La maladie de Parkinson touche plus de 200 000 personnes en France. Elle se caractérise par des difficultés de mouvements dues à un déficit des neurones-moteurs. Les symptômes cliniques suffisent à poser le diagnostic. 

Quels sont les symptômes de la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est diagnostiquée en moyenne vers l’âge de 65-70 ans. Mais dans 10 % des cas, les premiers symptômes apparaissent chez des personnes de moins de 45 ans. Ces signes, assez caractéristiques, s’installent progressivement.

Un tremblement au repos

Symptôme emblématique de la maladie de Parkinson, le tremblement n’est pourtant pas systématique. « Tout tremblement n’est pas synonyme de Parkinson. On le confond parfois avec le tremblement essentiel, deux fois plus fréquent. Dans la maladie de Parkinson, un tiers des patients ne vont jamais trembler et, environ un tiers des cas vont être révélés par ce symptôme », explique le Pr Philippe Damier, neurologue au CHU de Nantes et président du conseil scientifique de l’association France Parkinson. Le tremblement parkinsonien ne touche, en général, qu’un seul côté du corps, le plus souvent le bras. Il se manifeste au repos et se calme dès que la personne fait un mouvement. 

Des gestes maladroits

Autre signe révélateur : la maladresse gestuelle. En clair, la personne a du mal à effectuer des gestes aussi simples que boutonner une veste, battre des œufs, se brosser les dents ou se peigner. « Cette maladresse est plus nette lorsqu’elle atteint la main dominante, c’est-à-dire la main de l’écriture », remarque le Pr Damier. Typiquement, l’écriture devient plus petite.

Des raideurs douloureuses

Avant de consulter un neurologue pour mettre un nom sur leurs symptômes, les patients sont souvent passés par un cabinet de rhumatologie. L’enraidissement des épaules ou des hanches, les tendinites et les douleurs articulaires apparaissent fréquemment en début de maladie de Parkinson. 

Une humeur modifiée

La maladie de Parkinson se caractérise par un déficit en dopamine, un neurotransmetteur essentiel aux connexions cérébrales. Conséquence, les patients semblent parfois dépressifs. « Il n’est pas rare qu’ils soient traités comme tels, en l’absence de signes moteurs. Mais dès que la maladie de Parkinson est diagnostiquée et traitée, ces symptômes de dépression disparaissent », assure le Pr Damier.

Des troubles du sommeil

Autre signe d’alerte : les rêves agités. Ils surviennent en phase de sommeil paradoxal pendant laquelle, en principe, les muscles sont paralysés. Ce dysfonctionnement cérébral peut être un signe très précoce de maladie de Parkinson, survenant plus de 20 ans avant que la maladie se déclare.

Un diagnostic basé sur les signes cliniques

« Dans 80 % des cas, l’examen clinique effectué par un neurologue ou un gériatre suffit à poser le diagnostic de maladie de Parkinson », estime le Pr Damier. L’IRM du cerveau n’est utile qu’en cas de diagnostic douteux ou chez des personnes de moins de 40 ans. 


Partagez :