Le corps d’une femme peut réserver un certain nombre de surprises à l’approche de son cycle menstruel. Et parmi elles, se trouve une augmentation des flatulences parfois malodorantes. Différentes raisons peuvent expliquer ce processus désagréable mais normal.

Pourquoi avons-nous plus de flatulences avant les règles ? © iStock

On pourrait penser que les crampes abdominales, les seins douloureux, la rétention d’eau, le sommeil agité et l’envie de sucre irrésistible seraient des tortures prémenstruelles suffisantes pour les femmes. Mais non, il y a aussi les gaz intestinaux. D’après une étude menée en 2014 par les chercheurs de l’université du Manitoba, au Canada, citée par Hello Giggles, 73% des femmes interrogées présentaient au moins  un symptôme gastro-intestinal avant ou pendant leurs règles.

Bien que les douleurs abdominales et la diarrhée soient assez fréquentes, les flatulences sont aussi en cause. Différentes théories peuvent expliquer cette réaction biologique. Avant tout, il est important de rappeler que les gaz sont un produit sain, naturel et normal de la digestion. Ils ne signifient pas que le corps fonctionne mal, même s’ils sentent mauvais. L’odeur est d’ailleurs le résultat de la fermentation bactérienne dans le côlon. Elle est souvent liée à une alimentation riche en fibres qui comprend des aliments, notamment des légumes, contenant du soufre.

Hormones et ballonnements

À l’approche de l’ovulation, au 13e ou 14e jour du cycle menstruel, les taux de l’hormone progestérone commencent à augmenter en préparation à une éventuelle grossesse. C’est d’ailleurs cette hormone qui provoque les nausées matinales et la constipation lorsqu’une femme est enceinte. Mais si l’ovule n’est pas fécondé, le taux de progestérone chute, et le corps se “relâche”. Entre autres, les composés appelés prostaglandines sont libérés au moment des règles. Ils sont responsables des crampes menstruelles et font bouger le côlon, ce qui provoque des ballonnements, des pets, et parfois de la diarrhée.

Si les flatulences prémenstruelles vous dérangent vraiment, essayez de consommer des aliments complets, non transformés, pendant les jours qui précèdent le début du cycle. Les aliments d’origine végétale sont généralement mieux digérés. Evitez simplement les haricots et les choux fleurs, ou tout autre aliment difficile à digérer. N’hésitez pas à parler à votre médecin si vous soupçonnez la présence d’une intolérance alimentaire ou d’un trouble grave.

À lire aussi

Elena Bizzotto Article publié le


Partagez :