La cigarette électronique n’est pas un produit anodin. Bien qu’elle jouisse d’un effet tendance auprès des jeunes, ses conséquences sur le long terme pour la santé ne sont pas encore claires. Les experts conseillent la prudence, l’information et les discussions avec les adolescents.

Mon ado vapote, je fais quoi ? © iStock

Votre enfant est en train de se laver les dents avant de partir à l’école. Vous réalisez qu’il a oublié son livre d’histoire sur la table basse. Vous rangez le livre dans son cartable, et vous tombez sur un objet que vous n’aviez jamais remarqué : une cigarette électronique. Comment réagir ? Est-ce moins grave que la cigarette ? Faut-il en parler ? Faut-il l’interdire ?

Respirez profondément. La première chose à faire en tant que parent consiste à se renseigner. Moins nocive que la cigarette traditionnelle, la e-cigarette contient toutefois des concentrations variables de nicotine. Les effets de ce dispositif ne sont pas encore connus sur le long terme, et les experts craignent que les e-cigarettes mettent en danger le cerveau en développement des plus jeunes. Autre risque : ouvrir la porte d’entrée à la dépendance de la nicotine et au tabagisme.

Deuxième étape : la discussion. Interdire une addiction est totalement inutile. La motivation ne suffit pas, et à cet âge, braver les interdits est très attirant. Abordez le sujet calmement, posez des questions et écoutez votre enfant sans le juger, et sans lui faire la morale. Il est important de comprendre pour quelles raisons la·e jeune a cédé à la tentation de la e-cigarette afin de trouver ensemble des solutions adaptées à la situation.

Informer et accompagner

Ces conversations peuvent aller au-delà du simple fait de dire aux enfants que les cigarettes électroniques sont mauvaises pour leur santé et d’établir des attentes claires à ce sujet. Les parents peuvent aussi discuter de la façon dont ces appareils ont été commercialisés en ciblant les jeunes, du principe de la publicité, des médias sociaux et de la variété de saveurs conçues pour attirer le public.

Pour le moment, il n’existe pas de produit destiné au sevrage des utilisateurs de cigarette électronique, rappelle le site de la CNN. Les jeunes ont donc besoin de conseils solides pour gérer les envies de vapoter, identifier les situations à risque, et affronter leur entourage. Les parents peuvent demander l’aide d’un·e professionnel·le de santé pour aider leurs enfants à trouver des gestes et alternatives plus intéressantes que la cigarette électronique. Ils peuvent surtout donner le bon exemple en arrêtant eux-mêmes de fumer et de vapoter, et en accompagnant au mieux leur famille.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :