Vous avez décidé d’avoir un bébé avec votre partenaire, et vous êtes impatiente de tomber enceinte. La joie peut vite laisser place au stress, à l’anxiété, et à la peur de ne pas y arriver. Découvrez quelques techniques pour relâcher la pression et reprendre le contrôle de votre vie.

Peur de ne pas tomber enceinte : quoi faire © iStock

Essayer de tomber enceinte peut prendre le dessus sur votre quotidien, surtout si le temps d’attente se révèle plus long que prévu. La fertilité mise à l’épreuve peut être aspirée dans un tourbillon de tristesse et d’obsession, et il n’est pas rare de développer une dépression lorsqu’on essaye de concevoir un bébé pendant de longs mois.

Nous ne pouvons pas changer la réalité, mais nous pouvons contrôler la façon dont nous réagissons à ces défis. Chaque mois, vous risquez de vous sentir triste la semaine de vos règles, obsédée par l’ovulation la semaine suivante, puis anxieuse pendant les deux semaines de doute. Il existe heureusement des solutions pour arrêter de tourner en rond :

Gérer l’attente

Chaque jour qui sépare l’ovulation des prochaines règles peut sembler durer un an. Bonjour le stress. Si vous voulez arrêter de passer ces deux semaines en pleine angoisse, c’est le moment de vous concentrer sur autre chose : un rendez-vous amoureux, une soirée entre filles, un cinéma, une séance de piscine, ou encore un projet créatif peuvent vous occuper l’esprit.

Les tests de grossesse

La provision de tests de grossesse est bien cachée au fond d’un placard ou d’une armoire dans la salle de bain. Le risque : être tentée d’en faire de plus en plus tôt, en espérant un résultat positif avant même d’avoir remarqué un retard du cycle. Le résultat : des montagnes russes émotionnelles. Essayez de résister à la tentation et attendez au moins un jour de retard avant de vous précipiter sur un test de grossesse.

Se faire plaisir

Le stress peut occuper tellement l’esprit lorsqu’on essaye de tomber enceinte que nous oublions nos plaisirs habituels. Prenez du papier et un stylo, et notez une cinquantaine d’activités que vous aimez. Il peut s’agir d’un simple bain moussant, ou de danser comme une folle dans votre salon. Vous n’avez pas d’idées ? Demandez à vos proches et à votre partenaire ce qui vous a fait sourire ces dernières années. Affichez la liste dans un endroit visible et profitez-en quand vous sentez le coup de blues arriver.

Renforcer le couple

L’infertilité est connue pour transformer le sexe en corvée, rappelle le site Very Well Family. De la frustration à la honte en passant par la baisse de libido, essayer de tomber enceinte peut avoir un impact sur votre vie sexuelle. Il est donc important de rééquilibrer la relation avec votre partenaire. Prenez le temps de discuter à propos de ce que vous ressentez, et de ce qui pourrait vous aider à vous rapprocher et vous connecter davantage.

Reconnaître la difficulté

Reprendre le contrôle ne veut pas dire faire semblant que tout va bien, et que l’infertilité n’a aucun effet sur vos émotions. Prendre le temps de reconnaître les sentiments difficiles peut vous aider à vous sentir plus libre et plus détendue. Vous pouvez écrire, partager vos émotions avec une communauté en ligne, ou demander l’aide d’un·e thérapeute. La thérapie est également utile pour un couple dont la relation se complique.

Faire une pause

Si le fait d’essayer d’être enceinte a vraiment pris le dessus sur votre vie et que tous vos efforts ne fonctionnent pas, il est peut-être temps de prendre du recul. Faire une pause dans vos efforts de conception peut vous aider à reprendre le contrôle. Discutez-en avec votre médecin, et n’ayez pas peur de vous recentrer sur vous-même pendant quelques mois.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :