Originaire d’Asie du Sud-Est, le gingembre est une épice couramment utilisée en cuisine. Issu du rhizome de la plante Zinziber officinale, le gingembre est présent dans différentes médecines traditionnelles (ayurvédique, chinoise, tibétaine, romaine, grecque…) En médecine ayurvédique, il est appelé maha aushadh, ce qui signifie « excellent médicament ». 

Le gingembre présente de nombreuses vertus pour la santé grâce à ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Il contient à la fois des composés volatils à l’origine de ses arômes (camphène, terpènes, géraniol…), et des composés non volatiles, comme les gingérols, shogaols, paradols et zingérone, responsables de la sensation de piquant et de chaleur dans la bouche.

Voici comment cette épice peut vous aider contre diverses affections.

Lire aussi : Le gingembre est-il un aphrodisiaque ?

Contre les troubles digestifs

Dans la médecine traditionnelle, le gingembre est connu pour ses propriétés gastro-protectrices. Il protégerait des nausées, vomissements et douleurs gastriques (1). Des études contre placebo ont trouvé qu’il permet à l’estomac de se vider plus facilement, ce qui aiderait à soulager les douleurs d’estomac (dyspepsie).

D’après une analyse de 12 études impliquant plus de 1 200 femmes enceintes, le gingembre améliore de manière significative les nausées, par rapport à un placebo (2). Au début de la grossesse, il aiderait à prévenir les vomissements, sans présenter de risque pour l’embryon. Une dose de 1 g par jour paraît efficace contre les nausées et vomissements sans conduire à des effets secondaires (3). Le gingérol, principal composé actif du gingembre cru, est considéré comme un anti-émétique.

Le gingembre a aussi été étudié pour savoir s’il pouvait calmer les effets secondaires des chimiothérapies et certaines études ont trouvé qu’il réduisait les nausées dans ce cadre. 500 mg de gingembre par jour peuvent aussi limiter les nausées et vomissements après une opération (3).

Contre la maladie du foie gras

Dans une petite étude sur 44 patients souffrant de la maladie du foie gras, certains ont pris 2 g par jour de gingembre ou un placebo pendant 12 semaines. Dans les deux groupes, les participants devaient améliorer leur régime alimentaire et étaient incités à faire de l’exercice. Dans le groupe qui a pris du gingembre, il y a eu une diminution des enzymes du foie, des marqueurs de l’inflammation, de la stéatose hépatique et de la résistance à l’insuline, par rapport au placebo (4). Cela pourrait être dû aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires du gingembre.

Contre les douleurs des règles

En 2018, une étude a testé deux types de traitement contre les douleurs des règles chez 168 étudiantes âgées de 18 à 25 ans : certaines ont pris du gingembre, et d’autres un médicament, à savoir un anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS) contenant de l’ibuprofène. Les deux traitements ont réduit la douleur liée aux règles, et l’efficacité du gingembre contre la dysménorrhée était comparable à de celle du médicament, les effets indésirables en moins (5).

Contre le diabète

Une analyse incluant huit essais cliniques sur 454 patients souffrant de diabète de type 2 suggère que le gingembre peut aider au contrôle de la glycémie à long terme (6). Une petite étude sur des patients souffrant de syndrome métabolique a trouvé que 2 g de gingembre par jour pendant 12 semaines ont un effet positif sur la résistance à l’insuline (7).

Contre les douleurs de l’arthrose

L’arthrose est une maladie inflammatoire chronique pour laquelle les anti-inflammatoires naturels sont importants afin de réduire la dose de médicaments et leur toxicité à long terme. Une méta-analyse qui a rassemblé les résultats de cinq essais cliniques incluant 593 patients souffrant d’arthrose a conclu que le gingembre aide à réduire les douleurs articulaires. Les auteurs jugent cependant l’efficacité du gingembre modeste (8). Ils notent aussi que certains patients abandonnent le traitement au gingembre à cause du goût ou de problèmes gastriques, mais aucun de ces effets secondaires n’est jugé comme étant grave.

Lire aussi : Trois épices efficaces contre la douleur

Pour la santé du cerveau

Comme le gingembre est antioxydant et réduit l’inflammation, il pourrait aider à lutter contre le vieillissement du cerveau et les maladies neurodégénératives. Une petite étude a trouvé que le gingembre améliorait les performances cognitives de femmes d’âge moyen (9).

Contre la migraine

En 2014, une étude a trouvé qu’un extrait de gingembre (associé à de la grande camomille) était aussi efficace qu’un médicament (le sumatriptan) contre la migraine. Pour 100 patients présentant des migraines avec aura, le mal de tête était moins intense deux heures après la prise de gingembre ou du médicament, et l’efficacité des deux traitements était similaire. Le gingembre entraînait cependant moins d’effets secondaires que le médicament (10).

Des idées de recettes avec du gingembre


Partagez :