Femme (super) active , comédienne de 40 ans, et mère de deux enfants rapprochés, Ariane Brodier a pris conscience  de l’importance de manger sainement. Pour l’aider à rééquilibrer son alimentation, elle a demandé conseil à WW. Elle nous raconte.

Ariane Brodier © Instagram Ariane Brodier

Adolescente, j’avais deux idoles auxquelles je voulais ressembler : Vanessa Paradis et Kate Moss. Mais je n’avais pas leur silhouette ! J’étais pulpeuse, plantureuse. Ne m’acceptant pas tel que j’étais, je me suis très tôt, dès l’âge de 12 – 13 ans, restreinte sur le plan alimentaire. En fait, je me sous-alimentais, ne mangeant que des salades en sachets iceberg, des boîtes de thon, mais aussi, à une autre période, des barres protéinées.

De la génération, ou j’entendais que les femmes devaient peser 20 kilos de moins que leur taille, je me pesais jusqu’à deux fois par jour !

J’ai aussi testé plein de régimes différents : la soupe au chou, le régime citron, le jeûne intermittent…

Résultat, au fil des années, mon corps m’a alerté sur le fait que je le maltraitais : j’ai souffert de pelades, de problèmes dentaires, articulaires.

Je voulais que mon bébé ait tous les nutriments dont il a besoin

A 30 ans, je ne m’aimais pas. Je n’étais donc pas prête à prendre soin de mon corps. Et puis, enceinte de mon premier enfant, après plusieurs fausse couches, dans mon métier, il ne fallait pas que ma grossesse se voit.

Mais à la naissance de mon fils, en décembre 2018, j’ai décidé de l‘allaiter. Et si moi je me  nourrissais de salade iceberg et de thon, j’ai pris conscience que mon bébé, lui, avait besoin de vitamines et de minéraux pour bien grandir.

Une rencontre avec WW

J’ai alors eu la chance de rencontrer une coach WW qui m’a dit que grâce au programme j’allais apprendre à manger pour être bien dans mon corps, atteindre monjuste poids et pouvoir continuer à être super active.

Au début, cela n’a pas été facile. On a eu des frictions ! Surtout quand Sophie, ma coach, m’a dit qu’il fallait que je mange des pâtes ou du riz à chaque repas. Je n’étais pas d’accord, car j’étais sûre que cela allait me faire grossir. Moi qui me voyais comme une fille trop sensuelle, à qui on ne proposait que des rôles de blonde sexy. Ce n’était pas ce que je voulais, je me voyais dans le rôle d’une flic !

Je cuisine sainement pour toute ma famille

Au début, Sophie ma coach, m’a prévenue : “tu as tellement été dans la restriction jusqu’à présent que tu risque, pendant quelques semaines, de prendre quelques kilos, car ton corps risque de se dire qu’il stocke au cas où tu le mettrais de nouveau en restriction.”

Et, si je n’ai pris que 8 à 9 kilos durant mes deux grossesses, c’est pendant l’allaitement que j’ai plus grossi.

Avec WW j’ai appris à manger sainement, à cuisiner pour toute ma famille : des purées saines de courgettes pour mon fils et ma fille, des ratatouilles pour moi et mon conjoint, des caviars d’aubergines quand je reçois des amis… Et pour me donner des idées, j’utilise l’appli. Maintenant, je prends aussi le temps de m’asseoir pour manger. Je sais aussi qu’il faut que mette à mes repas des sucres lents, qui sont les carburants de l’organisme. Mais j’ai encore des progrès à faire : notamment pour le petit-déjeuner, j’ai toujours du mal à en prendre un.

Ce qui est bien aussi avec la communauté WW, c’est que je poste régulièrement sur mon compte Instagram des visuels de plats que je prépare, et je demande ‘d’après vous, cela fait combien de points WW ?’ Et là, je reçois des centaines de réponses !

Avec WW, j’ai appris à manger et à cuisiner sainement pour ma famille, et à tout mettre en oeuvre pour que mon corps – que je considère un peu comme une machine – fonctionne bien !

À lire aussi

Véronique Bertrand Article publié le 12 sept. 2019


Partagez :