Pourquoi c’est important

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs tentent d’étudier le lien entre consommation de produits laitiers et diabète de type 2. Il y a quelques années déjà, des scientifiques britanniques avaient observé une réduction de 28 % du risque de diabète chez les personnes consommant des produits laitiers fermentés pauvres en graisses. D’autres études n’ayant pas trouvé d’association. Beaucoup de ces résultats émanent d’études d’observation, rendant impossible l’identification d’une relation de cause à effet. Une récente synthèse issue d’un symposium financé par l’industrie laitière tente d’en savoir davantage. Ses conclusions sont mitigées et ne laissent pas penser qu’en consommant régulièrement des laitages on diminue significativement son risque de diabète.

Lire aussi : Diabète, syndrome métabolique : faut-il croire aux nouveaux miracles des produits laitiers ?

L’étude 

Cette récente étude vient de rassembler une grande partie des travaux effectués, aussi bien les études d’observation que des essais contrôlés randomisés sur le sujet. Elles déclinent les résultats selon les différents types de produits laitiers mais également concernant l’impact sur le prédiabète et fait le point sur les mécanismes potentiels. Sur les neuf auteurs, six travaillent pour l’industrie laitière. Voici leurs conclusions.

Les études d’observation donnent les résultats suivants :

  • Concernant la consommation de tous les produits laitiers confondus, l’association semble être neutre hormis chez les populations asiatiques qui semblent tirer bénéfice de consommations allant de 200 à 400 g par jour. Cependant, cette corrélation émane plus vraisemblablement de facteurs liés au mode de vie de ces consommateurs qu’à l’effet des produits laitiers eux-mêmes.
  • Pour ce qui est des produits laitiers fermentés tels que le yaourt ou le fromage, les chercheurs observent des associations inverses assez hétérogènes. Néanmoins, ces produits pourraient bien contribuer à réduire modestement le risque de diabète de type 2, notamment grâce à leur richesse en probiotiques.
  • À propos du lait, on remarque des résultats similaires avec les produits laitiers en général : pas d’association sauf pour les populations asiatiques où le risque semble réduit. Donc probablement pas de bénéfice direct du lait. 
  • Le beurre quant à lui, est très peu étudié. Cependant, le peu de données à disposition ne semblent pas trouver de lien entre une consommation standard de beurre et le risque de diabète de type 2. 
  • Etonnament, les crèmes et surtout les crèmes glacées sont elles aussi associées à un risque réduit de diabète de type 2, bien que le nombre de données soient trop faibles pour avoir des conclusions satisfaisantes. Là encore, le lien de cause à effet semble peu vraisemblable.
  • Enfin la consommation de produits laitiers entiers ne semble pas liée à un risque réduit de diabète de type 2.

Les méta-analyses d’essais randomisés montrent que la consommation de produits laitiers pourrait diminuer la résistance à l’insuline mais altérer la glycémie à jeun. Par ailleurs, les produits laitiers ne semblent ni soutenir, ni prévenir l’installation d’un prédiabète. Les auteurs suggèrent que l’impact positif des produits laitiers serait apporté par leur teneur en protéines de qualité et en probiotiques pour les produits fermentés. En revanche, ces derniers considèrent qu’il est important de les consommer avec une matrice alimentaire peu altérée pour bénéficier des propriétés éventuelles de leurs acides gras à courte chaîne. 

Lire aussi : Pourquoi diminuer beurre, lait et produits laitiers gras

En pratique

La consommation de produits laitiers ne semble ni augmenter ni diminuer le risque de développer un diabète de type 2. Selon ces auteurs, les produits fermentés comme les yaourts pourraient avoir un effet modérément favorable. Il faut cependant noter que les essais d’intervention donnent des résultats contrastés. Par exemple, dans une étude récente, des volontaires en surpoids ont suivi soit un régime riche en produits laitiers, soit un régime pauvre en ces produits. Dans cette étude, les produits laitiers n’ont pas amélioré les paramètres métaboliques, et le niveau d’insuline a même baissé avec le régime pauvre en produits laitiers. Il faut ajouter que le diabète de type 2 touche peu les populations qui consomment peu ou pas de produits laitiers, que les essais cliniques éliminant les produits laitiers (régime paléo) n’ont pas d’effet défavorable sur la glycémie ou l’insuline, et que l’analyse dont il est question dans cet article a été financée par l’industrie laitière. 

Pour éviter de développer un diabète de type 2, il est conseillé d’adopter une alimentation réputée protectrice comme l’alimentation de type méditerranéen, pauvre en aliments ultra-transformés (surtout les sodas), une activité physique soutenue et régulière et apprendre à gérer votre stress.

Pour votre santé, LaNutrition recommande, dans La Meilleure façon de manger, de consommer 0 à 2 produits laitiers par jour maximum.

Lire aussi : Voici pourquoi les hommes devraient manger peu de produits laitiers


Partagez :