La France se prépare à un nouvel épisode de canicule pour cette fin juillet 2019. Certaines mesures de sécurité doivent être appliquées pour se protéger et protéger ses proches des dangers liés à la chaleur. Découvrez les signes à surveiller et les réactions à connaître.

Comment se protéger en cas de fortes chaleurs © iStock

La chaleur extrême peut être mortelle. Des personnes décèdent chaque année à cause d’un coup de chaleur, qui survient lorsque la température du corps atteint un certain seuil. Mais souvent, ce danger est sous-estimé. Les températures moyennes ont augmenté ces dernières années, et les épisodes de chaleur anormale devraient continuer à augmenter en fréquence et en intensité au fil du temps, d’après les experts.

Des problèmes liés à la chaleur peuvent concerner n’importe qui, mais les personnes âgées, les jeunes enfants, et les personnes souffrant de maladies chroniques sont les plus à risque. Des précautions simples peuvent vous aider à rester en sécurité :

Chaleur et humidité

Il n’existe pas encore de température limite avant d’atteindre un seuil de danger. Car il faut avant tout tenir compte de l’humidité. Plus l’air est humide, plus la transpiration met du temps à s’évaporer, et le corps n’arrive pas à se refroidir. Entre autres, les personnes vivant dans des climats plus chauds s’adaptent plus facilement aux températures élevées que celles venant de régions froides. Lorsque vous consultez la météo, faites donc attention au taux d’humidité pour vous préparer à une canicule plus ou moins difficile à vivre.

Chercher le frais

Si votre région connaît un épisode de chaleur extrême, restez le plus possible dans des endroits climatisés, surtout pendant les heures les plus chaudes de la journée, de 10 heures à 17 heures environ. Un ventilateur électrique ne fera plus l’affaire à partir d’une certaine température. Si votre domicile n’est pas climatisé, prévoyez de passer du temps dans des espaces publiques au frais, comme une salle de cinéma ou une bibliothèque

S’adapter

À l’intérieur ou à l’extérieur, habillez-vous avec des vêtements légers, de couleur claire et respirants. À l’extérieur, ajoutez un chapeau large et appliquez de la crème solaire. De plus, assurez-vous de faire des pauses fréquentes dans un endroit climatisé. Les jours de canicule, laissez de côté les projets en extérieur, si possible, et prévoyez les activités physiques tôt le matin ou tard le soir.

Rester bien hydraté

Habituellement, notre sensation de soif nous indique à quel moment il faut boire. Mais en cas de chaleur extrême, il vaut mieux augmenter sa consommation d’eau. Assurez-vous d’en siroter régulièrement, même si vous n’avez pas soif. L’eau reste le meilleur choix pour l’hydratation. Évitez les boissons alcoolisées.

Surveiller

Certains groupes de personnes sont plus à risque de souffrir de la chaleur. Il s’agit des seniors et des jeunes enfants, dont le corps a du mal à réguler la température, et des personnes atteintes de certaines maladies chroniques, comme le diabète, l’asthme, et les maladies cardiovasculaires.

Si vous avez des proches ou des voisins âgés, surveillez fréquemment leur état pendant une vague de chaleur. Et ne laissez jamais un animal, un bébé ou un enfant seul dans une voiture, même pendant quelques minutes.

Réagir

Les signes d’épuisement lié à la chaleur comprennent une sensation de fatigue, de faiblesse ou d’étourdissements, une transpiration intense, des nausées et des vomissements et une peau pâle. Si vous remarquez l’un de ces symptômes, arrêtez ce que vous faites, reposez-vous, hydratez-vous et essayez de vous rafraîchir en prenant un bain ou une douche fraîche. Non traité, l’épuisement par la chaleur peut se transformer en coup de chaleur.

Le coup de chaleur, justement, peut être fatal. Les signes à reconnaître sont la confusion, les nausées, une peau rouge et chaude, l’incapacité à transpirer, un mal de tête lancinant ou un évanouissement. Si vous remarquez ces symptômes chez vous-même ou chez une personne près de vous, appelez les urgences immédiatement, hydratez-vous, et trouvez un abri à l’ombre pour attendre les secours.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :