Due à un virus appartenant à la famille des herpès virus, la varicelle est une maladie infectieuse éruptive très contagieuse : on peut contaminer son entourage avant même l’apparition des premiers boutons. Quel est son mode de transmission ? Combien de temps dure la contagion ? Comment se protéger ? On fait le point.

Contagion de la varicelle, ce qu’il faut savoir © iStock

La varicelle est la maladie la plus contagieuse des maladies contagieuses ! Avant même de savoir que l’on est infecté, on présente un risque de contamination son entourage.

De l’incubation à la contagion

Tout débute par une période « muette » d’incubation (intervalle s’écoulant entre le contact avec le virus et l’apparition de la maladie). Silencieuse, sans manifestation apparente, la maladie s’installe. L’incubation dure environ deux à trois semaines pendant lesquelles il n’y a aucun signe particulier avant l’apparition des boutons. Pourtant, 24 à 48 heures avant cette première éruption, la personne infectée est, sans le savoir, déjà contagieuse pour son entourage.  Une contagiosité maximale qui prend fin lorsque les vésicules se dessèchent et forment des croûtes, une semaine environ après le début de l’éruption cutanée.

La varicelle se transmet principalement par voie respiratoire

Le virus de la varicelle ne se propage que d’individu à individu et se transmet essentiellement par voie aérienne, par inhalation de gouttelettes de salive émises par une personne infectée (toux, éternuements, postillons ). Le virus pénètre ensuite rapidement dans les voies respiratoires. Il suffit parfois d’être resté une heure dans la même pièce qu’une personne infectée pour attraper la maladie, si l’on n’est pas immunisé bien entendu.

On peut aussi, plus rarement, être contaminé par contact direct avec les lésions vésiculeuses. Il faudrait pour cela avoir touché les boutons infectés puis avoir porté sa main à son nez ou sa bouche… L’immunité acquise est absolue chez l’enfant, il ne présentera pas deux fois la varicelle. Mais le virus est toujours présent dans le corps et quand l’immunité baisse il peut, à l’âge adulte, se réactiver sous la forme d’un zona.

On protège l’entourage pour éviter la contagion

En cas de suspicion de varicelle dans son entourage, il faut faire en sorte de prévenir et d’éloigner les personnes à risque comme les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées (patients greffés, sous chimiothérapie). On prévient aussi l’école ou la crèche et l’enfant sera gardé à la maison jusqu’à ce que les croûtes soient bien sèches. L’adulte doit être aussi arrêté le temps de la maladie pour éviter de contaminer des collègues.

Pour savoir si l’on a eu la varicelle dans l’enfance, on peut faire une prise de sang ( sérologie) afin de vérifier s’il existe ou non des anticorps contre la maladie.

Un vaccin varicelle existe. Il s’adresse à certaines personnes qui n’ont jamais contracté la maladie et dont la sérologie est négative : adolescents à partir de 12 ans, femmes ayant un projet de grossesse, personnes en contact étroit avec des personnes immunodéprimées. 

À lire aussi


Partagez :