Un
régime pauvre en nutriments essentiels, mais riche en graisses,
en sucres et en agents chimiques
 provoquerait une
diminution de la fonction et de l’activité cérébrales, affectant
particulièrement la perte de mémoire. 
Le chercheur de l’Université de Californie à Los
Angeles, Fernando Gómez-Pinilla, explique que « la nourriture est comme un
composé pharmacologique qui affecte le cerveau et son activité, en particulier
la mémoire ». 
Compte tenu des différentes conclusions
scientifiques, cinq types d’aliments qui affectent le cerveau
sont énumérés
 :

1. Bonbons et sucres. 

Les
personnes présentant un excès de sucre dans le sang risquent davantage d’avoir
des problèmes de mémoire, selon une étude de l’hôpital universitaire Charité de
Berlin, publiée dans la revue « Neurology ». 
2. La malbouffe. 

Selon
des scientifiques de l’Université de Californie, les repas de la restauration
rapide, les aliments riches en calories et en acides gras trans et saturés, ont
un effet négatif sur les synapses du cerveau et de ses molécules, liées à l’apprentissage
et à la mémoire. . 
3. Viande rouge

Les
personnes qui consomment plus de graisses saturées, telles que celles présentes
dans la viande rouge, présentent une fonction cognitive générale et une mémoire
plus médiocres que celles qui choisissent des produits contenant des graisses
mono-insaturées, telles que l’huile d’olive, selon un rapport d’une étude du « Brigham
and Women’s Hospital » de Boston (BWH). 
4. Glucides simples. 

Selon
des chercheurs de l’Université de Toronto, les farines, les produits laitiers
riches en matières grasses et les sucres raffinés, qui apparaissent dans les
aliments glucidiques à absorption rapide, provoquent des problèmes de mémoire,
en particulier chez les personnes atteintes de diabète de type 2, en plus de
réduire les performances cognitives. 
5. Fructose

Un
régime avec une forte dose de fructose, en particulier des aliments transformés
et additionné de sirop de maïs (fruits, conserves de fruits, jus sucrés)
provoque un ralentissement de la mémoire et l’apprentissage, expliquent des
spécialistes de l’Université de Californie. . 
Pour tenter d’éviter les dommages de la mémoire
et les facultés cognitives altérées, les experts en nutrition recommandent
l’utilisation d’huiles végétales, ainsi que d’aliments riches en Oméga-3-DHA,
en antioxydants, en vitamines B, C et E, qui semblent avoir un effet protecteur
pour la détérioration de la mémoire.


Partagez :