Pourquoi c’est important

Chaque année, la grippe saisonnière constitue une préoccupation majeure de santé publique. Cette infection peut avoir de graves conséquences chez les personnes fragiles et conduit à de nombreux arrêts maladie en hiver. Or le vaccin contre la grippe saisonnière n’apporte pas une protection fiable. C’est pourquoi il serait intéressant de trouver d’autres stratégies pour se donner un maximum de chances de résister à cette infection qui tue des milliers de Français chaque année. L’alimentation joue un rôle important dans les défenses immunitaires de l’organisme. Elle représente une piste intéressante pour nous aider à résister aux infections car elle pourrait fournir à l’organisme les bons carburants et les bonnes molécules qui l’aident à se défendre. Comme disait Louis Pasteur, « Le microbe n’est rien. Le terrain est tout. »  

Ce que montre l’étude

Dans cette étude parue dans la revue Science Immunology, les chercheurs se sont demandé si le régime cétogène pouvait améliorer les défenses de l’organisme contre le virus de la grippe. La diète cétogène consiste en une alimentation riche en graisses et pauvre en glucides. Du point de vue biochimique, le régime cétogène mime les effets d’un jeûne et conduit à la cétose : l’organisme produit des cétones (ou corps cétoniques), des molécules qui seront utilisées par les cellules comme carburant à la place du glucose. Les cétones qui sont produites à partir des graisses ont un effet sur l’inflammasome, un complexe protéique activé lors d’infections.

D’après les résultats de cette étude, les souris qui suivent une alimentation cétogène parviennent mieux à combattre le virus de la grippe que celles qui suivent un régime riche en glucides : les souris infectées par le virus de la grippe survivent mieux avec l’alimentation cétogène. Au niveau cellulaire, le régime cétogène active certains lymphocytes T dans les poumons : les lymphocytes T gamma delta. Ceci favorise la formation de mucus dans les voies aériennes, ce qui contribue à piéger le virus de la grippe. Le régime riche en glucides ne permet pas cette activation des défenses de l’organisme.

Chez des souris dépourvues de lymphocytes T gamma delta, cette protection contre l’infection n’est pas possible, ce qui montre l’importance de ces cellules pour la santé pulmonaire. Ces lymphocytes favorisent la fonction barrière des poumons et la résistance aux infections virales.

Cette recherche démontre que, chez la souris, la production de corps cétoniques par l’organisme permet d’alimenter le système immunitaire afin de l’aider à combattre l’infection du virus de la grippe. Les résultats d’une étude sur la souris ne sont pas directement transposables à l’homme, on ne peut donc pas affirmer que le régime cétogène permettrait de prévenir cette maladie. 

En pratique

Le régime cétogène a d’abord été conçu pour lutter contre l’épilepsie de l’enfant. Aujourd’hui, il a de nombreux adeptes pour ses autres bénéfices, notamment la perte de poids. Le régime cétogène est étudié dans le cadre d’autres pathologies, comme la maladie d’Alzheimer, Parkinson, le diabète ou pour des patients ayant un cancer. Comme il est très strict et qu’il demande 2-3 semaines d’adaptation, il ne peut être adopté de manière transitoire pour se protéger d’une maladie virale comme la grippe. Il y a donc peu de chances qu’il soit recommandé un jour dans cette indication.

Le régime cétogène inclut de la viande, de la volaille, du poisson, des légumes sans amidon…  Il impose de limiter les aliments riches en glucides : féculents, sucreries, fruits… Les glucides représentent 5 à 10 % des apports énergétiques, contre 70 à 80 % pour les lipides et 20 à 25 % pour les protéines.

Des livres pour aller plus loin : Le grand livre de l’alimentation cétogène et 100 aliments céto à volonté


Partagez :