La perte de cheveux d’un nourrisson est tout à fait normale. Elle est liée aux changements vécus au cours de l’accouchement, et aux hormones comme le cortisol, qui permettent au bébé d’affronter la transition entre le monde intra-utérin et l’extérieur.

Pourquoi les bébés perdent-ils leurs cheveux ? © iStock

Les premiers mois de vie d’un bébé sont marqués par des grands changements. Mais les nouveaux parents ne s’attendent peut-être pas à retrouver des touffes de cheveux sur le matelas du berceau. Au bout de quelques semaines, un bébé chevelu peut devenir quasi-chauve. Rassurez-vous, cette perte de cheveux est rarement un problème.

Le fœtus, explique le site Live Science, commence à développer des poils au cours du premier trimestre de la grossesse. La perte des cheveux indique simplement que le nourrisson s’adapte à la vie en dehors de l’utérus. En effet, sur la tête d’une personne adulte, chaque cheveu traverse une phase de pousse et une phase d’immobilité. Quand les cheveux ne poussent pas, ils peuvent tomber. Il s’agit d’un cycle régulier et bien réparti.

Dans le cas d’un nouveau-né, les changements hormonaux qu’il traverse pendant et après la naissance peuvent faire tomber l’ensemble des poils en phase de non-pousse en même temps. Et pour cause, la mère et le bébé subissent d’énormes transformations pendant l’accouchement. Au début du travail, le corps du bébé commence à fabriquer des hormones qui l’aident à se développer et à faire circuler le sang après s’être séparé du cordon ombilical.

Une réaction physique

Parmi ces hormones, on retrouve le cortisol. Son rôle : aider les poumons du bébé à mûrir et favoriser la production de l’énergie et de la chaleur du nourrisson. Chez l’adulte, cette hormone du stress provoque une réaction de combat ou de fuite, et aide aussi à diriger l’énergie de l’organisme vers les fonctions vitales. Pendant l’accouchement, le stress déclenche donc la production de cortisol chez le bébé, qui canalise ainsi son énergie vers les éléments essentiels à la survie, laissant de côté le superflu… comme les cheveux.

Après la naissance, tous les cheveux du bébé restent en phase de repos jusqu’à ce que davantage de ressources soient disponibles. Ils ont tendance à tomber quand l’enfant est âgé de 8 à 12 semaines, puis repoussent vers l’âge de 3 à 7 mois. Mais il faudra attendre les 2 ans de l’enfant pour voir apparaître des cheveux plus épais.

Le nombre et l’emplacement des follicules pileux individuels sont déterminés génétiquement. Il ne sert à rien de raser la tête du bébé pour stimuler la repousse des cheveux. La couleur et l’épaisseur peuvent également changer plusieurs fois au cours des premiers mois ou années. Tout ce qu’il reste à faire aux parents, c’est de profiter de chaque style capillaire différent, sans trop s’y attacher.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :