Objet de fascination depuis des lustres, la lune n’en a pas fini d’engendrer des mythes et des croyances. Si certains de ses effets supposés sur le corps humain ont bel et bien été prouvés, d’autres ne seraient que l’effet du hasard, ou d’un désir émotionnel caché.

3 effets de la lune sur notre santé © iStock

La lune a toujours fasciné l’esprit humain. A travers les époques, ce satellite a été étudié, rêvé, et adulé. Certains y voient leur avenir, et d’autres…leur santé. En effet, la lune influence la vie sur Terre et ses mécanismes naturels, comme la marée, depuis des millénaires. L’être humain étant composé majoritairement d’eau, pourquoi en serait-il exempt ? Démêlons le vrai du faux.

La lune et les cycles menstruels

Certaines personnes appellent encore les cycles menstruels “cycles lunaires”, et restent convaincues qu’il existe une forme de synchronisme entre les phases de la lune et les règles. D’autres vont jusqu’à conseiller aux couples qui souhaitent avoir un enfant de maximiser leurs chances en tenant compte des phases lunaires.

Cette idée découle du concept selon lequel, en moyenne, un cycle menstruel dure 28 jours. La lune a besoin de 27 jours, 7 heures et 43 minutes pour faire le tour de la Terre, et 29,5 jours pour effectuer un cycle complet. Plusieurs études à petite échelle ont suggéré que les périodes d’ovulation coïncidaient respectivement avec la phase “lumière” (jusqu’à la pleine lune), et la phase “obscurité” (jusqu’à la nouvelle lune) du cycle lunaire. Certaines de ces études ont également trouvé des corrélations entre les phases lunaires, les changements dans les niveaux de mélatonine et la phase du cycle menstruel.

Cependant, il est peu probable que la plupart des cycles menstruels se synchronisent avec des phases de lune, sauf par coïncidence, indique le site Medical News Today. Les cycles menstruels peuvent durer entre 21 et 35 jours, et leur durée peut également varier avec l’âge et les fluctuations hormonales.

La lune et le sommeil

La croyance populaire veut que la pleine lune perturbe le sommeil, augmentant les risques d’insomnie. Et des études à petite échelle semblent suggérer que la pleine lune peut effectivement avoir des conséquences sur la qualité du sommeil. Des travaux publiés dans la revue Sleep Medicine en 2014 et menés sur 319 participants ont révélé que pendant la pleine lune, les phases de sommeil léger et d’éveil augmentent.

En 2013, l’équipe de l’université de Bâle, en Suisse, dirigée par Christian Cajochen a analysé les données recueillies quelques années auparavant. Les volontaires avaient accepté de dormir dans des pièces sombres et sans fenêtre pendant une période d’étude de trois jours et demi. L’analyse suggère qu’immédiatement avant et après une pleine lune, les participants ont pris en moyenne 5 minutes de plus pour s’endormir, leur sommeil était plus léger que d’habitude, et leur durée de sommeil a diminué d’environ 20 minutes.

La lune et la santé mentale

Une autre idée largement répandue concerne l’influence de la lune sur l’humeur et la santé mentale. La pleine lune, en particulier, pourrait nous rendre plus agressifs (comme un loup garou), et “mal lunés”.

Des recherches publiées en 2009 ont suggéré que les établissements psychiatriques accueillent plus de personnes pendant la pleine lune que d’habitude. Mais d’autres études ont précisé que la pleine lune ne rend les êtres humains plus agressifs. En 2019, des chercheurs suisses et américains ont analysé les données de 17 966 personnes traitées dans 15 services psychiatriques différents pendant dix ans. Cette étude n’a pas non plus trouvé de preuve d’une augmentation de l’agressivité pendant la phase de pleine lune.

“Les raisons de la persistance de ces croyances ne se trouvent peut-être pas dans une compréhension rationnelle, mais plutôt dans un désir primaire, émotionnel, de croire que nous ne sommes pas les seuls responsables de nos propres comportements“, analysent les chercheurs.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :