Pourquoi c’est important

Nous sommes tous exposés aux ondes électromagnétiques dans notre quotidien, qu’elles soient de haute fréquence (wifi, téléphones portables et sans fil…) ou de basses fréquences (lignes électriques, transformateurs, appareils électroménagers…). Si l’exposition à un champ issu d’un appareil électroménager est temporaire, celle qui est due à la présence d’une ligne de haute tension à proximité d’un logement est plus durable. On peut donc s’interroger sur le risque encouru à long terme par les personnes résidant près de ces lignes électriques.

Lire aussi : Ondes électromagnétiques : quels risques pour la santé ?

En 2010, l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, avait émis un avis sur les effets de l’exposition aux ondes électromagnétiques de basse fréquence. Elle avait déjà mis en évidence  une association entre le risque de leucémie infantile et l’exposition aux champs magnétiques basses fréquences de plus de 0,2 µT (micro-Tesla) ou 0,4 µT. Depuis 2010, de nouvelles données scientifiques sont disponibles. Confirment-elles ces données ?

Ce que montre l’expertise de l’Anses

En 2019, l’Anses a mis à jour son expertise en tenant compte des dernières publications scientifiques. Sur son site Internet, l’Agence explique qu’elle a financé des campagnes de mesures. Et dans son nouveau rapport, elle confirme ses conclusions et ses recommandations de 2010.

L’Agence confirme ainsi un lien entre l’exposition aux champs électromagnétiques de basse fréquence et le risque de leucémie infantile, même si ce lien est retrouvé moins fréquemment dans les études publiées après 2010. Le rapport de l’Anses cite par exemple l’étude Geocap qui a montré un risque accru de leucémie chez les enfants de moins de cinq ans vivant à moins de 50 mètres d’une ligne à très haute tension (220 kV). En conséquence, l’Agence recommande de ne pas implanter d’école ou d’hôpital près de lignes à très haute tension.

Par ailleurs, une étude de l’Inserm et du CHU de Caen a évalué le nombre de personnes, et notamment d’enfants, exposés à de hauts niveaux d’ondes électromagnétiques de basse fréquence en France. D’après cette étude, environ 40 000 jeunes de moins de 15 ans « sont exposés à leur domicile à un champ magnétique supérieur à 0,4 µT, et environ 8000 enfants sont scolarisés dans une école exposée à un champ magnétique supérieur à 0,4 µT. »

Le rapport de l’Anses s’est également intéressé aux risques professionnels car certains salariés sont exposés à des champs très élevés, par exemple à proximité de machines industrielles. L’Agence demande que les fabricants de ces machines indiquent, dans leurs manuels d’utilisation, les champs auxquels seront exposés les utilisateurs de ces appareils. Elle demande aussi qu’une attention particulière soit portée sur les femmes enceintes afin de limiter l’exposition des fœtus aux champs électromagnétiques.

En pratique

Les lignes électriques à haute tension émettent un champ magnétique et un champ électrique. Dans son ouvrage « Comment se protéger des ondes électromagnétiques ? », David Bruno, ingénieur et consultant en environnement électromagnétique, recommande les distances d’éloignement suivantes :

  • lignes à très haute tension, de 225 kV et 400 kV : 225 m et 400 m respectivement,
  • lignes à haute tension, de 63 et 90kV : 63 m et 90 m respectivement.

Pour visualiser les lignes de très haute tension qui passent à proximité de votre domicile, votre travail, ou l’établissement scolaire de vos enfants, vous pouvez vous rendre sur le site Geoportail.


Partagez :