Pourquoi c’est important

La grossesse et l’allaitement peuvent représenter une épreuve pour un couple, surtout la femme, notamment pour le premier enfant. A une époque où la transmission familiale se fait moins bien, les jeunes parents font souvent face à des conseils contradictoires, et ne savent finalement plus à quel “sein” se vouer.  Pourtant, un nouvel essai contrôlé randomisé indique l’importance de la réduction du stress lors de l’allaitement. Elle rapporte qu’une seule séance de relaxation  améliore l’état psychologique de la jeune maman, la qualité de son lait, celle de l’allaitement, mais aussi le comportement et la croissance du bébé.

Lire aussi : Les femmes enceintes sont trop souvent en déficit de vitamine D

L’étude

Les chercheurs partent du constat que des signaux biologiques sont à l’oeuvre entre la mère et son enfant pendant l’allaitement et qu’ils pourraient potentiellement influencer le comportement alimentaire du nouveau-né. 

Les investigateurs ont réalisé leur étude sur des femmes qui devenaient mamans pour la première fois, et donc plus sujettes au stress.  Certaines ont bénéficié d’une séance de relaxation, d’autres nons. Afin de mesurer les paramètres clés, les expérimentateurs ont rendu visite à ces femmes 2, 6, 12 et 14 semaines après l’intervention. Voici leurs résultats : 

  • Le score de stress des mamans du groupe relaxation est plus faible à partir de la 3e visite comparé au groupe contrôle ;
  • La teneur du lait maternel en cortisol est plus faible dans le groupe relaxation que dans le groupe contrôle à la 1ère visite mais pas après ;
  • Les enfants des mamans du groupe relaxation dorment plus longtemps, mangent mieux et ont une croissance plus rapide que ceux du groupe contrôle.

Les auteurs concluent donc que la relaxation pourrait aisément trouver sa place au sein des maternités, surtout chez les mères stressées, comme par exemple celles dont le bébé est prématuré ou est né avec un poids faible.

Lire aussi : Comment l’administration Trump a tenté de torpiller la promotion de l’allaitement

En pratique 

La plupart des jeunes mamans bénéficient de conseils contradictoires, entre leurs proches et l’équipe médicale (et parfois même au sein de l’équipe médicale). L’allaitement n’est parfois pas aussi simple et naturel qu’il n’y paraît, et les premiers jours et premières semaines peuvent être extrêmement stressantes pour les parents. Utiliser son congé maternité avant la naissance pour s’entraîner à la relaxation, la méditation ou une autre pratique antistress comme la cohérence cardiaque pourrait donc être une bonne idée. Ce sera ainsi plus facile d’avoir recours à ces pratiques après l’accouchement afin de réduire son stress et démarrer l’allaitement sous les meilleurs auspices. Des associations comme la Leche League peuvent aussi soutenir efficacement les mamans.

Lire aussi : Allaitement au sein exclusif jusqu’à 6 mois : il y a encore des progrès à faire


Partagez :