Les cancers de la peau ne se développent pas toujours sur un grain de beauté et, parfois, se nichent dans des endroits inattendus. Restez vigilant !

Cancer de la peau : quels sont les symptômes ?

Le meilleur moyen de reconnaître les premiers signes d’un cancer de la peau, c’est de bien connaître son corps pour repérer à temps toute modification anormale

Ce type de lésion se développe, selon l’Institut national du cancer, dans 80 % des cas sur une peau saine. Une tache pigmentée – une sorte de plaie, de bouton ou de croûte qui ne cicatrise pas – apparaît et grossit petit à petit. Dans 20 % des cas, la lésion se forme sur un grain de beauté préexistant qui change progressivement d’aspect. 

La règle ABCDE

Les dermatologues ont coutume de recommander un moyen mnémotechnique pour exercer sa vigilance : la règle ABCDE.

A comme asymétrie,
B comme bords irréguliers,
C comme couleur non homogène,
D comme diamètre en augmentation,
E comme évolution

Dès que l’aspect de la peau se modifie selon l’un ou l’autre de ces critères, il vaut mieux consulter son médecin traitant ou un dermatologue pour faire le point. 

Prendre sa peau en photo

Souvent, lorsque le médecin essaie de retracer l’historique de la lésion, le patient ne sait pas répondre. Pour pallier cette difficulté, le Pr Caroline Robert, chef du service de dermatologie de l’hôpital Gustave-Roussy à Villejuif (94) recommande de « penser à prendre des photos de son corps – le dos, la nuque, les fesses… – pour avoir un point de référence ». 

Traquer le mélanome partout

Parmi les différents types de cancers de la peau, le mélanome est le plus redouté, car il peut donner des métastases. La plupart du temps, il se développe sur des zones visibles, exposées au soleil (visage, épaules, bras, mains…). Les rayons ultraviolets (du soleil mais aussi du bronzage artificiel en cabine) représentent, en effet, le principal facteur de risque des cancers cutanés. D’autres facteurs entrent en ligne de compte : la peau claire, les coups de soleil dans l’enfance, les antécédents familiaux ou encore le travail en extérieur (BTP, jardinage, pêche…).

Mais le mélanome n’est pas uniquement lié au soleil. Il peut aussi, dans des cas plus rares, se développer sur des zones peu ou pas exposées aux ultraviolets : la bouche, le cuir chevelu, les organes génitaux… « Nous avons des cas de mélanomes vulvaires, découverts très tardivement », souligne le Pr Robert. 

Raison de plus pour exercer sa vigilance et examiner régulièrement sa peau sous toutes les coutures.

À lire aussi


Partagez :