Pourquoi c’est important

Avec le début du mois de septembre arrive la période des vendanges dans beaucoup de vignobles français. Alors que s’annonce un cru 2019 avec moins de raisins mais de bonne qualité, cette nouvelle étude devrait ravir les viticulteurs, ainsi que les amateurs de vin rouge. On savait déjà que les consommateurs modérés de vin rouge ont une meilleure santé cardiovasculaire. Mais comment cet alcool agit-il sur la flore intestinale ? Le microbiote comprend l’ensemble des micro-organismes, bactéries, levures, phages, qui vivent dans l’intestin. Il joue divers rôles, notamment dans la digestion et les défenses de l’organisme. De nombreuses maladies sont associées à un déséquilibre de la flore intestinale. Inversement un microbiote équilibré et une bonne diversité de bactéries dans l’intestin semblent être importants dans le maintien d’une bonne santé.

Lire : 8 bonnes raisons de boire du vin

Ce que montre l’étude

Dans cette étude parue dans la revue Gastroenterology, les chercheurs ont étudié les effets de différents alcools (bière, cidre, vin rouge et blanc, spiritueux) sur le microbiote intestinal de 916 femmes, des jumelles britanniques de la cohorte TwinsUK.

D’après leurs résultats, les personnes qui boivent du vin rouge ont une plus grande diversité d’espèces dans leur microbiote intestinal que celles qui n’en consomment pas. Or la diversité du microbiote est plutôt un signe de bonne santé de l’intestin. Des résultats comparables ont été obtenus en étudiant des cohortes de deux autres pays : les États-Unis et les Pays-Bas. Mais cet effet de l’alcool sur le microbiote ne se voyait pas avec le vin blanc, la bière ou les spiritueux. Les buveuses de vin rouge étaient aussi moins souvent obèses.

Dans un communiqué, Caroline Le Roy, principale auteure de cette recherche, explique : « Bien que nous connaissions depuis longtemps les avantages inexpliqués du vin rouge sur la santé cardiaque, cette étude montre qu’une consommation modérée de vin rouge est associée à une plus grande diversité et à un microbiote intestinal plus sain, ce qui expliquerait en partie les effets bénéfiques sur la santé dont il a été longtemps discuté. »

Les bienfaits du vin rouge pourrait être dus à la présence des polyphénols dans la peau des raisins. Ces molécules aux propriétés  antioxydantes peuvent être utilisées comme carburant par les bactéries intestinales.

La chercheuse conseille donc la consommation de vin rouge, à petites doses : « Bien que nous ayons observé une association entre la consommation de vin rouge et la diversité du microbiote intestinal, boire du vin rouge rarement, par exemple une fois toutes les deux semaines, semble être suffisant pour observer un effet. Si vous devez choisir une boisson alcoolisée aujourd’hui, c’est le vin rouge. »

En pratique

La consommation d’un peu de vin rouge fait partie d’un régime de type méditerranéen, réputé bon pour la santé cardiovasculaire. LaNutrition conseille une consommation modérée et régulière de vin, au cours des repas, avec un maximum de deux verres par jour pour les femmes et de trois pour les hommes. L’alcool est évidemment déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes. Pour éviter les pesticides et les sulfites, préférez un vin bio ou en conversion.

Retrouvez tous nos conseils dans : 5 conseils pour boire mieux


Partagez :