Maladie inflammatoire parfois très difficile à vivre, le psoriasis survient chez des personnes présentant une prédisposition génétique. Certains facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle. Les scientifiques essayent de mieux comprendre les mécanismes de cette pathologie.

4 choses à savoir sur le psoriasis © iStock

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau qui se manifeste par des plaques rouges couvertes de squames. Environ 2% de la population française est concernée par cette maladie. Un tiers des cas se déclarent avant 20 ans, mais le pic d’apparition se situe entre 20 et 40 ans, indique l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Il s’agit d’une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire devient hyperactif et attaque les cellules saines du corps par erreur. Dans le cas du psoriasis, le système immunitaire stimule une croissance trop rapide des cellules cutanées. Ces cellules se forment en quelques jours au lieu de quelques semaines, et s’accumulent ainsi à la surface de la peau. Les endroits les plus touchés sont les coudes, les genoux, le cuir chevelu, le bas du dos et le dos, les ongles, et, parfois les organes génitaux.

A quoi ça ressemble ?

Le psoriasis peut apparaître n’importe où sur la peau, et les plaques peuvent se former séparément ou s’assembler pour couvrir une plus grande surface. La maladie progresse par poussées d’intensité variable. Les symptômes les plus courants associés aux plaques sont des démangeaisons, une sensation de brûlures, de piqûres ou de douleur, des fissures et saignements dans les zones concernées, et des ongles craquelés et épais, comme en cas de mycose.

Mais l’effet le plus handicapant de la maladie concerne le côté esthétique. En cas de psoriasis sévère, déclare l’Inserm, les répercussions d’ordre social (esthétique, gêne) et professionnel (handicap) génèrent un état dépressif dans 30 à 40% des cas.

Causes, facteurs de déclencheurs

Dans environ 30% des cas, le psoriasis est lié à une prédisposition génétique. Le reste des causes n’est pas encore clair pour les chercheurs, mais des facteurs environnementaux pourraient jouer un rôle. Des infections virales ou bactériennes, à streptocoque ou cutanées seraient également susceptibles de déclencher du psoriasis. Mais il est important de rappeler que cette maladie n’est pas contagieuse.

Les frottements, le stress, une émotion forte, une lésion, un traumatisme, la consommation d’alcool ou de médicaments, des tatouages, des brûlures ou des morsures d’animaux font partie des quelques éléments déclenchants possibles.

Diagnostic et traitement

En cas de suspicion de psoriasis, un·e dermatologue peut demander une biopsie d’un échantillon de peau. Au microscope, la peau atteinte de psoriasis est plus épaisse et enflammée que cette atteinte d’eczéma. Il existe quatre catégories de traitements disponibles, en fonction de la sévérité de la maladie, explique le site Live Science. Il s’agit des crèmes ou pommades topiques, de la photothérapie, des médicaments par voie orale et des injections. Aucun traitement ne permet de guérir du psoriasis, mais ces solutions peuvent réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie des patients.

Arthrite et autres effets sur la santé

Bien que le psoriasis soit une maladie de la peau, il peut influencer la santé d’une personne de différentes façons. Des études ont prouvé que les personnes atteintes de psoriasis auraient deux fois plus de risques de développer une pathologie cardiovasculaire (athérosclérose, diabète de type 2, infarctus du myocarde…) que les autres, précise l’Inserm. Certaines personnes courent un risque accru de développer l’arthrite psoriasique, une forme inflammatoire d’arthrite. Les chercheurs essayent d’analyser les mécanismes de la maladie pour arriver à en bloquer la progression.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :