Malgré toutes les précautions possibles, il peut arriver qu’une crise de migraine se déclenche en plein milieu d’une journée de travail. Comment réagir ? Il existe plusieurs solutions en fonction du degré de douleur, du type de crise et du rythme de travail.

Comment gérer une migraine au travail © iStock

Que vous aimiez ou pas votre travail, certaines tâches peuvent être un peu pénibles. Mais pour les personnes qui souffrent de migraines, une journée de travail peut se transformer en un moment atroce. Cette maladie neurologique touche 15 % de la population mondiale, indique l’Inserm. Il y a donc de fortes chances qu’elle se déclencher au cours d’une journée ouvrée. Comment faire pour survivre à ce genre de situation ? Y a-t-il des astuces ou des moyens de prévention ? Faut-il en parler avec sa·on supérieur·e ?

Limiter les crises

Le meilleur moyen de gérer une crise de migraine au travail est de…ne pas en avoir. Si vous en avez la possibilité, essayez d’ajuster votre routine et votre environnement de bureau afin d’atténuer les facteurs déclencheurs. S’endormir et se réveiller à des horaires réguliers, s’hydrater tout au long de la journée, faire des siestes et ne pas sauter les repas permet de diminuer les risques. Au travail, il est conseillé d’éviter les éclairages fluorescents et les lumières vives, ainsi que les odeurs trop prononcées.

Prendre une pause

Même les meilleures mesures préventives ne sont pas toujours efficaces. Si une migraine se déclenche, essayez de prendre 20 minutes à une demi-heure pour vous isoler dans un endroit tranquille, vous reposer et prendre un médicament contre la migraine aiguë. Une fois que la migraine s’est résorbée, ou du moins qu’elle s’estompe, vous pouvez retourner au travail. Certaines personnes utilisent la caféine pour traiter leurs symptômes, mais cela ne fonctionne que si vous n’en abusez pas, rappelle le site du Time. Limitez votre consommation quotidienne à environ une tasse de café.

Rentrer chez soi

Il arrive qu’une migraine dure plusieurs heures, voire quelques jours. Certaines personnes savent reconnaître une migraine persistante en fonction de la douleur, de la nausée ou de la sensibilité à la lumière. Dans ce cas, il est inutile de se forcer à rester au travail. Autant rentrer chez soi, se reposer et se soigner. Au retour au travail, il est également important de ne pas se surcharger tout de suite. Essayez plutôt de vous détendre et de limiter les facteurs de stress, qui pourrait déclencher une autre crise.

Prévenir la hiérarchie

Si vous souffrez d’épisodes réguliers, essayez d’en parler à l’avance avec votre employeur pour qu’il sache que vous devrez peut-être quitter le travail plus tôt que prévu. Expliquez à votre patron ou à un représentant des RH que vous êtes déterminé à faire votre part du travail et que vous ne demandez pas un traitement de faveur, mais que vous défendez votre santé.

À lire aussi


Partagez :