Pourquoi c’est important

Les microplastiques (MP) sont devenus omniprésents au sein des écosystèmes terrestres et marins. Des modélisations suggèrent qu’il y aura 12 milliards de tonnes de plastique dans l’atmosphère en 2050 contre 5 milliards dénombrées en 2015.

Le plastique (et son utilisation) est un problème systémique à deux niveaux pour l’homme. Il détériore les écosystèmes ce qui altère indirectement notre santé. De plus, il se retrouve dans nos produits de consommations courants comme l’air, l’eau et la nourriture ce qui impact directement notre organisme de façon délétère. On a même retrouvé récemment des microplastiques dans un site isolé des Pyrénées, montrant qu’ils voyagent portés par le vent.

L’étude

Les chercheurs à l’origine de cette étude se sont basés sur les recommandations alimentaires en vigueur et sur les modes de consommation types de 15 % des Américains afin d’extrapoler la quantité de MP qu’un individu consomme par jour et par année. Sans surprise, le vecteur principal de MP est l’air que nous respirons. Pas très loin derrière se trouve l’eau embouteillée. De manière plus marginale, les produits de la mer, l’eau du robinet, le sucre, le sel, l’alcool ou encore le miel sont des vecteurs relativement mineurs de MP.

La consommation quotidienne par les enfants est estimée à 113 particules de MP pour les garçons et 106 pour les filles. Chez l’adulte, elle est de 142 et 126 particules pour les hommes et les femmes respectivement. Ainsi, la consommation annuelle de MP par les aliments et les boissons serait comprise entre 39 000 et 52 000 particules.

Les études futures devront se concentrer sur les risques potentiels de la consommation de microplastiques à ces doses et également analyser les teneurs en MP des autres aliments couramment consommés.

En pratique

Comment ingérer moins de microplastiques ? Diminuer sa consommation d’eau en bouteille pourrait être une bonne chose pour commencer. Revenir à un système de consigne du verre comme c’est le cas en Alsace en ce moment, pourrait aussi s’avérer être une bonne idée.  Mais comme on ne connaît pas les teneurs en microplastiques de certains aliments courants comme la viande ou les légumes, il est difficile de faire d’autres recommandations.

En tant que consommateur, on peut agir en réduisant nos déchets et en refusant d’acheter des pailles et autre vaisselle jetable en plastique.

A lire : Zéro plastique, zéro toxique et Famille (presque) Zéro Déchet – Ze Guide


Partagez :