Pourquoi c’est important

L’American College of Sports Medicine, l’American Cancer Society et 15 autres organisations internationales déclarent, dans deux articles publiés le 16 octobre, que l’exercice peut fortement réduire les risques de certains cancers, et améliorer la survie des patients atteints.

Les précédentes recommandations remontaient à près de dix ans : en 2008, de nombreux chercheurs s’étaient réunis pour évaluer les données scientifiques disponibles sur l’exercice et le cancer et dire s’il y avait suffisamment de preuves pour conseiller aux patients de faire de l’exercice. Des recommandations ont été émises en 2010. Elles soulignaient que l’exercice physique semble sûr pour la plupart des personnes atteintes de cancer et que ces personnes devraient essayer d’être actives.

Ce que les chercheurs ont trouvé

En 2018, Kathryn Schmitz, professeure de santé publique et de lutte contre le cancer à Penn State University a réuni en 2018 près de 40 autres chercheurs de 17 groupes internationaux pour réévaluer le travail fait en 2008. Le groupe a rassemblé et analysé des centaines d’études expérimentales, épidémiologiques et cliniques.

Selon les articles que publient Medicine & Science in Sports & Exercise et CA : A Cancer Journal for Clinicians, les personnes physiquement actives ont, par rapport aux sédentaires, un risque réduit de près de 70% de développer certains cancers, notamment ceux du côlon, du sein, de l’endomètre, du rein, de la vessie, de l’œsophage et de l’estomac.

Les recommandations soulignent également que, dans de nombreuses études récentes, l’exercice physique est capable de modifier la trajectoire du cancer. Expérimentalement, l’exercice modifie l’environnement moléculaire de certaines tumeurs, retardant ou même arrêtant leur croissance. Dans les études chez l’homme, l’exercice pendant et après le traitement du cancer est associé à une plus grande survie.

L’exercice semble également diminuer fatigue, anxiété ou dépression chez les patients atteints de cancer, sans effet secondaire notable.

En pratique

Sur la base de ces résultats, les auteurs des nouvelles recommandations concluent que les personnes atteintes de cancer devraient s’efforcer de faire de l’exercice aérobie d’intensité modérée comme la marche rapide ou le vélo à raison de 30 minutes au moins par séance, trois fois par semaine. Les patients devraient aussi pratiquer la musculation deux fois par semaine, s’ils en sont capables.

Pour en savoir plus : Le sport, un allié de poids contre le cancer (abonnés)

Sources :
Campbell, K. and al. Exercise Guidelines for Cancer Survivors. Consensus Statement from International Multidisciplinary Roundtable. Medicine & Science in Sports & Exercise: November 2019 – Volume 51 – Issue 11 – p 2375–2390.
Schmitz K. Exercise is medicine in oncology: Engaging clinicians to help patients move through cancer. CA : A Cancer Journal for Clinicians. First published: 16 October 2019


Partagez :