fois supérieure à la dose recommandée (600 UI/jour). Cela correspond à la dose maximale quotidienne sans danger » disent les auteurs. Il n’y a pas de preuves que les suppléments de vitamine D aient un intérêt pour les artères si on n’est pas déficitaire. Dans tous les cas, mieux vaut prendre l’avis du médecin

Pour en savoir plus, lire un extrait de Vitamine D, mode d’emploi


Partagez :