La nèfle, bibace ou bibasse est le fruit comestible du néflier du Japon, un petit arbre originaire des forêts de l’Himalaya et de l’est de l’Asie. Il pousse également autour du bassin méditerranéen (Afrique du Nord, Espagne, Italie, Grèce). Sa culture a été récemment introduite aux Etats-Unis, en Australie, en Inde, au Chili et au Brésil. Il en existe une douzaine de variétés différentes (Tanaka, Thale, Champagne, Early Red…).

Connue depuis des siècles comme une plante majeure de la médecine traditionnelle chinoise, le néflier du Japon fait partie de la famille des Rosacées, tout comme le poirier, le pêcher ou le pommier. Il produit des fruits (baies) charnus de taille moyenne, de 3 à 7 cm de long, de forme ovoïde, à peau lisse, légèrement duveuteuse, de couleur jaune orangé à maturité, très appréciés pour leur pulpe juteuse rafraîchissante, sucrée et légèrement acidulée.

En France, la floraison des néfliers du Japon en abondance ne se produit que dans les jardins de Provence et du Sud-Ouest car ces arbres ne supportent pas les températures trop basses.

Une valeur nutritive élevée

La nèfle est un fruit très apprécié pour son goût, mais également pour sa richesse en composés bioactifs tels que les triterpènes (acide ursolique, acide tormentique, amygdaline en particulier), les tanins condensés ou procyanidines polymériques (procyanidine B2, au super pouvoir antioxydant) et autres composés antioxydants (épicathéchine, cinchonaine Ib, etc.) (1-8).

Elle contient notamment :

  • Vitamine C
  • Vitamines B6 et B9
  • Vitamines A
  • Glycosides
  • Carotènes antioxydants (9-11)

Elle représente également une excellente source de minéraux et d’oligo-éléments notamment de potassium, de calcium, de phosphore et de fer.

Enfin, elle contient aussi une bonne teneur en eau et en fibres (pectine) qui lui confère une action diurétique et laxative, favorable à un bon transit intestinal et une santé intestinale optimale. La nèfle du Japon apporte en moyenne 56 kcal pour 100 g.

Un effet antioxydant puissant

Les fruits et les feuilles d’Eriobotrya japonica sont aussi très riches en composés antioxydants (flavonoïdes, polyphénols, triterpènes) ce qui les rend particulièrement bénéfiques pour la santé humaine (12-17).

En effet, les propriétés antioxydantes de cette plante permettent de lutter efficacement contre le stress oxydatif et les dommages causés par les radicaux libres, ces dérivés oxygénés hautement réactifs et toxiques (18-21). À tel point qu’en 2010, une étude chinoise a classé le néflier du Japon en seconde position sur 56 plantes antioxydantes utilisées en médecine traditionnelle (14). La teneur en polyphénols totaux de la nèfle du Japon est supérieure à la teneur moyenne contenue dans les fruits qui est de 65,34 mg pour 100 g.

Cet effet protecteur est d’autant plus important que le stress oxydatif est impliqué dans la survenue de certaines maladies et dans le processus du vieillissement cellulaire. A ce titre, les extraits d’Eriobotrya japonica aident le corps à détoxifier les cellules de la peau et ont des propriétés réparatrices et cicatrisantes (22).

Ainsi, cette plante pourrait servir en tant que soin anti-âge afin d’obtenir une peau à l’aspect plus jeune et revitalisé. Différents composés isolés de feuilles d’Eriobotrya japonica ont présenté une activité anti-âge élevée en stimulant la production de collagène et d’acide hyaluronique, comme le rapporte une étude scientifique de 2017 (23).

Une aide pour le système immunitaire

Eriobotrya japonica est idéale pour soigner tous les maux de l’hiver : rhume, toux, grippe, bronchite chronique et autres virus. En effet, de par ses propriétés antioxydantes, sa forte teneur en minéraux et vitamines, cette plante exerce des propriétés immunomodulatrices, renforce le système immunitaire, et possède des propriétés antivirales et antimicrobiennes (24-30). Cet arbre aide aussi à lutter contre les polluants ou radiations (31).

Ainsi le néflier peut contribuer à renforcer les défenses naturelles de l’organisme afin de combattre maladies et infections.

Un effet anti-inflammatoire en laboratoire

L’inflammation, lorsqu’elle est chronique, entraîne des dysfonctionnements immunitaires et métaboliques en cascade, favorisant de nombreuses maladies. Sa richesse en composants phytochimiques, en particulier en acide ursolique, permet à Eriobotrya japonica d’agir comme un puissant anti-inflammatoire (32).

À ce titre, il a été rapporté que des extraits de feuilles de cet arbre inhibent, de manière dose-dépendante, la production de cytokines pro-inflammatoires (TNF-alpha, IL-1beta, et IL-8) (33, 34).

De manière similaire, il a été montré dans une étude scientifique japonaise de 2010 que l’extrait d’Eriobotrya japonica a une action anti-inflammatoire dose-dépendante, in vitro, sur une lignée de macrophages (RAW264.7) en culture, stimulée avec une toxine induisant l’inflammation (LPS). En effet, les chercheurs ont observé au cours de cette étude une réduction de la sécrétion de médiateurs pro-inflammatoires (PGE2, NO) ainsi qu’une inhibition de l’activation de la cyclo-oxygénase-2 et de la NO synthase inductible (iNOS). Cette dernière est connue pour induire une hyperproduction de NO dans les états inflammatoires chroniques (35). Une étude précédente de 2009 confirme ces résultats (36).

De manière intéressante une étude tunisienne de 2015, publiée dans la revue African health sciences, a montré qu’une fraction enrichie en flavonoïdes extraite de feuilles d’Eriobotrya japonica exerce une action inhibitrice sur l’enzyme pro-inflammatoire humaine, phospholipase A2 (37).

En outre, trois composés bioactifs triterpènes d’Eriobotrya japonica ont une action inhibitrice significative sur une autre cible thérapeutique de maladies inflammatoires, la phosphodiesterase-4D (PDE4D) (38).

Un intérêt en prévention du diabète ?

Du fait de son usage traditionnel contre le diabète, des équipes de recherche s’intéressent au rôle d’extraits d’Eriobotrya japonica dans la prévention et le traitement du diabète (39-41).

Une étude italienne de 1991 a mis en évidence l’effet hypoglycémiant d’un extrait alcoolique d’Eriobotrya japonica contenant des sesquiterpènes glycosidés ainsi que de triterpénoïdes isolés sur des rats normaux et diabétiques (42).

De manière similaire, il a été montré, par des chercheurs chinois, qu’un sesquiterpène glycosidé naturel isolé des feuilles d’Eriobotrya japonica permet de réduire significativement les niveaux de glucose sanguins de souris diabétiques (43).

D’autres études ont montré que des extraits d’Eriobotrya japonica contiennent de puissants antioxydants (triterpènes et flavonoïdes) qui réduisent les niveaux de sucre sanguin (44-47). Ces composés, comme l’acide corosolique, retrouvés dans le thé de feuilles de néflier du Japon sont capables de réguler les niveaux d’insuline et de glucose, ce qui aide à protéger contre le diabète (48).

Une étude jordanienne de 2009 publiée dans la revue Journal of Ethnopharmacology a isolé et identifié d’Eriobotrya japonica une flavolignane, la cinchonaine Ib, capabable, in vitro et chez l’animal, de stimuler la sécrétion d’insuline (49).

Un éventuel allié du système cardiovasculaire

Dans un modèle animal d’obésité, une étude taïwannaise de 2013 parue dans la revue Molecules a démontré qu’un extrait d’Eriobotrya japonica présente des effets bénéfiques sur la résistance à l’insuline et pour réduire les niveaux plasmatiques de triglycérides (50).

Dans un modèle murin expérimental de dyslipidémie et de résistance à l’insuline induit par une diète riche en graisses, l’acide tormentique, composé terpénoïque d’Eriobotrya japonica en supplémentation orale a confirmé son potentiel dans la correction de ces troubles métaboliques (51).

Après huit semaines d’une alimentation supplémentée avec des extraits de feuilles d’Eriobotrya japonica, des rats de laboratoire spontanément hypertendus ont présenté une diminution de l’hypertrophie cardiaque. Ces effets cardioprotecteurs du néflier ont également été obseervés in vitro (52).

Ainsi, en réduisant la tension et la pression sur les vaisseaux sanguins et les artères, les extraits du néflier, tout comme le potassium, à l’effet vasodilateur, sont capable d’abaisser la tension artérielle et de protéger la santé cardiaque, du moins chez l’animal. A confirmer chez l’homme.

Un potentiel protecteur pour le foie

La forte concentration de polyphénols antioxydants dans les feuilles et les fruits du néflier en font un excellent supplément pour protéger le foie contre les attaques naturelles quotidiennes (oxydation, toxicité, dommages, etc.) (53-57). Un modèle d’étude impliquant une intoxication médicamenteuse chez des animaux de laboratoire en apporte la démonstration (55).

Par ailleurs, dans un modèle cellulaire de stéatose hépatique non alcoolique, une étude de 2018 a démontré clairement qu’un sesquiterpène glycosidé (SG1) naturel isolé des feuilles d’Eriobotrya japonica réduit significativement les taux de lipides (cholestérol total, triglycérides et acides gras) ainsi que le stress oxydatif (58).

Une autre étude de 2018 a permis de rendre compte également de l’effet hépatoprotecteur d’un extrait de feuilles d’Eriobotrya japonica contre la toxicité induite par le tétrachlorométhane chez le rat (56).

Une possible action sur le cancer

Il n’a pas fallu très longtemps pour que la communauté scientifique s’intéresse au potentiel anticancéreux du néflier (59). En effet, de nombreuses études sont menées sur l’effet d’Eriobotrya japonica sur le cancer, notamment grâce à son effet antioxydant puissant.

De fait, il a été rapporté que les polyphénols de ce fruit exercent une action cytotoxique notable sur des cellules humaines de tumeurs orales (60). De même les triterpènes de cette plante auraient une action antitumorale chez l’animal (61).

Une étude publiée en 2006 par des chercheurs coréens, conclut que la nèfle réduit la prolifération de différentes lignées de cellules cancéreuses (62). Des résultats similaires ont également été observés sur des lignées cancéreuses de la leucémie (63,64). Ils indiquent notamment que la plante stimule l’apoptose de ces cellules cancéreuses, notamment par un dérivé de l’acide tormentique, composé triterpène présent dans la feuille du néflier du Japon.

Dans une autre étude, l’acide ursolique, isolé chez cette plante, inhibait significativement, in vitro, la croissance de cellules cancéreuses humaines de leucémie et d’une lignée de cellules cancéreuses multirésistantes du côlon (65).

Parue en 2009 dans la revue Nutrition research and practise, une étude a révélé des résultats favorables pour l’utilisation de la nèfle dans la prévention du cancer de sein (66). En effet, les chercheurs ont conclu que la nèfle pourrait diminuer la prolifération de cellules cancéreuses au sein de tissus humains mammaires. Les auteurs de cette étude suggèrent que des extraits de la nèfle pourraient être un agent chimiopréventif contre ce type de cancers.

Ces études montrent clairement l’action antiproliférative des composés bioactifs du néflier du Japon et mettent en évidence qu’une alimentation riche en Eriobotrya japonica pourrait être associée à une réduction significative du risque de développement de certains cancers.

Cette conclusion est également partagée dans une autre étude publiée en 2011 dans la revue Archives of Pharmacal Research. Dans cette publication, les chercheurs présentent le mécanisme d’action de la nèfle et son action antimétastasique. Il apparaît alors que les deux composés actifs l’acide ursolique et l’acide 2α-hydroxyursolique, isolés de l’extrait de feuilles d’Eriobotrya japonica inhibent significativement, in vitro, l’activité de deux métalloprotéases MMP-2 et MMP-9, bien connues pour leur contribution à l’invasion et la progression tumorale (67,68).

Une action sur le système digestif et la perte de poids

Eriobotrya japonica possède des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes, antivirales, anti-parasitaires et antiseptiques. Son fruit ou une décoction de ses feuilles (thé) permet de prévenir, et même de soigner les infections et inflammations de la flore intestinale. De plus, elle pourrait prévenir les lésions gastriques comme le révèle une étude chez l’amimal (69).

Ainsi, Eriobotrya japonica est idéale pour calmer les brûlures d’estomac, pour lutter contre les problèmes de digestion et les maux intestinaux (ballonements, diarrhée, indigestions, nausées, vomissements, reflux gastriques, etc.). Sa richesse en fibres alimentaires assure le bon fonctionnement de l’appareil digestif en équilibrant et régulant le transit intestinal et en apaisant les voies gastro-intestinales. Il constitue ainsi un antispasmodique particulièrement efficace. Son fruit agit comme un dépurateur pour l’organisme. Les fibres procurent en outre un état de satiété.

Un rôle intéressant dans la santé osseuse

L’ostéoporose est un problème majeur pour de nombreuses personnes, en particulier chez les personnes âgées et les femmes ménopausées. Pour lutter contre cette problématique liée à l’âge, des chercheurs japonais se sont intéressés à l’intérêt d’Eriobotrya japonica pour la santé osseuse en utilisant un modèle de souris ovariectomisées.

Parues en 2014 dans la revue Journal of agricultural and food chemistry, leurs conclusions ont révélé que l’utilisation in vitro et in vivo d’extraits de feuilles d’Eriobotrya japonica permettait à la fois de stimuler les ostéoblastes impliqués dans la formation osseuse, et à la fois d’inhiber les la différenciation des ostéoclastes à l’origine de la résorption osseuse (70). Le principe actif identifié par les chercheurs, responsable de ces effets bénéfiques est là encore l’acide ursolique (71).

Par conséquent, Eriobotrya japonica pourrait permettre de préserver le capital osseux en luttant contre les effets liés à l’âge. Ces conclusions laissent entrevoir également des perspectives intéressantes pour la prévention de l’ostéoporose.

Conseils d’utilisation

Une fois récoltées, au printemps, vous pouvez réaliser avec vos nèfles : jus, sorbets, crèmes glacées ou sirop, de délicieuses confitures, compotes ou gelées et même des gâteaux et salades de fruits. La conservation du fruit est délicate, ce qui limite notamment son transport et sa commercialisation. Il est donc préférable de le consommer directement après sa récolte à maturité. La nèfle du Japon est disponible du mois de mai au mois de juillet.

Bon à savoir : Chaque nèfle du Japon renferme 4 ou 5 gros noyaux (pépins) non comestibles car toxiques du fait qu’ils contiennent de l’acide cyanhydrique.

Où le trouver ?

Réduites en poudre, les feuilles du néflier du Japon sont vendues en sachets, pour réaliser les tisanes, dans certaines herboristeries ou magasins bio.

En conclusion, la nèfle du Japon est un fruit intéressant sur le plan nutritionnel. En outre, plusieurs utilisations médicinales du néflier du Japon décrites dans la littérature ethno-botanique correspondent aux activités observées en laboratoire. Plusieurs travaux de recherche apportent également de nouvelles preuves scientifiques sur l’efficacité et le potentiel thérapeutique des principaux composés actifs d’Eriobotrya japonica. A la lumière des résultats scientifiques modernes, cet arbre fruitier est assurément l’allié d’une alimentation saine.

IMPORTANT : L’ensemble des informations mentionnées dans cet article n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.

Dr. Mounir Belkouch, Ph.D.

Références

1. Xu HX, Chen JW (2011). Commercial quality, major bioactive compound content and antioxidant capacity of 12 cultivars of loquat (Eriobotrya japonica Lindl.) fruits. J Sci Food Agric. 91(6):1057-63.

2. Goulas V, Minas IS, Kourdoulas PM (2014). Phytochemical content, antioxidants and cell wall metabolism of two loquat (Eriobotrya japonica) cultivars under different storage regimes. Food Chem. 155:227-34.

3. Gentile C, Reig C, Corona O et al. (2016). Pomological Traits, Sensory Profile and Nutraceutical Properties of Nine Cultivars of Loquat (Eriobotrya japonica Lindl.) Fruits Grown in Mediterranean Area. Plant Foods Hum Nutr.71(3):330-8.

4. Taniguchi S, Imayoshi Y, Kobayashi E, Takamatsu Y (2002). Production of bioactive triterpenes by Eriobotrya japonica calli. Phytochemistry. 59(3):315-23.

5. Zhou C, Chen K, Sun C et al. (2007). Determination of oleanolic acid, ursolic acid and amygdalin in the flower of Eriobotrya japonica Lindl. by HPLC. Biomed Chromatogr. 21(7):755-61.

6. Li EN, Luo JG, Kong LY (2009). Qualitative and quantitative determination of seven triterpene acids in Eriobotrya japonica Lindl. by high-performance liquid chromatography with photodiode array detection and mass spectrometry. Phytochem Anal. 20(4):338-43.

7. Xu XH, Su Q, Zang ZH (2012). Simultaneous determination of oleanolic acid and ursolic acid by RP-HPLC in the leaves of Eriobotrya japonica Lindl. J Pharm Anal. 2(3):238-240.

8. Shi J, Chen W, Zou X et al. (2018). Detection of triterpene acids distribution in loquat (Eriobotrya japonica) leaf using hyperspectral imaging. Spectrochim Acta A Mol Biomol Spectrosc. 188:436-442.

9. Godoy HT, Amaya DB (1995). Carotenoid composition and vitamin A value of Brazilian loquat (Eriobotrya japonica Lindl.). Arch Latinoam Nutr. 45(4):336-9.

10. Zhou CH, Xu CJ, Sun CD, Li X, Chen KS (2007). Carotenoids in white- and red-fleshed loquat fruits. J Agric Food Chem. 55(19):7822-30.

11. Fu X, Kong W, Peng G et al. (2012). Plastid structure and carotenogenic gene expression in red- and white-fleshed loquat (Eriobotrya japonica) fruits. J Exp Bot. 63(1):341-54.

12. Jung HA, Park JC, Chung HY, Kim J, Choi JS (1999). Antioxidant flavonoids and chlorogenic acid from the leaves of Eriobotrya japonica. Arch Pharm Res. 22(2):213-8.

13. Kawahara N, Satake M, Goda Y (2002). A new acylated flavonol glycoside from the leaves of Eriobotrya japonica. Chem Pharm Bull (Tokyo). 50(12):1619-20.

14. Song FL, Gan RY, Zhang Y, Xiao Q, Kuang L, Li HB (2010). Total phenolic contents and antioxidant capacities of selected chinese medicinal plants. Int J Mol Sci. 2010 Jun 1;11(6):2362-72.

15. Polat AA, Calişkan O, Serçe S, Saraçoğlu O, Kaya C, Ozgen M (2010). Determining total phenolic content and total antioxidant capacity of loquat cultivars grown in Hatay. Pharmacogn Mag. 6(21):5-8.

16. Zhou C, Sun C, Chen K, Li X (2011). Flavonoids, phenolics, and antioxidant capacity in the flower of Eriobotrya japonica Lindl. Int J Mol Sci. 12(5):2935-45.

17. Zhang W, Zhao X, Sun C et al. (2015). Phenolic composition from different loquat (Eriobotrya japonica Lindl.) cultivars grown in China and their antioxidant properties. Molecules. 20(1):542-55.

18. Hamada A, Yoshioka S, Takuma D et al. (2004). The effect of Eriobotrya japonica seed extract on oxidative stress in adriamycin-induced nephropathy in rats. Biol Pharm Bull. 27(12):1961-4.

19. Huang Y, Li J, Cao Q, Yu SC et al. (2006). Anti-oxidative effect of triterpene acids of Eriobotrya japonica (Thunb.) Lindl. leaf in chronic bronchitis rats. Life Sci. 78(23):2749-57.

20. Yokota J, Takuma D, Hamada A, Onogawa M, et al. (2006). Scavenging of reactive oxygen species by Eriobotrya japonica seed extract. Biol Pharm Bull. 29(3):467-71.

21. Eraso AJ, Albesa I (2007). Eriobotrya japonica counteracts reactive oxygen species and nitric oxide stimulated by chloramphenicol. Am J Chin Med. 35(5):875-85.

22. Muramoto K, Quan RD, Namba T, Kyotani S et al. (2011). Ameliorative effects of Eriobotrya japonica seed extract on cellular aging in cultured rat fibroblasts. J Nat Med. 65(2):254-61.

23. Tan H, Sonam T, Shimizu K (2017). The Potential of Triterpenoids from Loquat Leaves (Eriobotrya japonica) for Prevention and Treatment of Skin Disorder. Int J Mol Sci. 18(5). pii: E1030.

24. Kim SH, Kwon YE, Park WH, Jeon H, Shin TY (2009). Effect of leaves of Eriobotrya japonica on anaphylactic allergic reaction and production of tumor necrosis factor-alpha. Immunopharmacol Immunotoxicol. 31(2):314-9.

25. Sun G, Liu Y, Zhu J, Iguchi M et al. (2010). Immunomodulatory effect of Eriobotrya japonica seed extract on allergic dermatitis rats. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 56(2):145-9.

26. Matalka KZ, Ali D, Khawad AE, Qa’dan F (2007). The differential effect of Eriobotrya japonica hydrophilic leaf extract on cytokines production and modulation. Cytokine. 40(3):235-40.

27. Alshaker HA, Qinna NA, Qadan F et al. (2011). Eriobotrya japonica hydrophilic extract modulates cytokines in normal tissues, in the tumor of Meth-A-fibrosarcoma bearing mice, and enhances their survival time. BMC Complement Altern Med. 11:9.

28. Matalka KZ, Abdulridha NA, Badr MM et al. (2016). Eriobotrya japonica Water Extract Characterization: An Inducer of Interferon-Gamma Production Mainly by the JAK-STAT Pathway. Molecules. 21(6). pii: E722.

29. Kim OK, Nam DE, Jun W, Lee J (2016). Effects of Standardized Eriobotrya japonica Extract in LP-BM5 Murine Leukemia Viruses-Induced Murine Immunodeficiency Syndrome. Immunol Invest. 45(2):148-60.

30. Rashed KN, Butnariu M (2014). Isolation and antimicrobial and antioxidant evaluation of bio-active compounds from eriobotrya japonica stems. Adv Pharm Bull. 4(1):75-81.

31. Mokdad-Bzeouich I, Kilani-Jaziri S, Mustapha N et al. (2015). Evaluation of the antimutagenic, antigenotoxic, and antioxidant activities of Eriobotrya japonica leaves. Pharm Biol. 53(12):1786-94.

32. Ge JF, Wang TY, Zhao B, Lv XW et al. (2009). Anti-inflammatory effect of triterpenoic Acids of Eriobotrya japonica (Thunb.) Lindl. Leaf on rat model of chronic bronchitis. Am J Chin Med. 37(2):309-21.

33. Lee CH, Wu SL, Chen JC, Li CC et al. (2008). Eriobotrya japonica leaf and its triterpenes inhibited lipopolysaccharide-induced cytokines and inducible enzyme production via the nuclear factor-kappaB signaling pathway in lung epithelial cells. Am J Chin Med. 36(6):1185-98.

34. Cha DS, Eun JS, Jeon H (2011). Anti-inflammatory and antinociceptive properties of the leaves of Eriobotrya japonica. J Ethnopharmacol. 134(2):305-12.

35. Uto T, Suangkaew N, Morinaga O, Kariyazono H, Oiso S, Shoyama Y (2010). Eriobotryae folium extract suppresses LPS-induced iNOS and COX-2 expression by inhibition of NF-kappaB and MAPK activation in murine macrophages. Am J Chin Med. 38(5):985-94.

36. Huang Y, Li J, Meng XM, Jiang GL et al. (2009). Effect of triterpene acids of Eriobotrya japonica (Thunb.) Lindl. leaf and MAPK signal transduction pathway on inducible nitric oxide synthase expression in alveolar macrophage of chronic bronchitis rats. Am J Chin Med. 37(6):1099-111.

37. Maher K, Yassine BA, Sofiane B (2015). Anti-inflammatory and antioxidant properties of Eriobotrya japonica leaves extracts. Afr Health Sci. 15(2):613-20.

38. Tan BX, Yang L, Huang YY et al. (2017). Bioactive triterpenoids from the leaves of Eriobotrya japonica as the natural PDE4 inhibitors. Nat Prod Res. 31(24):2836-2841. Arch

39. Román-Ramos R, Flores-Sáenz JL, Partida-Hernández G et al. (1991). Experimental study of the hypoglycemic effect of some antidiabetic plants. Invest Med (Mex). 22(1):87-93.

40. Li WL, Wu JL, Ren BR, Chen J, Lu CG (2007). Pharmacological studies on anti-hyperglycemic effect of folium eriobotryae. Am J Chin Med. 35(4):705-11.

41. Shih CC, Ciou JL, Lin CH, Wu JB, Ho HY (2013). Cell suspension culture of Eriobotrya japonica regulates the diabetic and hyperlipidemic signs of high-fat-fed mice. Molecules. 18(3):2726-53.

42. De Tommasi N, De Simone F et al. (1991). Hypoglycemic effects of sesquiterpene glycosides and polyhydroxylated triterpenoids of Eriobotrya japonica. Planta Med. 57(5):414-6.

43. Chen J, Li WL, Wu JL et al. (2008). Hypoglycemic effects of a sesquiterpene glycoside isolated from leaves of loquat (Eriobotrya japonica (Thunb.) Lindl.). Phytomedicine. 15(1-2):98-102.

44. Tanaka K, Nishizono S, Makino N, Tamaru S et al. (2008). Hypoglycemic activity of Eriobotrya japonica seeds in type 2 diabetic rats and mice. Biosci Biotechnol Biochem. 72(3):686-93.

45. Lü H, Chen J, Li WL, Ren BR (2009). Hypoglycemic and hypolipidemic effects of the total triterpene acid fraction from Folium Eriobotryae. J Ethnopharmacol. 122(3):486-91.

46. Lü H, Chen J, Li WL, Ren BR, Wu JL, Zhang HQ (2009). Hypoglycemic effect of the total flavonoid fraction from folium Eriobotryae. Phytomedicine. 16(10):967-71.

47. Xu S, Wang G, Peng W, Xu Y, et al. (2019). Corosolic acid isolated from Eriobotrya japonica leaves reduces glucose level in human hepatocellular carcinoma cells, zebrafish and rats. Sci Rep. 9(1):4388.

48. Zong W, Zhao G (2007). Corosolic acid isolation from the leaves of Eriobotrta japonica showing the effects on carbohydrate metabolism and differentiation of 3T3-L1 adipocytes. Asia Pac J Clin Nutr. 16 Suppl 1:346-52.

49. Qa’dan F, Verspohl EJ, Nahrstedt A, Petereit F, Matalka KZ (2009). Cinchonain Ib isolated from Eriobotrya japonica induces insulin secretion in vitro and in vivo. J Ethnopharmacol. 124(2):224-7.

50. Shih CC, Lin CH, Wu JB (2010). Eriobotrya japonica improves hyperlipidemia and reverses insulin resistance in high-fat-fed mice. Phytother Res. 24(12):1769-80.

51. Wu JB, Kuo YH, Lin CH et al. (2014). Tormentic acid, a major component of suspension cells of Eriobotrya japonica, suppresses high-fat diet-induced diabetes and hyperlipidemia by glucose transporter 4 and AMP-activated protein kinase phosphorylation. J Agric Food Chem. 62(44):10717-26.

52. Chiang JT, Badrealam KF, Shibu MA, Kuo CH et al. (2018). Eriobotrya japonica ameliorates cardiac hypertrophy in H9c2 cardiomyoblast and in spontaneously hypertensive rats. Environ Toxicol. 33(11):1113-1122.

53. Nishioka Y, Yoshioka S, Kusunose M, Cui T et al. (2002). Effects of extract derived from Eriobotrya japonica on liver function improvement in rats. Biol Pharm Bull. 25(8):1053-7.

54. Yoshioka S, Hamada A, Jobu K, Yokota J et al. (2010). Effects of Eriobotrya japonica seed extract on oxidative stress in rats with non-alcoholic steatohepatitis. J Pharm Pharmacol. 62(2):241-6.

55. Jiang WP, Huang SS, Matsuda Y, Saito H et al. (2017). Protective Effects of Tormentic Acid, a Major Component of Suspension Cultures of Eriobotrya japonica Cells, on Acetaminophen-Induced Hepatotoxicity in Mice. Molecules. 22(5). pii: E830.

56. Shahat AA, Ullah R, Alqahtani AS et al. (2018). Hepatoprotective Effect of Eriobotrya japonica Leaf Extract and Its Various Fractions against Carbon Tetra Chloride Induced Hepatotoxicity in Rats. Evid Based Complement Alternat Med. 2018:3782768.

57. Jian T, Wu Y, Ding X, Lv H et al. (2018). A novel sesquiterpene glycoside from Loquat leaf alleviates oleic acid-induced steatosis and oxidative stress in HepG2 cells. Biomed Pharmacother. 97:1125-1130.

58. Jian T, Ao X, Wu Y, Lv H, Ma L et al. (2017). Total sesquiterpene glycosides from Loquat (Eriobotrya japonica) leaf alleviate high-fat diet induced non-alcoholic fatty liver disease through cytochrome P450 2E1 inhibition. Biomed Pharmacother. 91:229-237.

59. Ito H, Kobayashi E, Li SH, Hatano T (2002). Antitumor activity of compounds isolated from leaves of Eriobotrya japonica. J Agric Food Chem. 50(8):2400-3.

60. Ito H, Kobayashi E, Takamatsu Y, Li SH et al. (2000). Polyphenols from Eriobotrya japonica and their cytotoxicity against human oral tumor cell lines. Chem Pharm Bull (Tokyo). 48(5):687-93.

61. Banno N, Akihisa T, Tokuda H, Yasukawa K (2005). Anti-inflammatory and antitumor-promoting effects of the triterpene acids from the leaves of Eriobotrya japonica. Biol Pharm Bull. 28(10):1995-9.

62. Kang SC, Lee CM, Choi H, Lee JH, Oh JS, Kwak JH, Zee OP (2006). Evaluation of oriental medicinal herbs for estrogenic and antiproliferative activities. Phytother Res. 20(11):1017-9.

63. Kikuchi T, Akazawa H, Tabata K, Manosroi A (2011). 3-O-(E)-p-coumaroyl tormentic acid from Eriobotrya japonica leaves induces caspase-dependent apoptotic cell death in human leukemia cell line. Chem Pharm Bull (Tokyo). 59(3):378-81.

64. Zar PP, Yano S, Sakao K, Hashimoto F et al. (2014). In vitro anticancer activity of loquat tea by inducing apoptosis in human leukemia cells. Biosci Biotechnol Biochem. 78(10):1731-7.

65. Zhou JX, Wink M (2018). Reversal of Multidrug Resistance in Human Colon Cancer and Human Leukemia Cells by Three Plant Extracts and Their Major Secondary Metabolites. Medicines (Basel). 5(4). pii: E123.

66. Kim MS, You MK et al. (2009). Loquat (Eriobotrya japonica) extracts suppress the adhesion, migration and invasion of human breast cancer cell line. Nutr Res Pract. 3(4):259-64.

67. Cha DS, Shin TY, Eun JS, Kim DK, Jeon H (2011). Anti-metastatic properties of the leaves of Eriobotrya japonica. Arch Pharm Res. 34(3):425-36.

68. McCawley LJ, Matrisian LM (2000). Matrix metalloproteinases: multifunctional contributors to tumor progression. Mol Med Today. 6(4):149-56.

69. Yokota J, Takuma D, Hamada A et al. (2008). Gastroprotective activity of Eriobotrya japonica seed extract on experimentally induced gastric lesions in rats. J Nat Med. 62(1):96-100.

70. Tan H, Furuta S, Nagata T, Ohnuki K et al. (2014). Inhibitory effects of the leaves of loquat (Eriobotrya japonica) on bone mineral density loss in ovariectomized mice and osteoclast differentiation. J Agric Food Chem. 62(4):836-41.

71. Tan H, Zhao C, Zhu Q, Katakura Y et al. (2019). Ursolic Acid Isolated from the Leaves of Loquat (Eriobotrya japonica) Inhibited Osteoclast Differentiation through Targeting Exportin 5. J Agric Food Chem. 67(12):3333-3340.

http://www.aprifel.com/fiche-nutri-produit-nafle-du-japon,101.html


Partagez :