En France, d’après l’Anses, environ un quart des personnes auraient déjà utilisé une e-cigarette et plus d’un million et demi vapoteraient tous les jours (1). Mais les produits contenus dans les e-liquides de ces cigarettes sont-ils dangereux pour la santé ?

Aux États-Unis, le CDC (Center for Disease Control and Prevention) a enregistré plus de 800 cas de lésions pulmonaires liées au vapotage, ainsi que 12 décès. Une étude récente de la Mayo Clinic parue dans la revue New England Journal of Medicine a analysé les biopsies pulmonaires de 17 patients, dont 13 hommes (2). Tous présentaient des lésions pulmonaires et avaient utilisé des e-cigarettes. 71 % avaient vapoté du cannabis ou des huiles de cannabis. L’âge moyen des patients était de 35 ans et 2 d’entre eux sont décédés.

Les chercheurs ont constaté que le problème ne pouvait pas provenir de l’accumulation de lipides. Dans un communiqué, Brandon Larsen, expert en pathologie pulmonaire, a expliqué « il semble qu’il s’agit d’une sorte de lésion chimique directe, similaire à celles constatées avec les expositions aux fumées chimiques toxiques, aux gaz toxiques et aux agents toxiques. »

Pour les auteurs, les fumées toxiques de la cigarette électronique pourraient donc causer ces lésions : « D’après ce que nous avons observé dans le cadre de notre étude, nous supposons que la plupart des cas impliquent des contaminants chimiques, des sous-produits toxiques ou d’autres agents nocifs composant les liquides de vapotage.»

Le vapotage réduit les capacités pulmonaires

En 2012, des chercheurs de l’université d’Athènes en Grèce avaient examiné l’impact à court terme de la cigarette électronique sur la fonction pulmonaire (3). Leur étude avait suivi 8 non-fumeurs et 24 fumeurs dont 11 ayant une fonction pulmonaire normale et 13 souffrant d’asthme ou de bronchite chronique. Chaque participant a utilisé une cigarette électronique pendant 10 minutes puis a subi un test de spirométrie, destiné a mesuré les capacités pulmonaires.

Résultat : la cigarette électronique a diminué les capacités respiratoires de 182 à 206 % chez les non-fumeurs, de 176 à 220 % chez les fumeurs mais n’a pas eu d’effet significatif sur les personnes déjà malades.

Christina Gratziou (école médicale d’Athènes), une des auteurs de l’étude expliquait alors : “Nous ne savons pas encore si les produits qui délivrent de la nicotine comme les cigarettes électroniques sont moins dangereux que les cigarettes classiques malgré les allégations marketing. Ces recherches nous aident à comprendre comment ces produits peuvent être potentiellement dangereux. Plus de recherches sont nécessaires pour examiner l’impact à long terme.”

Références

(1) Solal. Les cigarettes électroniques sont-elles responsables d’accidents graves ? Le bulletin des vigilances de l’Anses. 2018.

(2) Butt et al. Pathology of Vaping-Associated Lung Injury. The New England Journal of Medicine. 2019.

(3) Gennimata SA, Palamidas A, Kaltsakas G, et al. Acute effect of e-cigarette on pulmonary function in healthy subjects and smokers. Presented at the European Respiratory Society’s Annual Congress. September 2 2012.


Partagez :