Quand les taux de certains marqueurs ne dépassent pas une limite dangereuse, mais s’en approchent, une personne peut être classé dans le stade de la prémaladie. C’est le cas notamment pour l’hypertension artérielle, le diabète de type 2 et l’ostéoporose.

Prédiabète, préhypertension...quoi faire en cas de prémaladie ? © iStock

Lorsque vous passez un examen de contrôle de la tension artérielle, par exemple, ou du diabète, vos résultats peuvent indiquer que vous souffrez de préhypertension ou de prédiabète. Ce type de prédisposition est diagnostiqué lorsqu’un résultat de dépistage n’est pas tout à fait normal, mais ses situe en dessous du seuil de la maladie.

Si ces maladies ne doivent pas être prises à la légère, un traitement peut comporter des risques supérieurs aux bénéfices. D’autant qu’il est assez peu probable de développer la maladie en question, d’après les experts de Consumer Reports. Voici donc quelques informations à connaître à ce sujet :

Prédiabète

Les personnes qui souffrent de prédiabète présentent une glycémie plus élevée que la normale, mais pas aussi élevée qu’en cas de diabète de type 2. Une analyse publiée en 2016 dans la revue Diabetes Care estime qu’environ 2 % seulement des personnes atteintes de prédiabète développent le diabète chaque année. Alors, que faire ? Bien qu’il existe des médicaments pour traiter cette maladie, ils ne sont pas inoffensifs. Il est préférable d’intervenir sur l’hygiène de vie, et prendre ce diagnostic pour un signal d’alarme. Pratiquez plus de sport et essayez de perdre du poids si nécessaire, tout en vérifiant régulièrement votre glycémie.

Préhypertension

La préhypertension est définie comme étant la tension artérielle systolique de 120 à 139 mm Hg et diastolique de 80 à 89 mm Hg. Le réflexe à avoir : modifier son mode de vie. Faire de l’exercice régulièrement, perdre du poids, arrêter de fumer, boire moins d’alcool et adopter une alimentation riche en fruits, en légumes et en céréales complètes, et pauvre en graisses saturés et en sodium, peut aider. L’utilisation de médicaments n’est pas recommandée, sauf en cas de risques élevés de crise cardiaque ou d’AVC liés à d’autres facteurs.

Ostéopénie

L’ostéopénie se définit comme une densité osseuse inférieure à la normale mais supérieure au seuil de l’ostéoporose, une maladie qui fragilise les os. Sur les nombreuses personnes qui peuvent souffrir d’ostéopénie, seules 5% vont développer une ostéoporose. Un examen régulier de la densité osseuse chez les femmes de plus de 65 ans reste indispensable. En cas d’ostéopénie, vous pouvez également renforcer votre masse osseuse sans médicament, grâce à l’activité physique, et en évitant le tabac. Une alimentation riche en poissons gras, produits laitiers et légumes verts peut aider l’organisme à faire le plein de vitamine D et de calcium.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :