Pourquoi c’est important

Dans l’organisme, les graisses sont stockées dans des cellules spécialisées, les adipocytes, dans lesquels les triglycérides représentent plus de 95 % du volume. Régulièrement des lipides sont éliminés et de nouveaux sont stockés ; en effet les graisses se renouvellent.

Ce phénomène est important pour notre santé car quand le renouvellement des lipides est ralenti l’organisme a tendance à grossir. Mais le renouvellement des lipides se fait-il à la même vitesse tout au long de notre vie ?

Ce que montre l’étude

Cette étude parue dans la revue Nature Medicine a été réalisée par l’institut Karolinska de Stockholm (Suède), en collaboration avec l’université Lyon 1 et l’université d’Uppsala (Suède). Les chercheurs ont étudié les cellules graisseuses de 10 hommes et 44 femmes sur une période de 13 années en moyenne (et même jusqu’à 16 ans dans certains cas).

Pour connaître le taux de renouvellement des graisses, les scientifiques ont mesuré le rapport 14C/12C des lipides du tissu adipeux sous-cutané. L’isotope 14 de l’atome de carbone (C) est très utilisé par les chercheurs pour des datations. En effet, sur la période de la Guerre froide, entre 1955 et 1963, il y a eu des essais nucléaires qui ont doublé le ratio 14C/12C atmosphérique, alors que le taux de 14C est normalement relativement stable dans l’air. Après 1963, le 14C a beaucoup diminué dans l’atmosphère. Par conséquent, en mesurant le taux de 14C dans les lipides, il est possible d’avoir une idée de l’âge et du renouvellement de ces molécules au cours de la vie d’un individu.

Les chercheurs ont observé que chez tous les participants, qu’ils gagnent ou perdent du poids, le renouvellement des lipides diminuait dans les tissus adipeux au cours du vieillissement. Les personnes qui ne compensaient pas ce phénomène en mangeant moins de calories grossissaient et gagnaient en moyenne 20 % de poids.

Les chercheurs ont aussi examiné le renouvellement des lipides chez 41 femmes qui avaient subi une chirurgie bariatrique. Ces femmes souffraient d’obésité morbide avant l’opération (IMC>40) et ont été suivies environ cinq ans après la chirurgie. Les auteurs se sont aperçus que seules les femmes qui avaient un taux de renouvellement des lipides bas avant l’opération arrivaient à augmenter ce renouvellement et à maintenir leur perte de poids.

Dans un communiqué, Peter Arner, professeur à l’institut Karolinska explique : « Les résultats indiquent pour la première fois que les processus de notre tissu adipeux régulent les changements de poids corporel au cours du vieillissement de manière indépendante des autres facteurs. » Il ajoute : « Cela pourrait ouvrir de nouvelles façons de traiter l’obésité. »

En pratique

D’après cette étude, si nous voulons éviter de prendre trop de poids avec l’âge, il faut compenser le ralentissement du renouvellement des lipides, en mangeant moins ou en faisant plus d’exercice.

D’après l’EFSA , les apports énergétiques conseillés pour les adultes s’établissent en moyenne à :

  • 2000 à 2600 calories entre 30 et 39 ans,
  • 2000 à 2500 calories entre 50 et 59 ans,
  • 1800 à 2300 calories entre 70 et 79 ans.

Ces valeurs dépendant de l’activité physique et sont plus élevées pour les femmes enceintes et allaitantes.

Continuer ou augmenter son activité physique est important quand on vieillit et pas uniquement pour garder la ligne : le sport aide à réduire son risque de chutes (et donc de fractures), garder son coeur et ses vaisseaux en bonne santé et même à rester jeune.

Des livres pour aller plus loin : Reprendre le sport et Au delà de 49 ans votre ticket est toujours valable


Partagez :