Pourquoi c’est important

La maladie du foie gras non alcoolique  (NAFLD) correspond à une accumulation de graisses dans le foie, souvent à cause d’une mauvaise alimentation. En France, environ un adulte sur cinq serait concerné par la maladie du foie gras qui, sans intervention, peut dégénérer en stéatose hépatique non alcoolique ou NASH, une maladie bien plus sévère.

La maladie du foie gras est associée à l’obésité, au syndrome métabolique et à la résistance à l’insuline. Mais des travaux ont aussi suggéré qu’elle était liée à des déséquilibres du microbiote intestinal. Par exemple, un enrichissement de la flore intestinale avec certaines souches bactériennes (Eubacterium rectale, Bacteroides vulgates…) est corrélé à la maladie du foie gras.

Lire  : NASH : un adulte sur cinq concerné par la maladie en France

Ce que montre l’étude

Cette étude parue dans la revue Cell Metabolism fait un lien entre une bactérie intestinale qui produit de l’alcool et la maladie du foie gras. Tout a commencé avec l’étude du cas d’un patient qui souffrait du “syndrome de l’auto-brasserie” : une maladie dans laquelle vous pouvez être ivre sans avoir bu ! Cette affection est souvent due à une levure qui produit de l’alcool dans le système digestif. Mais ici le patient, qui souffrait de NASH, n’avait pas cette levure et les traitements anti-fongiques étaient inefficaces chez lui. Son alcoolémie était d’environ 400 mg/L alors qu’il ne buvait pas d’alcool. En revanche il consommait beaucoup de glucides.

En analysant la flore intestinale du patient, les chercheurs ont observé qu’il avait des souches de la bactérie Klebsiella pneumoniae (une bactérie courante dans l’intestin) qui, chez lui, produisaient de grandes quantités d’alcool : quatre à six fois plus que chez des personnes « normales ».

Les scientifiques ont eu l’idée de rechercher ces bactéries productrices d’alcool chez 43 patients chinois souffrant de NAFLD. 48 personnes en bonne santé ont servi de témoins. Résultats : 60% des patients, contre 6% des témoins, avaient des bactéries productrices d’alcool ! K. pneumoniae était donc présente chez la majorité des patients souffrant de maladie du foie gras.

Pour savoir si cette bactérie peut causer la maladie du foie gras, les chercheurs ont réalisé des expériences sur des souris qui n’avaient pas de flore intestinale. Ils leur ont donné les K. pneumoniae des patients souffrant de NAFLD et, en un mois, les animaux ont commencé à développer une maladie du foie gras. Au fil du temps, la progression de la maladie ressemblait à celle du foie des souris qui buvaient de l’alcool. Et quand les chercheurs ont donné aux souris un antibiotique pour tuer la bactérie, la maladie s’est inversée.

Jing Yuan, principale auteure de l’article, a expliqué dans un communiqué que les chercheurs ont été surpris par la quantité d’alcool produite par ces bactéries, et explique : « Lorsque le corps est surchargé et ne peut pas décomposer l’alcool produit par ces bactéries, vous pouvez développer une maladie du foie gras même si vous ne buvez pas. »

Mais pourquoi certaines personnes ont ces bactéries productrices d’alcool et d’autres non ? Pour la chercheuse, il est possible de se contaminer avec de la nourriture, mais « certaines personnes peuvent avoir un environnement intestinal plus propice à la croissance et à la colonisation de K. pneumoniae que d’autres, en raison de leur génétique. » En identifiant cette bactérie suffisamment tôt, il serait peut-être possible d’inverser la maladie.

Au final, cette recherche montre qu’une modification du microbiote peut favoriser la maladie du foie gras. Il faut noter que la bactérie étudiée ici produit de l’alcool à partir du sucre. 

En pratique

Pour lutter contre la maladie du foie gras, il faut éviter les aliments très sucrés, à index glycémique élevé. Donc éviter les sodas, le sucreries et autres gâteaux mais aussi de manger des quantités importantes de glucides (pâtes, riz, pommes de terre…). Dans Le régime NASH contre la maladie du foie gras, Angélique Houlbert propose un régime en deux phases pour venir à bout de cette pathologie.

Des livres pour aller plus loin : Le régime NASH contre la maladie du foie gras et La meilleure façon de manger


Partagez :